Approche naturelle des troubles digestifs en pédiatrie – Partie 1 : Le nourrisson

Print Friendly, PDF & Email

La naissance du microbiote Il est important de se rappeler que le microbiote du nourrisson commence à se développer depuis la naissance par la colonisation des bactéries vaginales de la mère lors d’un accouchement par voie basse mais également lors du contact peau à peau avec la mère (1).  La plupart des souches bactériennes colonisant…

Les troubles digestifs chroniques sont fréquemment en relation avec un stress chronique ou un traumatisme affectif

Print Friendly, PDF & Email

Des études ont pu constater que les personnes souffrant de troubles digestifs chroniques souffraient assez fréquemment de troubles anxieux ou d’état de stress chronique. On retrouvait également dans une publication une association entre l’état d’anxiété des personnes et  la présence d’affections digestives comme la rectocolite, le SIBO, le colon irritable ou la présence d’hélicobacter pylori (3). Nous allons essayer de comprendre quels sont les mécanismes physiologiques qui relient ces états de stress émotionnels avec les troubles digestifs.

L’art de la diète dans le SIBO 2ème partie : les conseils précieux d’une nutritionniste

Print Friendly, PDF & Email

Beaucoup de personnes pensent qu’une diète SIBO est facile à appliquer mais je rappellerai que ces diètes sont des guides utiles mais ne correspondent pas toujours aux besoins ou aux symptômes des personnes souffrant de troubles digestifs. Toutes les diètes connues pour le SIBO peuvent avoir des bons résultats sur les symptômes mais cela va dépendre aussi de l’état de santé de la personne et de sa tolérance individuelle, c’est pourquoi des conseils pratiques et une personnalisation de la diète sont essentiels.

L’art de la diète dans le SIBO 1ère partie : choisir sa diète

Print Friendly, PDF & Email

Toutes les diètes utilisées pour le SIBO ont une base commune.  Le principe de ces diètes est de réduire la consommation d’aliments fermentescibles ou mal tolérés afin de diminuer les fermentations intestinales souvent responsables des troubles digestifs.  Nous verrons toutefois que la réaction aux aliments est très individuelle et dès lors il devient quelques fois difficile de trouver la diète la plus adaptée pour une personne donnée. Dans certains cas, un accompagnement par une nutritionniste afin de personnaliser la diète est nécessaire surtout chez les personnes qui suivent ou ont déjà suivi une diète sans amélioration des symptômes ainsi que chez les personnes qui ont de la peine à tolérer une diète ainsi que celles qui perdent du poids de façon préoccupante. J’aimerais dans cet article vous aider à comprendre l’intérêt de la diète dans le SIBO et à choisir celle qui vous convient le mieux.

Le virus EPSTEIN-BARR, un ennemi caché aux mille visages

Print Friendly, PDF & Email

95% de la population est porteur des anticorps contre l’Epstein-Barr virus (EBV).  La majorité des gens a été infecté dans l’enfance ou l’adolescence, par la suite après la guérison de la première infection, le virus, comme beaucoup d’autres virus de la famille des herpes, reste endormi jusqu’au moment où il a l’opportunité de se réactiver selon certaines circonstances. A ce moment de latent, il devient actif et peut infecter nos cellules immunitaires et perturber notre système immunitaire. Par la suite, il peut diffuser dans d’autres tissus pour s’installer à long terme et être un déclencheur de nombreuses maladies telles que des maladies auto-immunes, des troubles digestifs divers, des neuro-inflammations et même des cancers. Les réactivations de l’EBV sont également responsables de troubles variés, de baisse de l’état général, de fatigue etc. Nous verrons pourquoi ce diagnostic est souvent sous-estimé par la plupart des médecins et qu’elles sont les solutions naturelles pour contrôler efficacement ce virus.

Face au COVID 19 faut-il repenser notre mode de vie et notre système de santé ?

Print Friendly, PDF & Email

Les études récentes montrent que le virus COVID 19 est un virus avec un taux faible de mortalité au alentour de 2 %, ce taux est probablement surévalué car il concerne surtout les gens testés positifs. Le taux réel est vraisemblablement moins de 1% si l’on intègre les personnes asymptomatiques ou peu symptomatiques qui ne sont souvent même pas testées et dont l’évolution est bénigne dans la majorité des cas. Pourtant chez certaines personnes souffrant de maladies de civilisations, ce virus peut se manifester sous une forme sévère voir être mortelle. Les maladies actuellement incriminées qui augmentent fortement le risque de mortalité sont : l’obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, le cancer, l’hypertension artérielle

Toutes ces maladies partagent des points communs, il s’agit de maladies qui sont liées à des dysfonctions métaboliques et immunitaires le plus souvent causées par notre environnement, notre style de vie et nos habitudes alimentaires. C’est pourquoi, au lieu de se concentrer uniquement sur le coronavirus, il est également important de comprendre comment notre société a favorisé des modes de vie qui ont affaibli une partie de la population.