Blogs

Les probiotiques dans les troubles digestifs, entre commerce et science.

Print Friendly, PDF & Email

Depuis quelques décennies, la science c’est de nouveau intéressé aux probiotiques, d’autant plus que nos connaissances sur le microbiote se sont améliorées. Ainsi, ces 20 dernières années, les études sur les probiotiques ont explosé démontrant des effets positifs sur de nombreuses pathologies non seulement digestives mais également extra digestives comme la dysplasie du col, la mastite, le diabète, l’obésité, la dépression et l’anxiété, l’immunité, les allergies alimentaires, le reflux ou l’endométriose. Avant d’aborder l’utilité des probiotiques, il est important de clarifier certains concepts sur ce sujet

Hélicobacter pylori et ulcère de l’estomac, alternatives naturelles

Print Friendly, PDF & Email

La médecine estime que l’origine de la majorité des ulcères est due à une bactérie appelée l’Hélicobacter Pylori. On retrouve cette bactérie dans plus de 80% des ulcères de l’estomac et à 90% dans les ulcères du duodénum. Il est certain que d’autres facteurs jouent un rôle important dans la survenue d’un ulcère tels que la prise excessive d’aspirine ou d’anti-inflammatoires, le stress, le tabagisme ou l’abus d’alcool. Certains de ces facteurs réduiraient la qualité de protection de la muqueuse gastrique et d’autres augmenteraient la production d’acidité. Le traitement de l’ulcère a pour but de réduire les 2 facteurs retenus importants, à savoir l’acidité gastrique et l’hélicobacter pylori. Le traitement consiste donc de réduire l’acidité gastrique le plus souvent par la prescription d’inhibiteurs de la pompe à protons et parallèlement d’éradiquer l’hélicobacter pylori par combinaison d’antibiotiques.

L’analyse du microbiote, un atout pour restaurer son écosystème intestinal

Print Friendly, PDF & Email

Voici tout juste une année, j’ai publié sur ce blog un article sur l’analyse du microbiote (par séquençage ADN). J’estimais, à l’époque, que nous étions au début de l’exploration du microbiote et que bien que ces analyses soient intéressantes, l’intérêt de ces examens dans la prise en charge du microbiote restait encore discutable. Maintenant, nous avons un peu plus de recul et le but de cet article est de montrer que ces analyses nous amènent des informations de plus en plus utiles pour la prise en charge de notre microbiote. Nous allons voir quels sont les éléments vraiment importants que nous pouvons extraire de ces analyses et surtout quelles sont les stratégies thérapeutiques qui en découlent et qui vont permettre une restauration plus ciblée du microbiote.

SIBO, partie 5 : Troubles digestifs et douleurs chroniques et si c’était l’hydrogène sulfureux (H2S)

Print Friendly, PDF & Email

L’hydrogène sulfureux peut être responsable de troubles digestifs mais également de douleurs chroniques articulaires ou diffuses. Nous avons vu que nous pouvons mieux comprendre l’origine de nos troubles digestifs en analysant les gaz respiratoires avec un appareil spécifique (test respiratoire au lactulose). Les gaz étudiés sont principalement l’hydrogène et le méthane. La présence et le niveau de ces gaz nous permettent de mieux cibler la prise en charge des fermentations intestinales. Il existe un troisième gaz de fermentation qui est l’hydrogène sulfureux. Les appareils actuels ne sont pas encore capables de le quantifier de façon précise. Heureusement, d’ici l’année prochaine, de nouveaux appareils de détection pourront mesurer ce gaz. Actuellement, on peut suspecter ce type de fermentation selon certains symptômes et par la présence d’une ligne plate au test respiratoire, car, par compétition, ce gaz empêche la production d’H2 ou de méthane. On s’intéresse de plus en plus au SIBO à H2S, car ce type de fermentation pourrait être responsable non seulement de troubles digestifs, mais également de douleurs chroniques articulaires ou plus générales (fibromyalgie). De plus, la prise en charge diététique est différente d’une approche SIBO classique.

Comment le régime alimentaire peut-il avoir un effet sur le ronflement ?

Print Friendly, PDF & Email

Le ronflement, bien souvent considéré comme un événement naturel survenant de manière aléatoire chez les individus, tient en réalité ses sources dans différents facteurs, parfois interdépendants. Le dénominateur commun à tous les ronflements est la présence, dans les voies aériennes supérieures, d’un canal étroit où la circulation de l’air provoque une vibration des tissus adjacents. C’est cette vibration qui est à l’origine du bruit que l’on associe aux ronflements.
A retenir, donc : une alimentation équilibrée reste un remède efficace et naturel pour éviter les ronflements, à condition bien-sûr que les autres pistes telle que l’apnée du sommeil aient été éliminées!

Le SIBO, Partie 4 : Intolérance à l’histamine

Print Friendly, PDF & Email

Les réactions alimentaires diffèrent des allergies alimentaires, car il n’y a pas d’activation du système immunitaire. Ces réactions sont plus fréquentes dans le SIBO ou la candidose et sont typiquement accompagnées de symptômes plus généraux tels que céphalées, rash, gonflement, fatigue et douleurs articulaires. Il s’agit souvent de gens très sensibles « je réagis à tout ». Certaines personnes souffrent d’un terrain affaibli et peuvent présenter un leakygut, une mauvaise capacité de détoxification, une dérégulation immunitaire, des infections chroniques (virus, parasites), un état de stress, ainsi qu’une vulnérabilité génétique (MTHFR). Probablement, l’intolérance la plus connue est celle à l’histamine qui sera étudiée en premier.