La digestion et l’intestin

Prendre soin de sa vésicule biliaire, indispensable pour notre santé.

Print Friendly, PDF & Email

La médecine classique n’a pas de grande considération pour la vésicule biliaire. C’est lorsqu’elle se manifeste par des douleurs ou des calculs symptomatiques que le médecin pose son attention sur cet organe mal-aimé. La majorité des médecins pense que finalement pour régler le problème il suffit d’enlever cet organe. On estime que chaque année, un million d’Américains vont souffrir de calculs biliaires dont la moitié seront pris en charge par le traitement chirurgical standard: la cholécystectomie.
Et pourtant, cet organe est de plus en plus nécessaire pour notre santé. En effet, ces dernières années, les approches nutritionnelles ont changé. L’ennemi n’est plus le gras, mais le sucre et les féculents. Les graisses ont été remises à l’honneur. Les bonnes graisses sont devenues indispensables pour la santé de notre cerveau, pour la production d’hormones, pour protéger le cœur et même pour réduire la surcharge pondérale. En effet, certaines bonnes graisses comme les omégas 3 et certains omégas6 sont des précurseurs de molécules importantes (eicosanoides) pour notre santé aux effets multiples.

Maladies inflammatoires de l’intestin – Partie 2 : approches naturelles

Print Friendly, PDF & Email

Nous allons voir dans cette 2ème partie, comment des approches naturelles et nutritionnelles peuvent être complémentaires à des traitements classiques et même être des alternatives à des traitements standards. Ces approches sont de plus en plus documentées scientifiquement ou tout au moins validées par des études médicales. Nous aborderons le rôle de certains régimes alimentaires dans le contrôle des MICI, ainsi que les approches micro-nutritionnelles les plus utiles puis finalement nous parlerons de certains traitements alternatifs pouvant être utiles dans la prise en charge des MICI.

Maladies inflammatoires de l’intestin – Partie 1 : artillerie diagnostic et thérapeutique de la médecine actuelle

Print Friendly, PDF & Email

Lorsque l’on parle des maladies inflammatoires de l’intestin (MICI), on se réfère le plus souvent à deux maladies distinctes, la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. Ces deux maladies ont toutefois des caractéristiques cliniques et pathologiques distinctes. L’origine de ces maladies reste toutefois mal comprise bien qu’il existe diverses théories. En France, la maladie de Crohn touche environ un habitant sur 1000, ce qui fait 60 000 personnes, alors qu’environ 40 000 personnes sont atteintes de la colite ulcéreuse. Les maladies inflammatoires de l’intestin apparaissent le plus souvent entre 15 et 40 ans, bien que l’on observe un 2ème pic d’apparition entre 50 et 80 ans. Dans cet article en 2 parties, nous allons voir en premier lieu les différences entres ces deux maladies d’un point de vue anatomique, clinique et diagnostic et aborder l’approche médical standard de ces maladies. En effet, avant de parler des approches en médecine nutritionnelle, il est nécessaire de comprendre le pourquoi des traitements médicamenteux, leurs avantages et leurs dangers. Il faut garder en tête que le principal danger, c’est avant tout la maladie elle-même et non pas les traitements. LA 2ème partie sera donc consacrée aux approches en médecine nutritionnelle et en naturopathie sous l’éclairage des dernières découvertes en nutrition, en épigénétique et par rapport au microbiote.

Approches naturelles des troubles digestifs en pédiatrie – Partie 2 : les enfants

Print Friendly, PDF & Email

Les douleurs abdominales chez les enfants sont fréquemment d’origine fonctionnelle et plus rarement liées à une cause organique. L’origine de ces douleurs passent souvent par une perturbation de l’axe intestin-cerveau qui peut provenir soit du cerveau émotionnel soit de l’intestin. Si l’on tient compte d’une influence du système nerveux central, les mécanismes qui peuvent amener une hypersensibilité viscérale sont souvent complexes, pouvant comprendre par exemple une sensibilisation des neurones spinaux souvent liée à une réponse dysfonctionnelle au stress (1).

Approche naturelle des troubles digestifs en pédiatrie – Partie 1 : Le nourrisson

Print Friendly, PDF & Email

Il est important de se rappeler que le microbiote du nourrisson commence à se développer depuis la naissance par la colonisation des bactéries vaginales de la mère lors d’un accouchement par voie basse mais également lors du contact peau à peau avec la mère (1). …….
La qualité du microbiote et sa maturation va dépendre de différents facteurs comme le mode d’accouchement, la qualité de l’allaitement puis plus tard par le type d’alimentation de l’enfant (3). La prescription d’antibiotiques surtout dans la première année de vie va réduire fortement les bonnes bactéries comme les bifidobactéries et augmenter la présence de bactéries opportunistes (protéobactéries).

Le coaching de santé globale est peut-être la clé de votre santé ?

Print Friendly, PDF & Email

Nous allons voir dans cet article pourquoi il est quelquefois nécessaire pour réussir une prise en charge en médecine nutritionnelle de bénéficier de l’accompagnement d’un coaching santé. Il ne s’agit pas de recevoir des conseils d’une nutritionniste ou d’une diététicienne, mais d’une personne qui intègre en plus de la nutrition, une capacité à avoir une vision globale de l’individu et possède une palette d’outils pour aider la personne dans tous les aspects de sa vie permettant ainsi le changement nécessaire pour retrouver la santé. C’est ainsi qu’aux Etats-unis, s’est développé ces dernières années, une nouvelle approche d’accompagnement des patients qu’on nomme « health coaching ».