Dr. A. D'Oro

Dr. A. D'Oro

Dr Antonello D’Oro Consultations en Micronutrition et Alimentation Santé Tel: +41.22.301.63.38 Email: secretairedoro@gmail.com

Partie 3 : Empêcher la récidive du SIBO, la partie souvent oubliée

Il faut être conscient qu’une grande partie des SIBO sont chroniques et ont tendance à récidiver. Nous allons voir l’importance de prendre en charge les causes sous-jacentes et l’intérêt de la prise de prokinétiques. Toutefois, il existe trois points essentiels à respecter dans le quotidien afin d’éviter une récidive rapide.
– Le meal spacing
– Une alimentation plutôt pauvre en glucides
– La gestion du stress

Le SIBO, quand vos problèmes de santé viennent de l’intestin grêle Partie 2 : La prise en charge

Prendre en charge un SIBO ne consiste pas seulement à éradiquer l’excès de bactéries de l’intestin grêle par des produits antimicrobiens, que ce soit des antibiotiques spécifiques ou des plantes. Le Prof. Pimentel M., un des plus grands spécialistes du SIBO, écrivait en 2016, dans une revue médicale renommée, que la prise en charge du SIBO nécessitait une approche globale (1). Nous allons voir ci-dessous les éléments déterminants d’une prise en charge globale et efficace

Le SIBO, quand vos problèmes de santé viennent de l’intestin grêle, Partie 1 : Comprendre et diagnostiquer

De nombreuses personnes souffrent de troubles digestifs variés, tels que des ballonnements, éructations, flatulences, reflux d’acidité, douleurs abdominales, diarrhées, etc. Souvent ces troubles digestifs sont associés à d’autres plaintes mal définies comme une fatigue inexpliquée, des troubles cognitifs, des états anxio-dépressifs, des intolérances alimentaires, etc.
La plupart des troubles digestifs sont dus à un excès de bactéries dans l’intestin grêle provoquant des fermentations intestinales. On parle dans ce cas de SIBO. Ce terme signifie en anglais « small intestinal bacterial overgrowth » que l’on peut traduire en français par une pullulation bactérienne de l’intestin grêle.

Approche holistique du cancer Partie 6: Recommandations pratiques et exemple de prise en charge

Vous avez reçu beaucoup d’informations jusqu’à présent et cela peut prendre du temps d’intégrer tous ces concepts. Il s’agit de s’engager selon ses ressources et de faire au mieux. Pour cela, il est utile de recevoir des recommandations plus pratiques, afin de mettre en place ces changements. Ces explorations commencent bien entendu dans la cuisine et certaines stratégies peuvent vous aider. N’oubliez pas que ce processus doit se faire dans la curiosité, l’engagement et la bonne humeur. C’est votre vie que vous prenez en main. Changer doit être une expérience positive.

Approche holistique du cancer Partie 5 : Gérer son stress et transformer ses émotions négatives en forces positives.

Le stress est vraisemblablement un des plus puissants carcinogène imaginable. Le stress augmente l’inflammation, affaiblit le système immunitaire et perturbe la régulation de la glycémie. Il existe un stress physique ou émotionnel. Ainsi une diète riche en sucres cause un stress chronique de la part du corps, ainsi que l’exposition à un environnement riche en toxines. Notre rythme de vie effréné, considéré comme normal, génère beaucoup de stress physique et psychologique et une personne sur quatre s’avoue très stressée dans la vie. Pour nous adapter à notre stress, nous sécrétons des hormones de stress comme le cortisol. Au long cours, la dérégulation de l’axe hormonal du stress va favoriser divers troubles comprenant des maladies métaboliques, ou des désordres thyroïdiens, de la fatigue chronique, une perte de libido et des états anxio-dépressifs.

Approche holistique du cancer Partie 4 : Contrôler la propagation du cancer et équilibrer ses hormones

Dans le développement du cancer, deux processus sont particulièrement dangereux et indiquent une perte de contrôle du cancer. Il s’agit de la formation de nouveaux vaisseaux pour soutenir la croissance du cancer (angiogenèse) et le développement du cancer à distance (métastase). Tout ce que nous avons vu jusqu’à présent aide à contenir et combattre le cancer, à savoir : une alimentation saine, pauvre en glucides (cétogène), une bonne détoxification des carcinogènes, un renforcement du microbiote et de l’immunité, ainsi que le contrôle de l’inflammation et du stress oxydatif. Il existe toutefois des approches particulières afin d’accentuer le contrôle de cette propagation.