Cancer, l’écologie de l’esprit (Partie 3/3)

Print Friendly, PDF & Email

Le cancer est une maladie qui peut dépendre de nombreux facteurs. Dans le premier et le deuxième article, nous avons vu qu’il existe des prédispositions génétiques mais que notre environnement joue aussi un rôle protecteur crucial et plus particulièrement l’alimentation et l’activité physique.

A cela s’ajoute notre capacité à savoir gérer les évènements difficiles de notre vie. En effet, la manière dont nous rebondissons sur certains évènements de notre vie semble jouer aussi un rôle important sur le développement du cancer.

Dans cette troisième partie, nous verrons comment la gestion du stress, si elle est inadéquate, peut favoriser la carcinogénèse et la progression de la tumeur.

Stress et cancer, évidences scientifiques

Il est important de distinguer d’une part la relation entre la survenue d’un cancer et le stress et d’autres part la relation entre le stress provoqué par le diagnostique d’un cancer et la mortalité du cancer.

Concernant la relation entre la survenue d’un cancer et le stress de la vie quotidienne, de nombreuses études faites sur les animaux montrent l’impact du stress sur l’immunité.

Le stress induit chez les animaux provoque une baisse de l’immunité cellulaire et des natural killers (NK). Les cellules NK sont de véritables prédateurs hautement sélectifs qui en quelques heures à peine tuent les cellules tumorales tout en épargnant les cellules saines. Ce procédé compose la réponse immunitaire dite TH1 qui est l’unique réponse efficace contre le cancer.

Toutefois jusqu’à ces dernières années, le niveau de preuves scientifiques de l’impact du stress sur le cancer, chez l’être humain était relativement faible.

Plus récemment une méta-analyse sur 165 études contrôlées, a conclu que le stress psycho-social est corrélé à une augmentation de l’incidence du cancer (1). La dépression semble être un facteur clé pour ouvrir les portes de la maladie. Deux autres méta-analyses récentes relient la dépression et l’isolement social à la diminution de la survie des malades cancéreux (2,3).

Une étude intéressante de David Spiegel montre que chez des femmes avec un cancer du sein métastatique, celles dont la dépression a été traitée efficacement la première année, ont un taux de survie deux fois meilleur que celles non traitées (Giese-Davis 2011).

Concernant l’impact du stress provoqué par le diagnostic de la maladie, les preuves scientifiques semblent plus évidentes. De récents travaux ont montré que le stress psychologique suite à l’annonce d’un cancer déprime l’immunité TH1 (notre immunité anti-tumorale). Toutefois cet impact peut être réduit par un support psycho-social adapté.

Une étude allemande a évalué les effets du soutien psychologique sur un groupe de malades cancéreux comparé à un autre groupe contrôle de malades. A dix ans, la survie était significativement meilleure dans le groupe avec soutien psychologique (21,3%) par rapport à l’autre groupe (9,6%) (4).

Ce qu’il faut retenir de toutes ces études c’est que le stress, quelque soit son origine, provoque une baisse de notre système immunitaire et en particulier de notre immunité innée TH1, celle qui a un impact direct sur l’élimination des cellules de notre corps atteintes par une tumeur. Il est donc important de ne pas minimiser l’impact du stress sur notre santé.

La gestion du stress permet d’augmenter la survie et réduire les récidives

L’étude américaine de Barbara Andersen a inclut 227 personnes opérées d’un cancer du sein. Le groupe de malade a été divisé de façon aléatoire en deux groupes avant de subir un traitement (chimio, radiothérapie etc…) : le premier groupe a bénéficié de diverses approches de gestion du stress, l’autre étant un groupe contrôle.

Le programme de gestion du stress était réalisé par petits groupes de 8 à 12 personnes. Il comprenait une séance de gestion de stress d’une heure et demi par semaine les quatre premiers mois puis une séance mensuelle les huit mois suivant. Chaque séance comprenait des techniques de détente profonde, des discussions et des réflexions sur la recherche de solutions liées aux problèmes psychologiques et pratiques tels que fatigue et douleurs. Les psychologues ont également insisté sur les changements de style de vie incluant la nécessité d’une activité physique régulière, d’une bonne alimentation et de l’utilisation de techniques de gestion du stress.

La preuve de l’efficacité de ces stratégies a été confirmée jusqu’à 13 ans après le début de la maladie, Plus de 80% des femmes qui avaient appris à gérer le stress ont survécu contre 60% dans le groupe contrôle (5).

La gestion du stress améliore le système immunitaire des malades, l’exemple du programme de méditation mindfulness

Une autre étude particulièrement intéressante a été faite à l’université de Chicago chez 75 femmes opérées d’un cancer du sein. Le groupe a été divisé en deux, comprenant un groupe témoin et un groupe bénéficiant d’un programme de gestion du stress.

Le groupe traité a bénéficié d’un apprentissage de 8 semaines de techniques antistress et méditatives de pleine conscience.

Avant de débuter l’expérience, le niveau de stress mesuré pas le dosage du cortisol et le fonctionnement du système immunitaire (cellules immunitaires et cytokines) ont été évalués chez chaque participante. Au départ, toutes les femmes avaient des valeurs perturbées avec des valeurs de stress augmentées et une immunité affaiblie. Après les 8 semaines, les femmes qui avaient appris à méditer avaient des scores de qualité de vie plus élevés et les niveaux de cortisol étaient plus bas.

Plus intéressant, était l’étude de leur immunité montrant une récupération d’un profil immunitaire d’une personne saine, avec une immunité cellulaire anti-cancer performante. A contrario, les femmes du groupe témoin avaient gardé des valeurs de stress et d’immunité perturbées (6).

Les techniques de méditation de pleine conscience ou encore appelées mindfulness présentent des bénéfices considérables sur notre capacité à gérer notre stress et à prendre du recul par rapport aux évènements qui composent notre vie. Ces techniques sont également très performantes pour « booster » notre système immunitaire et notamment notre immunité cellulaire qui nous protège du cancer. Ce ne sont pas les ouvrages qui manquent pour vous apprendre les bases de la pleine conscience. Néanmoins, vous pouvez lire autant de livres que vous voulez, seule la pratique compte ! Les ouvrages proposant des CD sont donc les mieux adaptés. Afin d’enrichir et de stimuler votre pratique vous pouvez faire partie d’un groupe de pratique en veillant toutefois à bien choisir votre enseignant. Ceci afin d’éviter toute dérive sectaire qui s’établit souvent lorsque certaines techniques sont « à la mode ».

Qu’est-ce que le stress ?

De nos jours, s’il existe un lien évident entre stress et cancer, pouvoir évaluer son niveau de stress n’est pas toujours si facile. En effet, chacun se dit stressé sans pour autant connaître son niveau de stress ni les répercussions sur son état de santé. Le stress désigne un état particulier qui ébranle l’équilibre de notre corps et qui survient souvent lorsque l’on a de la peine à s’adapter aux évènements de notre vie. Si cette réaction physiologique est importante pour nous permettre de faire face à des situations ponctuelles, elle devient néanmoins néfaste si elle perdure dans le temps. Il s’agit alors d’un stress chronique qui est souvent difficile à repérer tant il fait partie de notre quotidien. Parler du stress pourrait faire partie d’un article à part entière et ce n’est pas l’objet de cet article sur le cancer. Néanmoins, il semble important d’apprendre à se connaître afin de repérer les éléments stressants et surtout à mettre en place dans sa vie des stratégies anti-stress tel que la pratique sportive, la pratique de techniques visant à diminuer notre état de stress (méditation, cohérence cardiaque…), modifier votre style de vie… Vous pouvez mesurer votre état de stress grâce au test de Cohen.

 Conclusion

Le cancer est une maladie qui fait peur et dont l’incidence augmente inexorablement dans notre société. La prévention du cancer ne dépend pas de la médecine, il est illusoire de croire que les bilans médicaux et les check-up de toutes sortes vont nous protéger de la survenue de cette maladie.

Cet article en trois parties sur le cancer a été écrit pour vous redonner le pouvoir d’agir sur votre état de santé même quand la maladie vous frappe. Les études scientifiques de ces dernières années nous permettent d’évaluer l’impact énorme sur notre santé de certains changements de style de vie tels qu’une alimentation saine de type méditerranéenne riches en fruits et légumes, une activité physique quotidienne et une gestion du stress efficace (méditation, relaxation, cohérence cardiaque, etc…) Ces approches sont bénéfiques à tous les niveaux autant en prévention, qu’après la survenue de la maladie en association avec un traitement médical adéquat. Dans cet article sciemment, aucune médecine alternative n’a été évoquée ni aucun produit miracle particulier. Les recommandations que vous venez de lire concernent le socle essentiel d’une prise en charge respectueuse de votre écologie physique et psychique. Cette prise de conscience est capitale pour que ces quelques recommandations santé puissent être mises en pratique. Chacun a sa part de responsabilités à jouer. Ces recommandations aussi simples soient-elles ont des conséquences pour notre santé importantes, au-delà même de tous ces produits commercialisés aux multiples vertus anti-cancer. Il est important de pouvoir se faire accompagner par des thérapeutes compétents pour vous aider à mettre en place certains changements contribuant à l’amélioration de votre état de santé. Néanmoins la prudence est de mise face à toutes ces thérapies souvent très chères et qui sont proposées par des charlatants dont la pratique reste souvent douteuse.

Dr. D’oro

Références :

1)   « Do stress-related psychocial factors contribute to cancer incidence and survival » Chida Y, Nature clinical practice oncology 2008 5 :466-475

2)   « Depression as a predictor of disease progression and mortality in cancer patients : a meta-analysis » Satin, JR Cancer 2009 115 ; 5349-5361

3)   « Associations of social networks with cancer mortality : a meta-analysis » Crit Rev Oncol Hematol 2010, 75(2) :122-37

4)   «  Impact of psychoterapeutic support for patients with gastrointestinal cancer undergoing surgery :10 year survivals results of a randomized trial » Kuchler T. Journal of clinical oncology. July 1, 2007

5)   « Psychological intervention improves survival for breast cancer patients » Anderson BL, Cancer 2008 113 :3450-8

6)   « Effect of mindfulness based stress reduction on immune function, quality of life and coping in women newly diagnosed with early stage breast cancer » Witek-janusek, Brain Behavior and Immunity, 2008 22 : 969-981

 

  3 comments for “Cancer, l’écologie de l’esprit (Partie 3/3)

  1. Marilyn
    2 juillet 2014 at 21 h 22 min

    Karine,
    Merci pour ces 3 parties sur le cancer ainai que tout ce qu’elle comporte. En effet chaque être humain est responsable de sa santé et de ce qu’il en fait.
    Ce dernier article m’a percuté sur le stress et les émotions. Il me donne envie de prendre soin de moi et de ne pas me laisser envahir par les obstacles de la vie.
    Merci pour tout.
    Salutations.
    Marilyn

  2. mat
    15 novembre 2014 at 15 h 49 min

    Merci pour cette série d’articles, j’ai lu beaucoup d’articles de santé alternative sur l’écologie du corps. Lire des articles faisant état des connaissances scientifique sur le sujet est vraiments interessant !

    • Karine
      15 novembre 2014 at 18 h 22 min

      Un grand merci à vous pour votre appréciation. En tant que Médecin et Nutritionniste, l’aspect scientifique des différents sujets traités sur ce site me tiens personnellement à coeur. En effet, notre but dans ces articles est de passer un message sur l’importance des approches préventives (alimentation, gestion du stress…) qui semblent trop souvent peu documentées et entachées par un esprit commercial.
      Bien cordialement
      Dr A. D’Oro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.