Neuro-psychiatrie

Guérir l’anxiété, Rôle du stress et du microbiote, focus sur les psychobiotiques.

En médecine, le modèle théorique classique pour expliquer l’anxiété se base sur un dérèglement des neurotransmetteurs du cerveau. La solution médicale la plus utilisée est d’augmenter la production de molécules cérébrales calmantes agissant sur les récepteurs GABA. Parmi elles, les benzodiazépines restent les molécules les plus prescrites. Les effets sont rapides, mais s’accompagnent de nombreux inconvénients (somnolence, troubles de la mémoire, troubles de l’équilibre). De plus, ces médicaments produisent à la longue un phénomène d’accoutumance et de dépendance, raison pour laquelle ils devraient n’être pris que pendant de courtes périodes. Dans l’ensemble, ces approches médicamenteuses symptomatiques ne nous permettent pas d’appréhender les causes réelles de l’anxiété. Pour prendre en charge l’anxiété, il est nécessaire de s’interroger sur ce qui nous perturbe. Nous allons voir qu’il existe de nouveaux éclairages pour comprendre les racines de l’anxiété.

Est-ce que la pilule contraceptive augmente le risque de dépression ?

La contraception orale représente une molécule synonyme de liberté sexuelle pour la femme qui finalement n’est plus assujettie au risque de grossesse non désirée.  Les contraceptifs sont utilisés depuis plus de 50 ans et par plus de 100 millions de femmes dans le monde. Toutefois, tous n’est pas rose semble t’il avec la pilule car…

Comment éviter le déclin cognitif et booster son cerveau : Partie 2

Avons-nous besoin de compléments alimentaires pour protéger ou booster notre cerveau ? La réponse est affirmative, car notre environnement a changé. La vie est plus stressante, l’alimentation s’est appauvrie en vitamines, d’innombrables produits chimiques nous agressent quotidiennement. La bonne nouvelle est qu’il existe divers micronutriments dans la nature qui peuvent réellement contribuer à protéger et à booster notre cerveau.

Comment éviter le déclin cognitif et booster son cerveau : Partie 1

Le déclin cognitif débute, selon les experts, vers l’âge de 45 ans, Au début les personnes décrivent des difficultés de mémoire ou d’attention. Les connaissances anciennes, ou acquises au fil des années, sont plus longtemps préservées. Le déclin cognitif n’est pas une conséquence inévitable du vieillissement, bien qu’il soit fréquent chez les personnes âgées. Selon une étude sur la santé et le vieillissement au Canada, environ 17 % des Canadiens de 65 ans présentaient un déficit cognitif…..
…..Dès lors, on peut comprendre l’intérêt d’agir le plus possible en amont et de réduire dès que possible le déclin cognitif à son début. L’intérêt de cet article est de comprendre comment des modifications précoces de notre mode de vie et de notre alimentation peuvent nous aider à réduire le déclin cognitif et à réduire le risque de démence. De plus, nous verrons qu’il existe des stratégies micro-nutritionnelles pour protéger nos neurones et booster notre cerveau. En fin d’article, un programme santé du cerveau sera proposé sur la base des dernières avancées de la science.

MIGRAINE 2ème Partie: les alternatives naturelles

VERS UNE ALIMENTATION OPTIMALE  Introduction Nous avons vu dans la première partie, qu’une première approche pour contrôler les crises de migraine est de reconnaître et réduire les facteurs déclenchant. Nous avons insisté sur l’importance de gérer le stress, d’avoir un sommeil régulier et de ne pas sauter de repas. Certaines personnes vont déjà mieux par…