Le SIBO, Partie 3 : Empêcher la récidive, la partie souvent oubliée

Print Friendly, PDF & Email

Le SIBO, quand vos problèmes de santé viennent de l’intestin grêle, Partie 1 : Comprendre et diagnostiquer

Le SIBO, quand vos problèmes de santé viennent de l’intestin grêle Partie 2 : La prise en charge

Le SIBO, Partie 3 : Empêcher la récidive, la partie souvent oubliée

Le SIBO, Partie 4 : Intolérance à l’histamine

Introduction

Il faut être conscient qu’une grande partie des SIBO sont chroniques et ont tendance à récidiver. Nous allons voir l’importance de prendre en charge les causes sous-jacentes et l’intérêt de la prise de prokinétiques. Toutefois, il existe trois points essentiels à respecter dans le quotidien afin d’éviter une récidive rapide.

  1.     Le meal spacing

Il s’agit de laisser 4 heures entre les repas sans manger et 12 heures de jeûne nocturne afin de laisser le complexe moteur migrant faire son travail de nettoyage.

  1. Une alimentation plutôt pauvre en glucides

Maintenir une diète pauvre en glucides ou en FODMAP mal tolérés permet de réduire la nourriture pour les bactéries encore excessives dans l’intestin grêle. Chaque diète doit être personnalisée, car chacun a des seuils de tolérance aux glucides et aux FODMAP différents. Il faut toutefois maintenir une alimentation équilibrée et suffisamment calorique pour ne pas perdre de poids.

  1. La gestion du stress

Il faut se rappeler que le stress chronique interfère de multiples façons avec notre digestion, affectant également le complexe moteur migrant. Il ne s’agit pas simplement de pratiquer une technique anti-stress, mais de comprendre dans sa vie ce qui nous affecte émotionnellement (travail dévalorisant, conflit de couple ou familial, inquiétude par rapport à la santé, etc..).

Prendre en charge les causes sous-jacentes

Le SIBO n’est pas une maladie en soi-même, mais souvent la conséquence d’un problème sous-jacent qui affecte le système de nettoyage de l’intestin grêle (CMM) et favorise les fermentations bactériennes. C’est pourquoi le SIBO, malgré un traitement efficace, est une affection fréquemment récidivante. Si l’on veut éviter les récidives, il faut corriger les causes sous-jacentes qui favorisent le SIBO et éviter les facteurs aggravants. Donc, si la première étape est de traiter le SIBO, l’étape suivante est de traiter les causes qui déclenchent ou entretiennent le problème.

Stimuler la motilité intestinale

Nous avons vu que, selon le prof. Pimentel, l’élément prédictif le plus important d’une récidive est la présence d’anticorps anti-Cdt et anti-vinculine suite à un empoisonnement alimentaire ou une gastro-entérite. La présence d’un test positif pour ces anticorps (Ibscheck) indique donc que le complexe moteur migrant ne peut plus faire correctement son travail et donc progressivement les fermentations intestinales vont se reproduire. Il existe certaines stratégies qui permettent de réduire la fréquence de ces récidives dont voici les principales :

  • Éviter les gastro-entérites et les empoisonnements alimentaires. L’intestin est fragilisé et possède une moins bonne capacité à éliminer les bactéries pathogènes. Dès lors, il est conseillé lors de voyages à l’étranger de prendre des probiotiques et/ou des plantes antimicrobiennes à faible dose.
  • La prise de prokinétiques est conseillée suite à un traitement du SIBO (voir ci-dessous)
  • La stimulation du système nerveux parasympathique permet d’optimiser le fonctionnement de l’intestin. Pour cela, les techniques de gestion du stress sont importantes. Des alternatives peuvent être l’acupuncture, le neurofeedback ou certains exercices respiratoires stimulant le nerf vague (la respiration alternée). Plus récemment sont apparus sur le marché des appareils d’électrothérapie stimulant au niveau de l’oreille le point du nerf vague.
  • Certains compléments pourraient aider à réparer les lésions nerveuses au niveau du complexe moteur migrant comme l’hericium erinaceus qui est un champignon immunostimulant et antibactérien qui a également des vertus régénératives au niveau des nerfs.

Optimiser les processus de digestion

Nous avons déjà vu dans le traitement du SIBO, l’importance d’avoir une bonne capacité de digestion autant au niveau de l’estomac qu’au niveau hépatobiliaire. Les stratégies ont déjà été discutées dans la partie 2 et sont autant plus importantes durant le traitement du SIBO que dans la prévention de la récidive, les recommandations comprennent :

  • L’élimination des facteurs stressants dans la vie qui impactent la qualité de notre digestion et la pratique des techniques qui améliorent le tonus parasympathique telles que la cohérence cardiaque, des exercices respiratoires, manger en pleine conscience, l’hypnose.
  • La prise de suppléments afin de soutenir les processus digestifs selon les besoins. Cela peut comprendre la prise avant les repas de plantes amères (élixir du suédois) ou de vinaigre de cidre ainsi que des enzymes digestifs pendant les repas. En cas de difficulté à digérer des protéines comme la viande ou lors de RGO, on peut tester l’utilité de prendre de la bétaïne HCL au milieu du repas. Chez les personnes digérant difficilement les graisses, l’adjonction de plantes hépatobiliaires (artichaut, chardon marie, radis noir, etc..), ou même de sels biliaires (oxbile) peut être proposé.

Tenir compte d’éventuelles obstructions mécaniques

Une chirurgie abdominale (césarienne, hystérectomie, cholécystectomie, procédure en laparoscopie), des séquelles d’endométriose ou des inflammations pelviennes post-opératoires ou post-radiques, peuvent entraîner une obstruction partielle de l’intestin grêle par des phénomènes d’adhérences. Il peut être utile d’essayer une mobilisation viscérale ou un travail sur les fascias par des techniques manuelles ou de l’acupuncture. La chirurgie reste une option à envisager en dernier recours avec le risque de récidives des adhérences.

Évaluer la nécessité de poursuivre certains médicaments

Nous avons vu que certains médicaments comme les opiacés, les antispasmodiques, les IPP ou les antidépresseurs tricycliques peuvent altérer le fonctionnement du complexe moteur migrant de l’intestin grêle. Il est important en premier lieu d’évaluer la raison de ces médicaments. Par exemple dans le cas d’un état anxio-dépressif, il est préférable de comprendre et d’essayer d’améliorer les facteurs aggravants tels que le stress, l’isolement social, etc. On peut également envisager des approches plus naturelles et non médicamenteuses (phytothérapie, psychothérapie, exercices physiques, sauna, hypnose, etc.). En dernier lieu, si cela n’est pas possible, on peut poursuivre les médicaments en soutenant la motilité par des prokinétiques.

Stimuler la motilité intestinale (ECM) avec des prokinetiques

Il existe des substances naturelles ou des médicaments qui ont la fonction de stimuler la motilité de notre intestin grêle dans sa fonction de nettoyage, il s’agit des prokinétiques. Dès la fin du traitement antimicrobien, la prise de prokinétiques est conseillée par de nombreux nutritionnistes afin d’éviter qu’une récidive arrive trop rapidement. Il faut garder en tête qu’un laxatif n’est pas un prokinétique et que le laxatif ne stimule pas le CMM. De plus un prokinétique peut être donné même lors de diarrhées, car souvent un SIBO avec diarrhée est souvent dû à une déficience du CMM qui entraîne des diarrhées par fermentation dans le gros intestin. Un prokinétique doit être pris dès la fin du traitement antimicrobien, à savoir la nuit suivante après l’arrêt du traitement antimicrobien. La durée du traitement prokinétique va dépendre de certains facteurs :

  • À court terme (3 à 6 mois) surtout si les symptômes datent de moins d’un an ou suite à un premier traitement.
  • À long terme si le SIBO est présent depuis plus de 5 ans ou si la récidive est assez rapide dès l’arrêt du traitement antimicrobien. De plus, les personnes qui présentent une auto-immunité contre leur complexe moteur migrant (Ibscheck positif) doivent prendre des prokinétiques à long terme.

Après une certaine période, il est conseillé d’arrêter progressivement les prokinétiques, par exemple un jour sur 2, puis un jour sur 3, etc. Si les symptômes reviennent progressivement, on peut réintroduire à full dose le prokinétique avec la possibilité d’éviter une rechute du SIBO. Dans les prokinétiques, il existe des alternatives naturelles et médicamenteuses.

Alternatives naturelles

Ces substances naturelles sont souvent bien tolérées. Il est souvent conseillé de les prendre au coucher, car le CMM est plus actif la nuit. Le gingembre ou les produits contenant du gingembre peuvent être moins bien tolérés lors de reflux gastrique.

  • l’Iberogast 30 à 60 gtts avant le coucher
  • Certains probiotiques ont montré une capacité à renforcer la phase 3 du MMC, il s’agit du Lactobacillus rhamnosus et du Bifidobaterium lactis.
  • Le gingembre, 1000 mg avant le coucher (particulièrement en cas de nausée ou de gastroparésie)
  • Le Motilpro est beaucoup utilisé par les nutritionnistes anglo-saxons (3 cps avant le coucher et éventuellement encore 3 cps entre les repas). Il s’agit d’un produit stimulant la motilité intestinale en soutenant la neurotransmission sérotoninergique et cholinergique. On retrouve entre autres du gingembre, du 5 HTP (griffonia), de la B6 et de l’acetylcarnitine. Ce complément reste toutefois difficile d’accès pour la France ou la Suisse.

Alternatives médicamenteuses

Divers médicaments prokinétiques ont été étudiés dans le SIBO. Ces médicaments peuvent être très efficaces, souvent plus efficaces que les alternatives naturelles. Toutefois, ils ne sont pas dénués d’effets secondaires. Nous allons voir les 3 médicaments les plus connus et documentés.

L’érythromycine à faible dose (50 à 62,5 mg au coucher).

Il est étonnant d’utiliser un antibiotique, mais à très faible dose cet antibiotique a montré une bonne capacité à stimuler le centre moteur migrant, sans affecter le microbiote.

Le Naltroxone à faible dose (2.5 mg si diarrhées à 5 mg si constipation, avant le coucher)

La naltroxone est une molécule connue comme antagoniste des opiacés dont la dose habituelle est de 50 à 100 mg. Toutefois, à faible dose, on assiste à une libération d’endorphines qui va favoriser une auto-régulation de notre système immunitaire. Plusieurs études ont montré son utilité dans diverses maladies telles que les maladies auto-immunes, la fibromyalgie ou le cancer ainsi que dans des maladies gastro-intestinales. Dans le SIBO, c’est son effet prokinétique qui est recherché. On choisira ce médicament lors d’un SIBO associé à des douleurs chroniques (fibromyalgie) ou une maladie auto-immune.

Le Prucalopride à faible dose (0.5 à 1 mg avant coucher)

Le Prucalopride est un agoniste sélectif du récepteur 5HT4 avec une forte activité prokinétique intestinale. C’est probablement un des prokinétiques le plus efficace, mais non dénué d’effets secondaires possibles. Son indication est recommandée lors de la présence d’anticorps contre le CMM (Ibschek positif) et lors de constipation opiniâtre.

En conclusion : Points clés pour une prise en charge réussie du SIBO

  1. Un diagnostic de SIBO nécessite un test respiratoire correct sur 3 heures avec dosage de l’H2 et du méthane
  2. Les traitements antimicrobiens doivent être adaptés aux résultats du test respiratoire. Selon l’importance et la durée du SIBO, plusieurs cures antimicrobiennes seront vraisemblablement nécessaires.
  3. Il existe plusieurs protocoles de diète qui peuvent être mis en place avant, après ou pendant le traitement antimicrobien. Un suivi par une nutritionniste formée dans ces diètes est fortement conseillé afin de déterminer la meilleure approche diététique. Suivi online possible sur karinedoro.com
  4. Les fermentations à méthane et à hydrogène sulfureux, ainsi que les cas de constipation chronique sont plus dures à traiter et nécessitent des traitements combinés plus complexes ou différents.
  5. Les réactions de die off sont assez fréquentes
  6. En cas d’échec ou de traitement partiellement efficace, il faut refaire un test respiratoire. En cas de persistance du SIBO, il faut varier les traitements jusqu’à trouver celui qui fonctionne pour la personne. Envisager l’utilisation d’un anti-biofilm.
  7. Les rechutes sont fréquentes (en moyenne après 3 mois) d’où l’importance de corriger les facteurs aggravants du SIBO, de prendre des prokinétiques efficaces ainsi que de maintenir une diète adaptée.

Dr Antonello D’oro

Le SIBO, quand vos problèmes de santé viennent de l’intestin grêle, Partie 1 : Comprendre et diagnostiquer

Le SIBO, quand vos problèmes de santé viennent de l’intestin grêle Partie 2 : La prise en charge

Le SIBO, Partie 3 : Empêcher la récidive, la partie souvent oubliée

Le SIBO, Partie 4 : Intolérance à l’histamine

Dr. A. D'Oro

Dr. A. D'Oro

Consultations en Micronutrition et Alimentation Santé, site: www.plomed.ch, Email: secretairedoro@gmail.com,Tel: +41.22.301.63.38, 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.