Le SIBO, Partie 4 : Intolérance à l’histamine

Print Friendly, PDF & Email

Le SIBO, Partie 3 : Empêcher la récidive, la partie souvent oubliée

Le SIBO, quand vos problèmes de santé viennent de l’intestin grêle Partie 2 : La prise en charge

Le SIBO, quand vos problèmes de santé viennent de l’intestin grêle, Partie 1 : Comprendre et diagnostiquer

Introduction

Les réactions alimentaires diffèrent des allergies alimentaires, car il n’y a pas d’activation du système immunitaire. Ces réactions sont plus fréquentes dans le SIBO ou la candidose et sont typiquement accompagnées de symptômes plus généraux tels que céphalées, rash, gonflement, fatigue et douleurs articulaires. Il s’agit souvent de gens très sensibles « je réagis à tout ». Certaines personnes souffrent d’un terrain affaibli et peuvent présenter un leakygut, une mauvaise capacité de détoxification, une dérégulation immunitaire, des infections chroniques (virus, parasites), un état de stress, ainsi qu’une vulnérabilité génétique (MTHFR). Probablement, l’intolérance la plus connue est celle à l’histamine qui sera étudiée en premier.

Histamine et SIBO

Il existe plusieurs raisons pouvant favoriser une intolérance à l’histamine, dont l’existence de polymorphismes génétiques (HNMT, MAO ou ALDH). Toutefois, ce qui nous intéresse dans le cas présent est la relation entre le SIBO et l’apparition d’une intolérance à l’histamine. En effet, l’absorption de l’histamine peut être augmentée lors d’une pullulation bactérienne ou fongique de l’intestin grêle pour plusieurs raisons à savoir ;

  • Les fermentations intestinales peuvent abîmer la muqueuse intestinale avec perte de l’activité des enzymes responsables de l’élimination de l’histamine (la diamine oxydase et l’HNMT). En effet, les gaz produits par le SIBO peuvent avoir un effet toxique sur les microvillosités intestinales et détruire l’enzyme DAO.
  • Certaines bactéries en excès dans l’intestin ont la capacité de produire de l’histamine. Il faut comprendre que l’histamine est une amine biogène pouvant être produite par la fermentation d’acides aminés par certaines bactéries de l’intestin.
  • Lors d’inflammation de l’intestin, des infiltrats de mastocytes augmentent le relargage d’histamine

D’autre part, la consommation importante de viandes favorise de hauts niveaux d’amines biogènes telles que les cadavérines et putrescines pouvant inhiber les enzymes clés de la voie de l’histamine (DAO et HNMT). Sans compter que le candida peut altérer une voie du catabolisme de l’histamine (l’étape de l’aldéhyde déshydrogénase) pouvant expliquer ce type d’intolérance lors d’une candidose intestinale.

Effets possibles de l’histamine sur le corps

L’excès d’histamine va avoir de nombreuses conséquences, car il s’agit d’une amine biogène qui a la capacité d’activer divers récepteurs (H1R à H4R) avec de nombreux effets sur les organes.

Au niveau du système nerveux central :

  • céphalées,
  • nausées, vomissements
  • vertiges,
  • pertes de mémoire

Au niveau cardio-vasculaire:

  • vasodilatation,
  • tachycardie,
  • hypo/hypertension,
  • problème de régulation de la température corporelle

Au niveau respiratoire:

  • brochoconstriction,
  • production de mucus,
  • congestion nasale,

Au niveau gastro-intestinal :

  • douleurs abdominales, acidité gastrique, ballonnements, flatulences, diarrhées
  • peau : Démangeaison, rougeur, urticaire
  • reproduction : crampes utérines, augmentation de la production d’oestrogène

Pourquoi faut-il faire une diète particulière lors d’un SIBO avec réaction à l’histamine ?

La diète standard du colon irritable et du SIBO reste la diète FODMAP, pauvre en aliments fermentescibles. Toutefois, ce type de diète peut augmenter les taux d’histamine et c’est ainsi que certaines personnes sous une diète FODMAP peuvent développer une intolérance à l’histamine. Au lieu de s’améliorer sous une diète adaptée, les personnes peuvent se plaindre de l’aggravation ou de l’apparition de certains symptômes tels que :

  • une augmentation des diarrhées, des reflux d’acidité, des ballonnements ou des douleurs abdominales
  • une congestion nasale, des yeux larmoyants
  • des céphalées, ou des états d’anxiété, des insomnies,
  • des flushs cutanés, des hypo ou hypertension
  • des réactions d’urticaire ou une aggravation d’un eczéma, etc.

Dès lors, chez une personne qui ne tolère pas les aliments riches en histamine, il faut pouvoir trouver des solutions permettant de réduire ces symptômes. Bien entendu, la première chose est de réduire la consommation d’aliments riches en histamine.

Les aliments riches en histamine

Il faut en premier lieu différencier les aliments qui sont riches en histamine et ceux qui sont libérateurs d’histamine. Les aliments riches en histamine sont ceux qui ont subi un processus de fermentation ou de vieillissement (aliments fermentés, poissons fumés, fromage vieilli, etc.). Certains aliments contiennent par eux-mêmes naturellement de l’histamine tels que les tomates, épinards ou aubergines. D’autre part, certains aliments permettent une libération d’histamine tels que les aliments contenant des amines comme les cadavérines ou la putrescine (viandes rouges), ainsi que l’alcool, la famille des citrus, etc..

Voici une liste d’aliments pouvant augmenter l’histamine :

  • Les fruits de mer,
  • Les œufs,
  • Les viandes transformées, fumées ou fermentées (salami, bacon, etc.),
  • Tous les produits laitiers fermentés incluants de nombreux fromages, yaourt, kéfir…
  • Les citrus incluant les oranges, pamplemousse, citrons,
  • Beaucoup de fruits rouges,
  • Les fruits secs,
  • Les aliments fermentés : choucroute, kombucha, soja fermenté, etc.,
  • Les épinards,
  • Les tomates incluant le ketchup et sauce tomates,
  • Les épices : cannelle, anis, clou de girofle, curry, poivre de Cayenne,
  • Les boissons comme le thé, l’alcool,
  • Le chocolat et le cacao,
  • Le vinaigre et les aliments contenant du vinaigre (moutarde).

Quand et comment appliquer une alimentation pauvre en histamine lors d’une diète FODMAP

Il faut envisager de modifier une diète classique FODMAP lorsque les gens se plaignent d’une aggravation des symptômes (plus de douleurs abdominales, de reflux acides, de diarrhées, etc.) ou chez les personnes qui expriment des symptômes généraux caractéristiques de l’histamine (céphalées, rougeurs, congestion nasale, etc.).

Dans un premier temps, la nutritionniste doit envisager une diète pauvre en aliments fermentescibles (FODMAP) et pauvre en histamine, ceci pendant 2 à 4 semaines. Si les symptômes s’améliorent, on peut réintroduire les aliments qui libèrent de l’histamine et on continue à éviter les aliments riches en histamine et en fibres fermentescibles.

Si les symptômes sont améliorés et que les aliments libérateurs d’histamine sont bien supportés, alors on essaye de réintroduire les aliments riches en histamine, un par un, selon un protocole précis. Par la suite, il faut déterminer le seuil de tolérance à l’histamine pour chacun. Heureusement, souvent avec l’amélioration du SIBO, les seuils de tolérance à l’histamine peuvent augmenter rapidement. Dans l’ensemble, il est conseillé d’être suivi par une nutritionniste qui connaît l’intolérance à l’histamine et qui maîtrise ce type de diète. Pour ceux qui n’ont pas accès à une nutritionniste compétente, il y a toujours la possibilité d’être suivi online avec Karine D’oro, experte dans les diètes SIB (www.karinedoro.com).

La micronutrition en soutien

Certains compléments alimentaires peuvent stimuler les voies d’élimination de l’histamine en soutenant les voies de détoxifications principales. Il y a 3 voies différentes, la plus importante s’effectue en 3 étapes et utilise en premier la méthylation (vitamine B12, B9, B6 et magnésium) puis ensuite la MAO suivi de l’étape de l’aldéhyde déshydrogénase. La candidose peut bloquer cette dernière étape, ce qui explique que les taux d’histamine peuvent monter durant une candidose.  La voie de la DAO (diamine oxydase) peut requérir des apports supplémentaires de B6, magnésium et cuivre.

L’élimination de l’histamine au niveau intestinale peut donc être améliorée par la prise de compléments soutenant la méthylation et la DA0 (B1, B5, B6, B9, B12, magnésium) mais également en prenant de la diamine oxydase sous forme de complément alimentaire.  Des chélateurs intestinaux peuvent être également conseillé lors de crises (charbon actif, zéolite etc.), cela aura également l’avantage d’absorber les endotoxines, les pesticides, métaux lourds et gaz.

Dr A. D’oro

© 2018, Dr. A. D’Oro. All rights reserved.

Dr. A. D'Oro

Consultations en Micronutrition et Alimentation Santé, site: http://www.plomed.ch, Email: secretairedoro@gmail.com,Tel: +41.22.301.63.38, 

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

30 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pirotte
Pirotte
2 années il y a

Bonjour, un jeûne peut-il aider dans le cas d’un sibo?

causse
causse
2 années il y a

Bonjour,
est ce que les tests d’intolérances à l’histamine en laboratoire (prélèvements sanguins) sont fiables?
Si oui, les resultats peuvent ils changer en quelques mois?
cdt

Lysiane
Lysiane
2 années il y a

Bonjour,

Je me permets de reposter mon message sur votre site car le précédent ne s’est pas affiché alors que je l’ai posté il y a de cela plusieurs jours.

Je suis la maman d’une petite fille de 5 ans. C’est une enfant qui a eu de nombreux problèmes de santé suite à une varicelle. A ce moment elle a pris de nombreux antibiotiques alors qu’elle n’avait que 2 ans. Suite à une prise d’antibiotiques alors qu’elle avait 2 ans et demi, elle s’est mise à faire des réactions cutanées (surtout sur le visage) au cours des repas pendant environ 4 mois. Puis tout est rentré dans l’ordre. On a procédé à des tests allergiques qui sont revenus négatifs.

Mais hélas, elle s’est faite mordre par une tique (érythème migrant caractéristique) et a reçu de nouveau de fortes doses d’antibiotiques alors qu’elle avait tout juste 3 ans.
En janvier dernier, de nouvelles réactions alimentaires sont apparues, beaucoup plus fortes que la première fois avec des urticaires à distance, des rougeurs sur le visage, la joue gauche rouge en quasi permanence avec une sorte de couperose qui s’intensifie lors des repas.
On nous a parlé d’allergie à l’histamine.

Pourtant les aliments qui provoquent ces réactions sont presque impossibles à identifier. En effet, les réactions sont très aléatoires. Elle réagit fortement au citron, moutarde, vinaigre, produits lacto fermentés, amandes et noix, légumineuses, certains légumes… la liste est longue.

Je ne sais plus quoi faire. En vous lisant et en suivant votre formation sur le microbiote je me dit qu’elle a les intestins en très mauvais état et je me sens incapable seule de l’aider.

Nous sommes en région Rhone Alpes. Pourriez vous me conseiller un thérapeute qui travaille comme vous ou bien la prendre vous même en charge?

Merci pour votre réponse

Frimousse
Frimousse
2 années il y a

Bonjour Dr A. D’oro

j’ai 62 ans et en 2017 j’ai été victime d’une hepatite médicamenteuse , un medicament pour le sommeil hépato toxique pris suite a un accident traumatisant ( 1 mois après le debut de la prise du medicament, je fais un prurigo sur le corps, un dermato a cru qu’il s’agissait d’une gale, diagnostiquee sans prelevement , sans tests, j’ai été « gavée  » d’anti parasitaires a très hautes doses pendant 8 mois (stromectrol) hepato toxique aussi , et l’état de ma peau s’empirait
et pour cause:j’avais un prurigo en fait lie a une hepatite medicamenteuse, découvert donc au bout de 9 mois avec une simple prise de sang/ mois de souffrance et etat peau deplorable ,mes Gamma GT etaient montés à 260, aucune éosinophilie et j’avais des diarrhées récurrentes, alors j’ai stoppé intuitivement tous les medicaments, ma peau et ma santé sont revenues normales doucement…

Un an après un été enfin paisible, la santé retrouvée et à l’automne pour perdre les quelques kg, (prescrit par diététicienne )avec introduction pain céréales bio, (je lui dis pourtant que le le digere mal) 2 x viandes et introduction de lait si j’avais un creux avant de dormir, le prurigo revient en un mois environ de ce régime, je me sentais à nouveau épuisée, ballonnée, nauséeuse , déprimée après certains repas coup de barre immense/ J' »arrete le regime/

Depuis les demangeaisons sont evidentes après les repas, c’est une très forte intolerance histamine, inexpliquée et j’ai pensé que comme je suis réactive aux candidas albicans coté peau (allergie idem nourrisson) depuis mon enfance, qu’il pouvait s’agir sans doute un sibo.
J’avais deja fait deux desensibilisations aux candidas albicans par piqure il y a vint ans a cause de boutons dos et torse qui ne partaient pas , une reussite! S’en sont suivies 35 années de paix et excellente santé !

Je mange depuis 3 semaines sans histamine, et je revis car le prurigo ne démange que lorsque je mange des aliments l’histamine, ou histamino liberateurs ce qui m’a ramené ce matin à penser aux allergies aux candidas de ma jeunesse et liant « candida et histamine » trouvé votre
merveilleux post.

Quels examens dois je faire pour savoir si c’est bien un sibo , je suis actuellement suivie uniquement par mon généraliste et une nouvelle dermatologue très sympathiques ,mes résultats de prise de sang sont tous excellents sauf légère augmentation globules blancs et gamma GT encore à 79, je ne bois jamais d’alcool, je ne fume plus depuis 6 ans, j’ai diminué aussi drastiquement le sucre( dont j’avais des envies inhabituelles) aussi. Quels tests dois je faire pour savoir de façon certaine si sibo ou pas, la prise de Lactibiane Candisis Cnd 5 M semble me faire du bien, débutée seulement depuis 4 jours/ Très cordialement et remerciements anticipés…

Il existe la DAO en gelules, DAOSIN, puis je en prendre sans risques ou dois je simplement faire le regime sans histamine,avec rééquilibrage flore intestinale et après reincorporation progressive des aliments supprimés … Si oui sur combien de temps???Merci Docteur D’Oro

Frimousse
Frimousse
2 années il y a
Répondre à  Dr. A. D'Oro

Merci beaucoup Docteur A. D’ORO

flores gaelle
flores gaelle
1 année il y a
Répondre à  Dr. A. D'Oro

bonjour, glutamine & desmodium pour femme enceinte, tolérés? merci

Rom
Rom
2 années il y a

Bonjour
On m’a prescrit du SAMe pour la méthylation et qui devait arranger mes soucis d’histamine, inflammation urinaires et fortes pertes de poids, dysbiose à méthane (peu élevée selon l’analyse urinaire à l’indoxyl sulfate mais pourtant bien invalidante, c’est fiable comme analyse?!!).
Dès les premières ingestion, ce fut une catastrophe, gros spasmes, gonflements du colon etc…
ce sont des signes normaux de début de traitement? le praticien n’a pas pu me répondre…
merci d’avance
cordialement

clavier
clavier
2 années il y a

Bonjour docteur ,j’ai assisté à votre conférence sur le web du 10 juin et je l’ai trouvée très intéressante car je suis affecté par des troubles intestinaux mais malheureusement malgré son prix raisonnable je n’ai pas les moyens de me payer ce programme par contre pourriez vous me donner les noms des 3 probiotiques que vous avez cités ainsi que leurs indications .Je sais que ce n’est pas ces probiotiques qui règleront le problème de fond mais je pense qu’ils pourraient m’apporter un certain confort en attendant d’aller plus loin et je pense aussi à ma mère qui va sur ses 93 ans , qui a encore toute sa tête mais dont les nuits sont fortement perturbées par des douleurs intestinales récurrentes .Merci d’avance .Bien à vous . jean-pierre

Sylvie wargnier
Sylvie wargnier
1 année il y a
Répondre à  clavier

Knonjour, je souffre de Sibo qui me provoque des problèmes d’histamine. Mais ce qu’il me fait le plus souffrir c’est la conséquence de tout ça: des arythmies très penibles dues à des extrasystoles forts et récurrents. Qd je lis les témoignages sur le net ou même les symptômes, je ne vois jamais le problème d’arythmie. Je souligne que j’ai fait ts les examens cardiologiques jusqu’a Une coronarographie qui n’a rien révélé. Je suis désespérée car j’essaie d’adapter mon alimentation au sibo mais je n’arrive pas à régler mon problème.

Sarah Germanier
Sarah Germanier
2 années il y a

Bonjour
Depuis 3 mois je souffre de diarrhées puis sont venues les palpitations puis des arythmies parfois tachycardie et extra systoles (soit après les repas ou certains efforts ou lors de stress) puis maintenant je me sens mal après certains repas, ne supporte plus les bananes ni le bon rouge, parfois de fortes nausées après un repas, une sensation de nez sec, des raclements dans la gorge avec parfois du mucus grisâtre, une impression d’avoir une boule au fond de la gorge quand je mange, parfois des vertiges ou maux de tête, un moral pas au top avec mauvaise résistance au stresse et parfoiscrises de panique, un mal du voyage jusque là inconnu auparavant, des ballonnements, aigreurs d’estomac avec parfois un reflux, une fatigue malgré du repos, malgré ma bonne hydratation toujours les lèvres sèches , des boutons apparaissent et disparaissent sur mon visage en continu, allergie au soleil cet été, parfois des douleurs musculaires ou dans les articulations ou tendons, fréquentes envies d’uriner, trous de mémoire et tout cela est nouveau…… pensez vous que je souffre d’intolérance à l’histamine ?
En vous remerciant pour votre réponse, meilleures salutations

Nicolas
Nicolas
1 année il y a
Répondre à  Sarah Germanier

Bonjour
J’ai actuellement 38 ans et je souffre trait pour trait à vos symptômes depuis l’âge de mes 17 ans
Après multiples anti histaminiques et autres traitements rien y fait.

Je suis depuis 6 mois sous metrotrexate 20mg suite à une prise de sang avec mes globules blancs ige a 100 fois la dose afin de réduire mon système immunitaire

Malgré cela dès que je stress fais du sport mange un aliment histaminique ou autre je suis 3 jours malades réellement toujours malade en fait
Mal du transport dès que je fais 30 mn de route même en voiture je suis tout rouge en sueur envie d’uriner bref cela deviens invivable
Je voulais savoir si vous aviez une amélioration depuis votre commentaire
J’ai du voir plus de 20 médecins depuis le début et rien y fait on m’a même mis sous anti dépresseur durant 2 ans sans amélioration bien évidement

Cordialement

laurent
laurent
1 année il y a

Bonjour,
Existe-t-il un examen pour déterminer une intolérance à l’histamine ? Si oui, pouvez vous me dire lequel ?
Merci

Christophe
Christophe
1 année il y a

Bonjour Docteur
Comment est-ce possible de vous consulter pour pb de SIBO et Histamine ?
Merci d’avance

Sophie
Sophie
1 année il y a

Bonjour Docteur,
Votre article ma beaucoup intéressée car je n’arrive pas à déterminer la cause de mes ennuis, pour moi essentiellement d’ordre digestifs… J hésite entre sulfites et histamines, mais j’ai entendu dire que les personnes réactives aux sulfites étaient toujours asthmatiques, or je ne le suis pas. J ai note une forte réaction à la bière, aux vins surtout blancs et rosés et aux vinaigrettes industrielles… mes symptômes sont énormément de mucus dans l’arrière gorge, nausées, rgo nocturne, eructations permanentes et toux sèche. Quand je suis comme ça, je suis vraiment mal, je déprime de ne pas trouver d’explications claires. Est ce que mon âge 53 ans et le fait que je m achemine vers la menopause peut jouer et si oui est ce que ça peut s ameliorer quand le chahut hormonal se calme ? Merci de tout coeur pour votre reponse, je n’ai trouvé aucun réconfort médical autour de moi. Sophie

clo
clo
1 année il y a

Bonjour,
j’ai des problèmes de RGO depuis presque 2 ans me causant toux et irritation du larynx.
J’ai fait une Ph-métrie qui ne mettait pas en avant de reflux marqué.
J’ai fait 2 test SIBO , l’un selon la méthode du Dr.Donatini, mais qui m’était en avant un peu de méthyl-acetate, et l’un dans un hôpital de l’APHP, avec glucose et uniquement mesure du H2. Il n’a pas mis de SIBO en avant, le médecin m’a dit qu’il n’était ps nécessaire de faire un test de mesure au lactulose, de de suivre d’autre gaz car ma cour n’est pas plate. Il était par conte étonné que le taux de H2 remonte un peu sur la fin.
Ce médecin m’a prescrit des antihistaminiques, et cela diminue mes grosses crises de toux. J’ai également remarqué que je réagis fort à certains aliments (récemment, l’ananas…), mais pas toujours…
Après lecture de votre article sur le Sibo à H2s, je me suis reconnue dans plusieurs symptômes, notamment les douleurs articulaires et fourmillement, les sensation de vertige quand je me lève ou étoiles devant les yeux..
Je suis un peu perdue sur le traitement à suivre, ou les analyses complémentaires à faire…
Que me conseillez-vous ?
Merci à vous,

Martine Picot
Martine Picot
5 mois il y a

Bonjour Dr d’Oro,
depuis plus de 6 mois je souffre de douleurs de l’intestin grêle. J’ai d’abord supprimé le lactose qui a légèrement amélioré mes symptômes (quelques jours) puis ça a recommencé à flamber tant et si bien que j’ai également supprimé le gluten et là encore après 3 jours de mieux, ça reflambe, j’ai très mal et des gaz qui ne veulent pas sortir (massage du ventre).

Après en avoir parlé avec mon médecin traitant, elle m’a envoyé chez le gastro entérologie qui dit me soigner avec du charbon, du Spasfon et des probiotiques. c’est presque inutile et j’ai du arrêter les prébiotiques qui augmentaient énormément mes ballonnements et mes douleurs.

Le médecin traitant m’a fait une ordonnance pour un test au lactulose et j’ai un rendez-vous au CHU de Nice au mois d’octobre 2021.

Je me demande si je vais tenir jusque là car je n’en peux plus de ces douleurs, qui m’empêchent de dormir.

Si vous avez quelques conseils pour moi je vous en serais très reconnaissante

bien Cordialement,

Martine Picot
Martine Picot
4 mois il y a
Répondre à  Dr. A. D'Oro

Merci beaucoup docteur
C’est bien un test au lactulose je je passerai le 19 octobre