Traiter vos reflux d’acidité (RGO) par des méthodes naturelles (Partie 2/3)

Print Friendly, PDF & Email

1ère partie :Pour vos reflux d’acidité (RGO), il semble préférable d’éviter les inhibiteurs de la pompe à protons

Partie 3 : Protocoles naturels pour traiter vos reflux d’acidité (RGO) et apprendre à vous sevrer des IPP.

Introduction

Nous avons vu dans le premier article que le reflux gastro-oesophagien est extrêmement fréquent et que l’approche médicale habituelle comprenant la prescription d’antiacides (IPP) n’est pas dépourvue d’effets secondaires et surtout ne traite pas la cause du problème. Les approches naturelles sont multiples dont l’efficacité n’est pas toujours bien documentée par des études médicales.

Dans cet article, nous allons voir qu’il existe une autre façon de comprendre et de prendre en charge le reflux gastro-oesophagien qui tient compte des causes profondes de ce trouble.

Comprendre les causes du reflux gastro-oesophagien

Rôles discutables de l’hypersécrétion d’acidité de l’estomac et de la hernie hiatale

Contrairement à la croyance générale, le plus souvent les reflux d’acidité ne sont pas dus à une augmentation de l’acidité de l’estomac, bien au contraire on constate plutôt une réduction de l’acidité. Par exemple, de façon contradictoire à la théorie classique, de nombreuses études ont montré que la sécrétion d’acide de l’estomac diminue avec l’âge alors que parallèlement l’incidence du RGO augmente (1).

Le problème, c’est que l’on confond le symptôme et la cause. Ainsi, dans un éditorial publié dans le journal Gastroenterology, l’auteur remarque que le fait de traiter le reflux gastro-oesophagien avec des inhibiteurs de l’acidité (IPP) n’est pas idéal, car la sécrétion acide n’est pas la cause primaire du reflux.

La théorie médicale la plus reconnue soutient que le reflux d’acidité provient d’une dysfonction du sphincter entre le bas d’œsophage et l’estomac.

Si le sphincter fonctionne bien, il n’est théoriquement pas possible que l’acidité de l’estomac puisse remonter vers l’œsophage. En cas de dysfonction de ce sphincter, le reflux est possible.

hernie hiataleBeaucoup de médecins évoquent le plus souvent le diagnostic de hernie hiatale pour expliquer cette dysfonction entre estomac et oesophage. La hernie hiatale est une remontée du haut de l’estomac à travers l’anneau musculaire du diaphragme par lequel normalement passe seulement l’œsophage. Cette situation peut dès lors favoriser le RGO. Toutefois bon nombre de hernies hiatales, même volumineuses, ne provoquent pas de reflux d’acidité notable ; à l’inverse de simples malpositions sans hernies hiatales peuvent être associées à un RGO très gênant.

Le reflux gastro-oesophagien est favorisé par une augmentation de la pression intra-abdominale : rôle de la fermentation intestinale

En fait, le reflux n’est possible le plus souvent que, si en plus d’une dysfonction du sphincter gastro-oesophagien,il y a une pression intra-abdominale augmentée (2). C’est pourquoi habituellement on propose aux gens d’éviter de manger de grosses quantités ou de se pencher en avant après manger ou encore de se coucher juste après manger.

Cette pression intra-abdominale peut être générée par des gaz en relation avec une fermentation gastrique ou intestinale. Selon le microbiologiste, Dr Norm Robillard, la mauvaise digestion des carbohydrates favoriserait une pullulation bactérienne intestinale, entraînant une augmentation de la pression intra-abdominale et secondairement le reflux gastro-oesophagien. Certains médecins nutritionnistes tels que le Dr Chris Kress estiment que la cause première pourrait être due à une baisse de l’acidité de l’estomac qui contribuerait autant à une mauvaise absorption des carbohydrates qu’à une pullulation bactérienne. La conjonction de ces deux phénomènes entraînant une augmentation de la pression intra-abdominale responsable du reflux gastro-oesophagien. En effet il ne faut pas oublier qu’une acidité correcte de l’estomac est nécessaire pour soutenir la digestion et l’absorption des carbohydrates en stimulant les enzymes pancréatiques dans l’intestin grêle. En cas d’insuffisance d’acidité, les enzymes pancréatiques ne sont pas bien stimulés et la digestion des carbohydrates est insuffisante. La fermentation des carbohydrates mal digérés entraîne des gaz.

Ce sont ces gaz qui augmentent la pression intra-abdominale, ralentissant la vidange gastrique et favorisant le reflux d’acide vers l’œsophage.

Rôle de la perméabilité de la muqueuse de l’œsophage dans le RGO

Chez un certain nombre de personnes souffrant d’un RGO, on ne constate pas de reflux d’acidité anormal au niveau de l’œsophage (3). Certaines personnes souffrant de RGO ont même une muqueuse décrite comme normale à l’endoscopie et la moitié d’entre eux n’ont pas d’anomalie au comptage d’acidité. Plusieurs études récentes expliquent ces symptômes par une altération de la muqueuse de l’œsophage dans sa fonction barrière (4,5), on parle dans ce cas d’une hyperperméabilité de l’œsophage.

Des reflux occasionnels d’acide de l’estomac vers l’œsophage sont dans la norme. Dans le cas d’une muqueuse normale de l’œsophage, cette acidité ne pénètre pas la barrière en raison des jonctions serrées des cellules de la muqueuse. Si ces jonctions serrées sont en partie ouvertes, l’acidité peut dès lors traverser la muqueuse et activer les récepteurs de la douleur en profondeur. Cette hyperperméabilité de l’intestin peut être secondaire à une inflammation préexistante lors d’un RGO mais dans certains cas, peut être la cause principale des symptômes.

Cette perméabilité de l’œsophage pourrait dépendre du microbiome de l’œsophage. L’œsophage a sur sa muqueuse une communauté complexe de bactéries.

On a démontré la présence prépondérante de bactéries gram négatif chez les personnes souffrant de RGO alors qu’on retrouve préférentiellement des bactéries gram positif chez les personnes en bonne santé (6). L’augmentation des grams négatifs peut stimuler l’inflammation locale en exposant la muqueuse à des lipopolysaccharides bactériens (LPS). La réponse inflammatoire peut secondairement altérer l’intégrité de la muqueuse avec comme résultat, une hyperperméabilité de l’œsophage (7).

Si le mécanisme au niveau de l’œsophage est identique à celui de la muqueuse intestinale, on peut comprendre que l’excès d’alcool ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens aggrave la perméabilité intestinale et par conséquent le RGO (8).

Prise en charge naturelle du reflux gastro-oesophagien

En résumé, nous avons vu que les reflux acides ne sont pas dus à un excès d’acidité de l’estomac, mais le plus souvent sont liés à une pullulation bactérienne de l’estomac et de l’intestin grêle. La fermentation des carbohydrates (féculents) favorisée par un manque d’acidité de l’estomac entraîne une production de gaz et une augmentation de la pression intra-gastrique entraînant secondairement le reflux gastro-oesophagien.

D’autre part le microbiome de l’oesophage joue un rôle protecteur de la muqueuse.

En cas d’altération de l’équilibre microbien, la muqueuse devient plus perméable provoquant inflammation et douleurs même chez les personnes sans reflux acides pathologiques. Dès lors le traitement devra éliminer la pullulation bactérienne de l’estomac et/ou de l’intestin grêle, restaurer une sécrétion acide correcte de l’estomac et rééquilibrer le microbiomeoesophagien et intestinale.

a.      Réduire les carbohydrates ou/et les aliments fermentescibles (Fodmaps)

Quand l’acidité de l’estomac est correcte et que les carbohydrates sont consommés modérément, ils sont transformés correctement en glucose et absorbés par l’intestin grêle avant qu’ils soient fermentés par les bactéries.

Chez certaines personnes souffrant d’une carence en acide gastrique et/ou d’une pullulation bactérienne, la réduction des glucides doit être plus drastique.

La réduction des apports de féculents a montré dans le cadre d’un régime pauvre en glucides une nette amélioration du RGO dans différentes études (9,10).

Une alternative intéressante est de faire une diète pauvre en fodmaps.

Les Fodmaps sont des aliments contenant des carbohydrates qui sont mal digérés par certaines personnes se soldant par une fermentation bactérienne excessive (SIBO). Ce régime tient compte également d’une réduction de la consommation de fructose ou de sucres artificiels responsables d’une fermentation bactérienne. Cette alternative est d’autant plus intéressante chez les personnes qui souffrent conjointement d’un colon irritable. Pour plus d’information, se référer à notre article sur le sujet.

b.     Se méfier du gluten

Plus spécifiquement, une diète sans gluten peut être miraculeuse chez certaines personnes. Les aliments contenant du gluten peuvent être une cause de brûlures d’estomac fréquente chez les personnes présentant une maladie céliaque non diagnostiquée. Il est probable que l’on sous-estime le nombre réel de personnes souffrant de cette maladie qui devient de plus en plus fréquente et peut se déclencher à n’importe quel âge. Le mode de présentation de cette maladie change, les cas classiques de diarrhées avec malabsorption deviennent plus rares. Chez l’adulte, les modes de présentation s’expriment le plus fréquemment par une anémie, une ostéoporose ou un reflux gastro-oesophagien persistant (11).

Une étude de 2011 a évalué 133 adultes connus pour une maladie céliaque et 70 personnes en bonne santé (groupe contrôle). Ces personnes ont été suivies pendant 4 ans par des questionnaires relatifs aux symptômes du RGO. Au début environ 30 % des personnes céliaques avaient des symptômes modérés à sévères de reflux gastro-oesophagien. Après juste 3 mois de diète sans gluten, la plupart des céliaques n’avaient pratiquement plus de symptômes (12). On retrouve des résultats identiques dans une étude italienne de 2008 dans laquelle un régime sans gluten a résolu les symptômes de RGO en seulement 8 semaines, sans récurrence après des contrôles à un et deux ans (13).

c.      Restaurer une fonction sécrétoire (enzymes, HCL) efficace de l’estomac

help meDans les cas de reflux gastro-oesophagien modéré, fréquemment on constate plutôt une baisse de la production d’acidité (hypochloridrie). Le docteur Jonathan Wright, dans son livre « WhyStomachAcidis good for You » explique que 90% de ces patients souffrant de reflux gastrique manquent d’acidité (hypochloridrie). Vous pouvez demander à votre médecin un test de mesure d’acidité gastrique toutefois une ph-métrie classique avec sonde dans l’œsophage n’est pas suffisante pour déterminer si hypoacidité ou hyperacidité.

Certains tests simples pourraient permettre de savoir si le reflux est effectivement dû à une hypochloridrie.

Le test au vinaigre de cidre, il s’agit de prendre une cuillère à café après le repas dilué dans un verre d’eau, si la digestion va mieux cela peut indiquer que l’estomac manque d’acide chlorhydrique.

Le test du bicarbonate de soude, le matin à jeun, consiste à diluer ¼ de cuillère à café dans un verre d’eau, boire le verre, démarrer un chronomètre et l’arrêter à la première éructation. Le bicarbonate est une base qui va réagir avec l’acide de l’estomac pour créer un gaz (dioxyde de carbone). Plus on a d’acide, plus on a une éructation puissante et plus elle arrivera rapidement. Une éructation marquée doit se faire dans les 2 premières minutes, si le gaz remonte au-delà de 2 minutes, une hypochloridrie est probable, au-delà de 5 min, une hypochloridrie est pratiquement certaine.

Un test à la bétaïne HCL, il s’agit de prendre un comprimé de bétaïne HCL pendant un repas riche en protéines (un steak par exemple) puis de voir si la digestion est bonne ou meilleure que d’habitude, indiquant une possible hypoacidité. S’il y a brûlures d’estomac, une hyperacidité peut être suspectée.

Il faut toutefois formellement éviter de prendre du HCL lors d’utilisation concomitante d’anti-inflammatoires non stéroïdiens ou de corticoïdes, car ces médicaments peuvent endommager la muqueuse gastrique et un supplément contenant du HCL pourrait aggraver le risque de saignement ou d’ulcère.

Une autre façon de stimuler l’estomac est de prendre des herbes appelées les amères qui stimulent les sécrétions gastriques (enzymes et HCL). Les herbes communément utilisées peuvent comprendre la racine de gentiane, la dent-de-lion, le fenouil, le gingembre,la feuille d’artichaut, etc..

Ces herbes sont utilisées en petites doses sous forme de teintures mère ou autre extrait à prendre 15 minutes avant le repas.

Le vinaigre de pomme, le jus de citron ou le jus cru de choucroute sont également utilisés comme remède traditionnel permettant fréquemment de soulager les brûlures d’estomac. Toutefois, ces remèdes peuvent soulager les symptômes, mais ne permettent pas d’améliorer l’absorption ou l’assimilation comme le ferait un supplément contenant du HCL. Cela est d’autant plus important pour les personnes prenant ou ayant pris durant une longue période des antiacides (IPP).

d.     Rééquilibrer le microbiome oesophagien et intestinal

microbiome intestinaleEtant donné que la pullulation bactérienne de l’intestin est un facteur important du RGO, restaurer un microbiome sain est une étape importante du traitement.

D’autre part, la perturbation du microbiome est également présente au niveau de l’œsophage entraînant un œsophage perméable et par conséquent une inflammation douloureuse responsable d’un reflux non érosif.

La réduction des carbohydrates et l’amélioration de la fonction digestive de l’estomac sont déjà des étapes importantes pour réduire le déséquilibre du microbiome. On peut renforcer cet effet thérapeutique en rajoutant des probiotiques. Il s’agit de bactéries amies nous protégeant contre les germes pathogènes. Il existe de nombreuses études montrant un effet favorable des probiotiques sur la pullulation bactérienne de l’intestin (14).

Il existe actuellement dans le commerce de nombreux probiotiques, toutefois il semble préférable de rechercher ces probiotiques dans notre alimentation. Les probiotiques dans notre alimentation ont été utilisés traditionnellement depuis des milliers d’années. Il s’agit d’aliments fermentés qui ont malheureusement disparu, remplacés par le modèle alimentaire occidental faisant place à un excès de sucre et de féculents.

Les probiotiques en capsules sont moins concentrés et moins riches en souches diverses qu’un produit naturel fermenté. Par exemple, de petites quantités de kéfir amènent des milliards de probiotiques sans compter des acides aminés, des vitamines et des agents anti-microbiens.

choucrouteSi vous voulez éviter les produits à base de lait (kéfir, yaourt, etc.. ) on peut se tourner vers des légumes bio fermentés telles que, par exemple, le kimchi ou la choucroute crue ou des boissons fermentées comme le kombucha. Actuellement, il existe de nombreux sites sur internet sur lesquelles on peut apprendre à faire soi-même ces produits. Voici les coordonnées d’un site français particulièrement intéressant pour acheter des produits bio-fermentés de qualité ou apprendre à les faire vous même :www.delicieusenature.fr

e.     Les traitements symptomatiques naturels pour contrer les brûlures

Il existe de nombreux traitements symptomatiques qui peuvent apporter un soulagement efficace contre les brûlures. Ces traitements toutefois ne vont rien changer au manque éventuel d’acidité de l’estomac ni au fait que vous ayez du mal à digérer, que vous ayez des fermentations intestinales ou des remontées d’acide. Par contre elles calmeront momentanément les irritations de l’œsophage.

Il existe de nombreuses plantes qui ont des vertus calmantes, anti-inflammatoires ou cicatrisantes au niveau de l’œsophage, il peut s’agir de plantes telles que la réglisse, la mélisse, la guimauve, la camomille, le plantain, ou l’aloe vera, etc..

J’apprécie, personnellement, la combinaison réglisse-mélisse en EPS (extrait de plante standardisée), quelques fois associée ou non avec de l’aloe vera en gel interne.

Certaines substances ont même montré scientifiquement une efficacité équivalente à un antiacide (IPP), il s’agit du gingembre et de la mélatonine.

Ainsi dans une étude publiée en 2007, les chercheurs ont constaté qu’un composé du gingembre avait une efficacité nettement supérieure au Lansoprazole, un inhibiteur de la pompe à proton (15).

La mélatonine semble également être une substance prometteuse. Des chercheurs brésiliens, dans une étude randomisée, ont comparé un groupe de personnes souffrant d’un RGO traité avec 20 mg de oméprazole (IPP) à un autre groupe traité avec un supplément de mélatonine associé à des vitamines.

Après juste 40 jours, 100% du groupe mélatonine était en rémission contre 65,7% dans le groupe oméprazole (16).

Dans une autre étude de 2010, 36 personnes ont été divisées en 4 groupes (sujets contrôles, patients souffrant de RGO traités avec mélatonine, patients souffrant de RGO traités avec oméprazole et patients combinant les deux traitements). Cette étude a montré que la mélatonine seule ou en association avec l’oméprazole est efficace pour traiter le reflux gastro-oesophagien (17).

Tout cela n’est finalement pas si compliqué

Comme vous l’avez constaté, les reflux acides sont une entité complexe aux multiples facettes. Vous avez compris qu’une prise en charge naturelle tend à traiter les causes profondes du RGO et améliore l’état de santé général alors qu’un traitement médicamenteux symptomatique ne règle pas les causes, sans parler des effets secondaires. Bien que la prise en charge doive souvent être personnalisée, des recommandations simples peuvent être proposées dans une majorité de cas. Le fait de commencer par réduire les féculents et/ou arrêter le gluten ainsi que de nourrir correctement la flore intestinale (végétaux, produits fermentés) peut déjà améliorer la situation dans un certain nombre de cas.

Pour d’autres personnes il sera nécessaire de soutenir la fonction sécrétoire de l’estomac (complexe d’enzymes+HCL ou plantes amères) et/ou d’adjoindre un traitement symptomatique naturel seul ou combiné (par exemple : du gingembre, un EPS (réglisse-mélisse), de l’aloe vera, de la mélatonine, etc..). Bien entendu, la gestion du stress reste importante pour une prise en charge efficace.

Dr Antonello D’oro

1ère partie :Pour vos reflux d’acidité (RGO), il semble préférable d’éviter les inhibiteurs de la pompe à protons

Partie 3 : Protocoles naturels pour traiter vos reflux d’acidité (RGO) et apprendre à vous sevrer des IPP.

 Références :

  1. Aging, the gastrointestinal tract, and risk of acid-related disease, Greewald, Am J Med 2004 Sep 6 :117
  2. Increased Intra-abdominal Pressure and GERD/Barret’s Esophagus Harvey J. Sugerman Gastroenterologydec. 2007 vol 133, Issue 6 page 2075
  3. The pathogenesis of heartburn in non erosive reflux disease : a unifying hypothesis Barlow WJ Gastroenterology 2005 Mar ;128 :771-8
  4. Role of tight junction proteins in gastroesophageal reflux disease Klaus Monkermuller , BMC Gastroenterol 2012 ; 12 :128
  5. Critical role of stress in increased oesophageal mucosa permeability and dilated intercellular spaces. Farré R Gut 2007 ;56 :1191-1197
  6. Inflammation and intestinal metaplasia of the distal esophagus are associated withalterations in the microbiome Yang L. Gastroenterology 2009 Aug ;137(2) :588-97
  7. Cytokine regulation of tightjunctions Cepaldo CT Biochim Piophys Acta 2009 Apr ; 1788 :864-71
  8. Pathophysiology of gastro-esophageal reflux disease : a role for mucosa integrity ? Farre R. NeurogastroenterolMotil 2013 Oct ;25 :783-9
  9. A very low-carbohydrate diet improves gastroesophageal reflux and its symptoms Austin GL Dig Dis Sci 2006 Aug ;51(8) :1307-12
  10. Imrprovement of gastro esophageal reflux disease after initiation of o low carbohydrate diet : five brief case reports Yancy WS,   AlternTherHealthmed 2001 Nov-Dec ;7(6) :120,116-9
  11. Epidemiology and clinical presentations of celiac disease Reilly NR SeminImmunopathol 2012 jul ;34(4) :473-8
  12. Gastroesophageal reflux symptoms in patients with celiac disease and the effects of gluten-free diet Nachmann F. Clin GastroenterolHepatol 2011 Mar ;9(3) :214-9
  13. Effect of gluten-free diet on preventing recurrence of gastroesophageal reflux disease-related symptoms in adult celiac patients non erosive reflux disease Usai P. J GAstroenterolHepatol 2008 Sep ;23(9) :1368-72
  14. Probiotic effects on intestinal fermentation patterns in patients with irritable bowel syndrome.Barrett JS1World J Gastroenterol. 2008 Aug 28;14(32):5020-4
  15. Inhibition of gastric H+, K+-ATPase and Helicobacter pylori growth by phenolic antioxidants of Zingiber officinale.Siddaraju MN1, Mol Nutr Food Res. 2007 Mar;51(3):324-32.
  16. Regression of gastroesophageal reflux disease symptoms using dietary supplementation with melatonin, vitamins and aminoacids: comparison with omeprazole. Pereira Rde S1. J PinealRes. 2006 Oct;41(3):195-200.
  17. The potential therapeutic effect of melatonin in Gastro-Esophageal Reflux Disease.Kandil TS BMC Gastroenterol. 2010 Jan 18;10:7. doi: 10.1186/1471-230X-10-7.

  204 comments for “Traiter vos reflux d’acidité (RGO) par des méthodes naturelles (Partie 2/3)

  1. Avatar
    M.MJ Frésia
    19 mai 2016 at 18 h 37 min

    Comment se sevrer sans trop souffrir d’un traitement ancien à la Ranitidine
    ou aux IPP qui ont perdu de leur efficacité ?

    • Dr. A. D'Oro
      6 juin 2016 at 15 h 17 min

      Bonjour,
      Il n’est pas facile de se sevrer d’un traitement d’IPP de longue date. Premièrement, en raison de l’effet rebond à l’arrêt du traitement mais surtout il faut régler
      la cause du reflux. Le plus souvent, on retrouve un problème de fermentation de l’intestin grêle (SIBO) qui réduit la capacité de vidange de l’estomac et favorise le reflux.
      Il peut y avoir un problème au niveau des sécrétions gastriques insuffisantes ce qui provoque des phénomènes de maldigestion favorisant une fermentation intestinale. Dans ce cas, on se retrouve
      avec un risque de reflux gastro-oesophagien etc… D’autre part certaines personnes ont des reflux difficiles à traiter en relation avec une maladie coeliaque ou une sensibilité au gluten. Le reflux peut être le seul signe d’une sensibilité au gluten.
      A part le faite de rechercher la cause, il est préférable de réduire l’antiacide de façon progressive, en alternant avec des produits naturels. Par exemple, commencer à alterner 3 jours d’IPP avec un jour avec un traitement antiacide naturel (Aloe vera, EPS réglisse/melisse, kudzu etc..). Puis après 2 à 3 semaines, 2 jours d’IPP et un jour de traitement naturel, puis après 2 à 3 semaines, un jour IPP et 1 jour de traitement naturel et ainsi de suite jusqu’à l’arrêt de l’IPP sur 2 à 3 mois.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        Sonia Allouani
        8 mars 2018 at 11 h 46 min

        Bonjour mon fils de 8 ans est polyhandicapé il souffre de rgo , il est sous ipp 30 mg/ jour ! Pourriez vous m’en dire plus sur l’aloe en gel ainsi que réglisse et mélisse sous quelle forme ?
        On se dirige vers un nissen , et cela m’angoisse . Merci

        • Dr. A. D'Oro
          11 mars 2018 at 15 h 08 min

          Bonjour,
          Un RGO peut avoir beaucoup de causes diverses et la prescription d’un médicament ou
          d’une plante telle que l’aloe vera ou le réglisse n’est pas la panacée.
          Au niveau alimentaire il faut réduire les féculents et les sucres et éventuellement faire
          un test sans produits laitiers et sans gluten. En effet, il y a souvent des phénomènes de maldigestion
          qui entraine le reflux. On peut effectivement donner des plantes protectrices des muqueuses comme
          l’aloe vera, le réglisse, la guimauve etc. On peut également donner des probiotiques en poudre et ou de la
          glutamine pour protéger la muqueuse.
          Il serait intéressant de modifier l’alimentation et d’introduire des plantes protectrices avant de réduire
          très progressivement les IPP en observant les réactions et en faisant attention aux phénomènes rebond du sevrage des IPP.

          Sincèrement
          Dr A. D’oro

      • Avatar
        Gonçalves Lourenço Maria
        3 mars 2019 at 23 h 10 min

        Dr. , Merci beaucoup pour votre éclairage sur le sujet. Je ne savait pas jusqu’à aujourd’hui ce qu’il, étaient les IPP, ni leurs conséquences.
        Dr. A. D’ ORO.
        Je ne sais vraiment quoi faire, j’ai 65 ans et je prends des IPP depuis plus de 30 ans, lanzopprasole ogast…. J’ai de grosses pathologies insuffisance rénale membrane prolifferative À l’âge de 16 ans,(stabilisée par un naturopathe italien depuis 1972 Pedro de Indiveri Colucci), Déficit de la protéine C, mutation du facteur 2 gêne hétérozygote, hépatique B, (, embolie pulmonaire en Août 2016, Nodules aux poumons, à la thyroïde, grave dépression depuis l’ embolie..)
        Conseillez -moi SVP !!

        • Dr. A. D'Oro
          10 mars 2019 at 19 h 43 min

          Bonjour,

          Il est difficile de personnalisé une approche dans un forum.
          Dans la partie 3 de l’article dus le RFO, il y a plusieurs protocoles pour un sevrage aux IPP
          qui doit se faire très progressivement. Maintenant, je ne sais pas très bien pourquoi on maintient absolument les IPP chez vous,
          avez vous un syndrome de BArret, une métaplasie, des ulcérations ? ou est-ce une habitude

          Sincèrement

          Dr A. D’oro

  2. Avatar
    Chantou
    17 juillet 2016 at 15 h 03 min

    Bonjour,
    J’ai pris des IPP pendant ….20 ans.
    Votre blog me rassure car je pensais être la seule à souffrir d’effet rebond.
    Suite à des ballonements,une constipation,une dyspepsie,j’ai annoncé à mon médecin que je ne voulais plus en prendre(au départ petite hernie hiatale et œsophagite érythémateuse)
    Pour mon intestin je prends du psyllium et des probiotiques,est ce bien?
    Cela fait trois mois que je ne prends plus rien.J’ai toujours des difficultés à digérer et des brûlures,je galére.
    Je voulais savoir si avec le temps les choses allaient rentrer dans l’ordre,c’est à dire un équilibre de mon acide chlorhydrique ,et plus de brûlures.
    Que pensez vous du zinc carnosine ?
    Je vous pose toutes ces questions car je les ai posé mais n’est pas eu de réponses….
    Merci à vous.
    Bien cordialement

    • Dr. A. D'Oro
      22 juillet 2016 at 15 h 58 min

      Bonjour,

      En lisant mes articles, je pense que vous avez compris ce que je pense des IPP.
      Ces médicaments ont des effets très négatifs sur l’intestin. La première chose est de comprendre
      que dans la majorité des cas de reflux, il n’y a pas d’excès d’acidité de l’estomac souvent même une légère carence.
      Le problème vient soit d’une mauvaise digestion de l’estomac par insuffisance d’acides ou d’enzymes ou par une fermentation de l’intestin grêle qui ralentit
      la vidange gastrique et favorise le reflux vers l’oesophage.
      Je vais vous proposer une démarche à suivre qui fonctionne souvent bien avec mes patients.

      1 Prenez des plantes qui améliorent la digestion et protège l’estomac et l’oesophage (par exemple sous forme d’EPS: Réglisse, Mélisse, racine de gentiane..)
      à cela on peut même rajouter des enzymes digestifs.

      2 faite un sevrage très progressif des IPP, par exemple 2 jours d’IPP et un jour sans IPP et à la place prendre 1 càc de Kudzu avant les repas et si nécessaire une cuillère à soupe d’un gel d’ale vera après le repas. Après 2 à 3 semaines, si ça va bien, faite un jour d’IPP alterné avec un jour de traitement naturel (Kudzu, aloe vera). Si cela va toujours bien, faites 2 jours de traitement naturel et un jour d’IPP. Après 2 à 3 semaines arrêter définitivement les IPP

      3 souvent il peut être intéressant d’arrêter le gluten et le lactose, au moins le temps du sevrage et de réduire les féculents surtout le soir

      Dans votre cas, comme vous avez arrêtez d’emblée les IPP, je prendrais les plantes digestives avant le repas et l’ale vera après le repas. Essayez
      d’arrêter le gluten au moins un mois pour voir. Si vous maintenez une lourdeur digestive et une peine à digérer, il peut être intéressant de
      faire les tests d’hypochloridrie avec le bicarbonate ou le vinaigre de pommes.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  3. Avatar
    Chantou
    17 juillet 2016 at 15 h 18 min

    Bonjour,
    Merci pour ce site.
    J’ai arrêté les IPP que je prenais depuis plus de 20 ans ….Du jour au lendemain,cela fait trois mois.mon médecin est au courant.
    J’étais constipé,ballonnée,dyspepsie,plus appétit …..je prends du psyllium et des probiotiques,est ce bien?
    J’ai toujours du mal à digérer et des brûlures.
    Arrive t’on avec le temps à retrouver un confort digestif aprés l’arrêt de ce médicament?en moyenne 6 mois plus?
    Que pensez vous du zinc carbosine?
    Merci à vous.
    Bien cordialement

    • Dr. A. D'Oro
      22 juillet 2016 at 16 h 02 min

      Ma réponse a déjà été donnée ci-dessus.
      Le zinc carnosine peut être intéressant ainsi que le psyllium et les probiotiques.
      Généralement, les patients qui suivent les conseils décrits ci-dessous, vont rapidement mieux et retrouvent une bonne digestion sans brûlures.
      J’avoue avoir eu deux à trois patients qui n’ont pas pu se sevrer à 100% des IPP mais qui ont réussi à allez bien en prenant un IPP environ 2 x par semaine.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        Chantou
        27 juillet 2016 at 21 h 29 min

        Bonsoir,
        Merci pour vos réponses.
        J’ai déjà arrêté le gluten.Il est certain que j’ai un probléme de vidange,mon intestin a souffert,c’est certain.
        Je dirai que je n’ai pas vraiment de remontées acides,les brûlures dans ‘estomac sont modérées,ce qui me gêne le plus c’est cette boule dans la gorge et quelques fois une gêne épigastrique…..peut être dû comme vous l’expliquer plus haut à un probléme de vidange avec des gaz en chaîne..car dés que j’éructe ça soulage.quand pensez vous ?….dommage vous êtes loin.
        J’essaie de reconstituer un équibre acidito basique,de prendre de la glutamine.
        J’ai fait le test au chlorure et je dirais que je n’ai pas assez d’acidité mais je vais le refaire plusieurs jours de suite.
        Je vais suivre vos conseils.Je suis stressée car je ne voudrais surtout pas devoir reprendre ces médicaments,il me faut être patiente.
        Merci.
        Bien cordialement

        • Avatar
          Polomigui
          30 janvier 2017 at 5 h 39 min

          Bonjour chantou
          Je me reconnais un peu dans votre témoignage …
          Surtout concernant cette boule dans la gorge. Moi c’est u e véritable sensation d’étranglement, c’est affreusement paniquant. Je n’arrive plus à avaler à vide, du ma à parler, parfois la voix qui s’amoindrit, le cou rigide et la tête un peu raidit vers le côté … parfois c’est accompagné de très fortes brûlures estomac gorge bouche, parfois rien. Moi c’est plutôt le Gaviscon qui me soulage …
          Mais ce “blocage” de la gorge est devenu vraiment ingerable e ne le supporte plus .. là fibro n’a rien révélée et pourtant mon médecin et orl sont formels sur le rgo … je suis perdue et n’en peux plus ….

          • Dr. A. D'Oro
            30 janvier 2017 at 19 h 52 min

            Bonsoir,
            Il est vraisemblable que ce soit un RGO même si la gastroscopie ne montre rien.
            Dans ce cas, comme écrit dans l’article, le problème est celui d’une fermentation de l’intestin grêle
            qui empêche une bonne vidange de l’estomac ou un estomac qui digère mal soit par baisse d’enzymes ou de HCL.
            Je vous propose d’essayer de faire les tests au vinaigre de pomme ou au bicarbonate décrit dans l’article
            afin de savoir s’il faut stimuler l’activité sécrétoire de l’estomac. Souvent je donne des enzymes digestives (enzygest) ou des plantes stimulantes (gingembre, réglisse, amères, racine de gentiane etc..)
            En même temps, il faut également essayer de réduire les fermentations intestinales, vous pouvez essayer un régime sans FODMAPS (comprenant exclusion produits laitiers et gluten)
            pendant 3 à 4 semaines avant de réintroduire par étape les groupes d’aliments (voir article sur le FODMAP sur mon site).
            Si vous avez des brulures malgré cela, prendre une cuillère à soupe d’ale vera en gel avant ou après le repas.
            Ce sont des conseils généraux en absence de tests nutri plus précis et une anamnèse plus fouillées.

            En vous souhaitant de régler ces problèmes, je vous envoie mes meilleures pensées de santé

            Dr A. D’oro

          • Avatar
            Dandeville
            16 septembre 2018 at 21 h 18 min

            Bonjour est ce que cette boule dans la gorge a disparu. Car jai la même sensation que vous depuis deux ans et je n’en peux plus

      • Avatar
        marie
        23 juin 2019 at 16 h 00 min

        Bonjour,
        L’EPS de plantes est-il équivalent à un quantis (labo LPEV)?
        Merci

        • Dr. A. D'Oro
          25 juin 2019 at 21 h 22 min

          Bonjour
          Je ne suis pas spécialisé en phyto, j’utilise souvent les EPS par habitude.
          Demander conseil à votre pharmacien si il est formé en phyto.
          Je crois que les EPS ont du glycérol qui n’est pas bien toléré chez tout le monde.

          Sincèrement
          Dr A. D’oro

          • Avatar
            bertrand
            7 août 2019 at 23 h 07 min

            Bonsoir,

            Pouvez vous préciser ce que veut dire EPS?merci

          • Dr. A. D'Oro
            10 août 2019 at 11 h 26 min

            EPS veux dire extrait de plante standardisé

  4. Avatar
    Sangi Drolet
    7 octobre 2016 at 16 h 59 min

    Bonjour Dr D’Oro,

    J’ai lu votre article sur le RGO que j’ai trouvé complet, très éclairant et bien documenté. Pourriez-vous me dire quelle quantité de mélatonine pourrait être prise dans le cadre d’une thérapie naturelle associant les plantes que vous avez mentionnées (gingembre, guimauve, artichaut, etc.). Je vais suivre vos conseils et j’aimerais ajouter la mélatonine, mais j’ignore comment faire. Je souffre de RGO et j’ai déjà éliminé le gluten et les produits laitiers.
    Merci infiniment!

    • Dr. A. D'Oro
      11 octobre 2016 at 21 h 18 min

      Bonjour,
      Pour la mélatonine, on fait souvent référence à la dose de 3 mg.
      Si vous avez bien lu l’article, je pense qu’en premier lieu, il faut réduire la fermentation
      de l’intestin grêle, voir de l’estomac pour permettre une bonne vidange de l’estomac vers l’intestin et non pas vers le haut vers l’oesophage.
      Les plantes amères telles que la racine de gentiane, l’artichaut, ainsi que le gingembre permettent d’améliorer la sécrétion gastrique et de mieux digérer
      au niveau de l’estomac ce qui permet une meilleure vidange. Se rappeler que l’hypochloridrie est une cause relativement fréquente de reflux par maldigestion.
      L’important est également de réduire les aliments mal tolérés ou trop riches en féculents ou fodmaps. Le gluten est responsable de reflux chez un certain nombre de personnes.
      La mélatonine est décrite dans certaines études comme efficace, toutefois j’avoue ne pas très bien comprendre le mécanisme protecteur sur l’estomac, je pense que ça vaux la peine de l’essayer
      d’autant plus si on a des troubles de l’endormissement.
      Avec un peu d’observation et de tests, on arrive souvent à régler le problème

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  5. Avatar
    PIN-BARRE Myriam
    21 novembre 2016 at 10 h 05 min

    après un AVC ischémique cervelet gauche avec hydrocépalie on m’a fait prendre de l’amlodipine , du périndopril et du cardégic ; j’ai fait cet AVC le 4 août 2016 ; après 1 mois d’hôpital et 3 semaines de rééducaion (problème de stabilité debout et marche) je remarche, je vis normalement ; sauf que, après des problèmes de nausées et de “flou” que je n’ai plus, je me retrouve avec une hyperacidité qui monte jusque dans la bouche ; j’ai la bouche en feu ; j’ai arrêté les médicaments pensant que c’était eux qui me provoquaient cette hyperacidité mais elle perdure!!!! que puis-je faire ?

    • Dr. A. D'Oro
      27 novembre 2016 at 21 h 55 min

      Bonjour,
      Dans votre cas, il faut déjà se poser la question s’il s’agit réellement d’une hyperacidité
      il est certain que vous avez un reflux acide mais fréquemment ces reflux sont favorisés plutôt par un manque d’acidité
      de l’estomac. Pour clarifier la situation, faite les tests proposés dans l’article; le test au bicarbonate et au vinaigre de cidre.
      Si il s’agit vraiment d’une hyperacidité, il faut exclure un hélicobacter pilori si cela n’a pas été fait, on peut tester cela dans les selles.
      En cas de positivité, une éradication par des produits naturels est préférable.
      L’autre problème est celui de votre microbiote intestinal et là c’est un peu plus complexe, il faudrait évaluer votre modèle alimentaire, éventuellement
      après un test au lactulose, décider si on passe par une phase d’assainissement ou proposer des probiotiques. Difficile de répondre comme ça.

      Sincèrement

      Dr A: D’oro

    • Avatar
      marie
      21 mai 2019 at 8 h 26 min

      Bonjour,
      Je souffre d’hypochloridrie depuis que j’ai eu un bébé. J’ai fait les tests respiratoires du dr donatini et j’ai une pullulation bacterienne dans le grele et l’estomac. Je suis un régime sans fodmaps Est- ce que un comprimé de gingembre (750 mg de rhizome) par jour peut-aider à mieux digérer ou est-il trop dosé ?
      Merci pour votre site.

      • Dr. A. D'Oro
        1 juin 2019 at 11 h 06 min

        Bonjour,
        Il est étrange de commencer une hypochlorhydrie après un accouchement.
        Comment avez vous posé le diagnostic? Avez vous fait le test au bicarbonate ou à la bétaine hcl ?
        Dans le cas ou c’est positif, il faut rechercher une auto-immunité et exclure une thyroidite d’Hashimoto ou
        une gastrite autoimmune ou un hélicobacter pylori.
        Je ne prend ps très au sérieux les tests respiratoires avec l’appareil gazdetect proposé par le Dr Donatini.
        De plus un régime sans FODMAP après 2 à 3 mois va réduire la biodiversité de votre microbiote.
        Le gingembre peut aider à vidanger l’estomac, essayer aussi des plantes amères comme l’élixir du Suédois.

        Sincèrement
        Dr A. D’oro

        • Avatar
          marie
          8 juin 2019 at 12 h 05 min

          Bonjour,
          Si j’ai bien compris, l’hypochlorydrie n’exclut pas l’helicobacter ? J’ai eu après l’accouchement des ballonnements, des gonflements du ventre à droite. Le scanner n’a rien donné.
          D’après les tests respiratoires, avec Lactulose et methylacetate je souffre d’un SIBO. Cela peut-il causer l’hypochloridrie ?

          • Dr. A. D'Oro
            9 juin 2019 at 22 h 03 min

            Bonjour,

            L’hélicobacter peut être une cause d’hypochlorydrie, on peut faire un test dans les selles, ce qui est plus simple
            qu’un test respiratoire ou un prélèvement par endoscopie.
            Je vous rappelle que le test respiratoire que vous avez fait n’est pas assez fiable pour confirmer un SIBO et
            que le methylacétate n’a pas de valeur pathologique.
            Bien entendu dans ma réponse antérieure, je voulais dire une diète sans FODMAP et non pas une diète FODMAP.

            Sincèrement

            Dr A. D’oro

  6. Avatar
    Nathalie
    30 novembre 2016 at 12 h 24 min

    Bonjour,

    Je tente le sevrage d’Inexium 40mg que je prends depuis quelques années.
    Je tente 1 comprimé 1 jour sur 2 et je prends du Lithothamne (6 gélules) et du Macérat de Figuier Bio 15 gouttes par jour. Je prends également des probiotiques (j’alterne Lactibiane Référence et Bioprotus 4000).

    Qu’en pensez-vous ?

    Je tente l’arrêt car je souffre quotidiennement des intestins (colopathie +++) malgré arrêt produits laitiers. Je suis une grande angoissée je suis sous Prozac + Xanax.

    J’aimerai déjà stopper l’Inexium.

    Merci pour vos conseils.

    • Dr. A. D'Oro
      2 décembre 2016 at 18 h 27 min

      Bonjour,
      Il faut bien entendu connaitre l’indication médicale de l’IPP, y a t-il un ulcère une érosion marquée, une métaplasie de l’oesophage qui justifie
      la poursuite de ce traitement. En parler avec votre médecin, si c’est seulement symptomatique, alors il faut arrêter
      Le sevrage des IPP (Inexium) est souvent difficile d’autant qu’il y a souvent un effet rebond à l’arrêt de ce traitement.
      Dans ma pratique, je constate qu’avant de se sevrer de l’IPP, il faut en premier régler le problème de fermentation intestinale,
      il y a souvent une pullulation bactérienne de l’intestin grêle (SIBO) qui empêche l’estomac de se vidanger correctement ce qui favorise les reflux d’acidité.
      Le problème est de comprendre ce qui vous provoque les fermentations de l’intestin, souvent il est intéressant de faire un régime de type FODMAPs (regarder l’article sur le sujet dans notre blog) associé à des huiles essentielles (voir produit Dr Donatini Bruno) afin de mettre l’intestin au repos et traiter la fermentation. Il est important parallèlement de gérer le stress ou l’anxiété avec de produits adaptés ou des techniques comme la relaxation, cohérence cardiaque, méditation etc. Après que l’intestin fonctionne mieux, il est plus facile de se sevrer progressivement de l’IPP.

      Si cela vous semble difficile, je vous conseille au moins de prendre des enzymes digestifs afin de réduire les effets secondaires des IPP sur la digestion.
      Essayer un sevrage très progressif tous les deux à trois semaines, par exemple 2 jours avec Inexium et un jour de traitement avec produits naturels ( vous pouvez prendre par exemple le lithotame en poudre 1 càc avant repas et 1 cuillère à soupe de aloe vera en gel après le repas. Si cela va bien, faite la même chose un jour sur deux, puis après deux à 3 semaines, deux jours naturels et un jour avec nexium etc..

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  7. Avatar
    Marie-Claire
    29 décembre 2016 at 22 h 56 min

    Bonjour,
    Mon petit garçon âgé de trois ans a de gros soucis digestifs depuis sa naissance (RGO / selles molles/intolérences). Ceux-ci semblent s’aggraver avec le temps malgré la suppression des produits laitiers et gluten dans son alimentation. J’ai effectué dernièrement une analyse de selles auprès d’un laboratoire renommé. Il s’est avéré qu’il aurait des fermentations intestinales. J’avais déjà des doutes vu l’odeur et la consistance de ses selles. Il a toujours le ventre (ou plutot l’estomac devrais-je dire très gonflé). Des laryngites à répétition. Dernièrement, j’ai commencé à m’intéresser à son estomac, j’étais jusqu’alors focalisé sur ses intestins en essayant de lui donner probiotiques, aliments fermentés : en vain !! je lui ai alors donné des plantes amères en début de repas, il semblait y avoir une amélioration mais je n’ai pas fait cela de manière régulière car je ne savais pas quelles plantes étaient vraiment adaptés pour un enfant de cet âge. Il mange très peu de féculents (riz/quinoa germé/papate douce). Je fais attention aux associations alimentaires. Cependant, il consomme pas mal de fruits (le matin : bananes et au gouter : compote ou smoothie). Il a des selles très variables, meme si souvent très molles, voire explosives. Je soupçonne également un intestin irritable. Que me conseilleriez- vous (plantes / conseils) ? il a bien entendu du mal à prendre du poids, se fatigue vite à l’effort, manque de tonus musculaire (tout cela est en lien j’imagine avec ce manque d’acide chlorhydrique car l’assimilation d’un bon nombre des nutriments se fait en présence d’un ph acide). Est-il possible d’effectuer le test de bicarbonate sur un enfant de cet âge ? merci pour votre retour.

    • Dr. A. D'Oro
      8 janvier 2017 at 19 h 04 min

      Bonjour,
      Je suis navré d’apprendre les soucis digestifs de votre enfant.
      Il est vraisemblable qu’il y a un problème de microbiote, à savoir une dysbiose
      intestinale. Existent-t-ils des facteurs ayant contribué à cette dysbiose, à savoir: césarienne,
      manque d’allaitement, antibiotiques les premières années de vie ??
      L’idée d’arrêter le gluten et les produits laitiers quelques temps me semble une bonne idée ainsi que de donner des probiotiques, et un peu de lacto-fermentés. Toutefois si il y a un SIBO ou une candidose, les produits lacto-fermentés peuvent au début être mal tolérés. Il serait intéressant de faire un examen de digestion des selles et dans un même temps rechercher du candida dans les selles ainsi que d’ exclure une maladie coeliaque. Un test respiratoire de fermentation au lactulose permettrait en cas d’augmentation de l’hydrogène expiré de suspecter un SIBO ou une maldigestion au lactose ou au fructose.
      Dans ce cas, un protocole d’exclusions des FODMAPS pendant un mois pourrait aider ceci associé à un complexe
      de plantes ou d’huiles essentielles afin d’assainir son intestin des mauvaises bactéries.Dans ce cas, j’utilise volontiers les produits du Dr Donatini Bruno à base d’huiles essentielles.
      Pour le Fodmaps, vous pouvez regarder un article que nous avons écrit avec ma femme et qui donne une bonne idée des groupes alimentaires concernés.

      Bonne chance et tenez moi au courant

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  8. Avatar
    carrere
    3 janvier 2017 at 17 h 59 min

    merci de tout vos conseils.

    • Avatar
      Thomas
      10 janvier 2017 at 11 h 57 min

      Bonjour DR ORO,
      Tout d abord merci pour ce site et vos explications,
      J ai 43 ans je prends des IPP depuis maintenant 11 ans ( mopral , pantoprazole 10 mg par jour , le matin a jeun) et ne peut plus m en passer ( une seule journee sans IPP avec gaviscon en remplacement et je suis obligé de reprendre mon traitement IPP le lendemain ), petite remontée mais surtout grosse fatigue aprés midi et fin de journée accompagné de sensations acides aux gencives sans IPP ,
      Vu les effets secondaires des IPP dans le temps , je veux arreter de les prendre ,
      a ma premiere fibroscopie il y a 10 ans , on m avait diagnostiqué une Hernie hiatale me disant : prends des IPP ,
      j ai passé ma deuxiéme fibroscopie il y a 2 semaines, on m a dignostiquer:
      -oesophage: killian et muqueuse normale , hernie hiatale de 4 cm sans signe d oesophagite avec petit debut d anneau de schatzki
      -estomac : fundus normal , antre avec minime antrite et pylore normal
      -Bulbe: normal
      -DI -DII :normal
      le gastro entérologue m a conseillé une chirurgie correctrice concernant l hernie hiatale et mon medecin me deconseille la chirurgie pour le moment et de continuer les IPP.
      étant dépendant des IPP ,aujourd hui je veux arreter les IPP et ne suis pas trés pour la chirurgie,
      je précise que je n ai jamais fait de regime alimentaire( mise a part pas de lactose et peu de charcuterie) et pas de problemes de poids ( 1m77 66kg) ,
      j ai arrété le pain il y a seulement 3 jours en le remplacant par du pain sans gluten maison , moins de féculent et je prends du SYMFLORUS depuis 1 semaine ( en continuant les IPP ): résultat j ai moins de sensation d acidité aux gencives et meilleur haleine mais toujours trés dépendant aux IPP.

      Que pensez vous de l avis du gastro et de mon médecin et que me conseillez vous ?

      Un grand merci pour vos réponses ainsi qu a votre sérieux

      Cordialement

      • Dr. A. D'Oro
        10 janvier 2017 at 23 h 00 min

        Bonsoir,

        C’est un peu l’aberration de notre médecine symptomatique qui ne recherche pas la cause du problème
        et une fois le traitement institué, il est pérennisé sans solution d’arrêt. La plus part des médecins
        sont peu conscients des effets secondaires importants de la prise en charge chronique des IPP et pourtant
        les études actuelles sont innombrables surtout depuis que l’on se rend compte de l’importance du microbiote
        sur la santé et du rôle néfaste de certains médicaments comme les IPP, les AINS ou les antibiotiques.

        Il est malheureusement difficile de donner une réponse facile à votre problème, ce qui est sure c’est que l’hernie hiatale
        a peu d’importance. Le problème fréquent est la mauvaise vidange de l’estomac assez fréquemment du à une fermentation de l’intestin grêle ou a une constipation.
        Dans ma pratique, je remarque souvent que la prise en charge de la fermentation permet souvent de faire disparaitre les reflux. La prise des IPP malheureusement
        entretien le problème car l’augmentation du ph réduit l’activation de l’enzyme pepsine de l’estomac et permet aux germes ingérés de contaminer l’intestin,
        résultat des courses, augmentation du risque de pullulation bactérienne de l’intestin grêle et réduction de la vidange gastrique.
        La première chose sous IPP pour réduire la maldigestion des protéines, c’est de prendre des enzymes.
        La deuxième chose est de réduire la pullulation bactérienne de l’intestin en réduisant les féculants et surtout les FODMAPS dont surtout l’arrêt du gluten et parallèlement
        assainir l’intestin grêle par des préparations naturelles antimicrobiennes (je donne souvent les produits du Dr Bruno Donatini à base d’huiles essentielles).
        La 3 ème étape,la plus compliquée est de faire un sevrage très progressif des IPP sur plusieurs semaines ou mois en altérnant des jours avec IPP et des jours avec
        des produits naturels (au choix: Aloe vera, lithotame, kudzu, réglisse etc..). Il faut manager en douceur l’effet rebond du retrait des IPP.

        En conclusion, c’est pas évident, même accompagné par un thérapeute ça reste délicat, regardez si vous trouvez un thérapeute qui peut vous aider, peut-être
        appeler le secrétariat du Dr Donatini Bruno pour voir si ils connaissent quelqu’un de sérieux près de chez vous.
        les cas les plus faciles sont ceux qui ont une intolérance ou une sensibilité au gluten car l’arrêt strict du gluten amène une amélioration rapide.
        Plus la prise d’IPP a été longue plus c’est long à sevrer

        Bonne chance
        Sincèrement

        Dr A. D’oro

  9. Avatar
    Thomas
    12 janvier 2017 at 11 h 54 min

    Bonjour DR D ORO

    Merci pour votre réponse rapide ainsi qu a vos conseils

    La chirurgie (qui consiste a resserer le muscle du sphincter entre l’estomac et l’œsophage) ne va pas résoudre mes problémes si je comprends bien et elle est trés délicate a éfféctuée et ne fonctionne pas tout le temps d aprés ce que l on ma dit.
    quel est votre avis sur la chirurgie concernant mon cas ?

    Vos conseils me semble en tout les cas mieux appropriés pour essayer d arréter les IPP

    Quelle huile essentielle antimicrobienne me conseillez vous pour assainir l intestin grele ? la prendre a quelle moment de la journée ?
    pour les enzymes , je mange des ananas et pommes , d autres enzymes sont elles peut etre plus éfficaces ?

    mon traitement actuel pour arreter les IPP : 10 mg mopral matin a jeun , gellules plantes ( aubepine , melisse passiflore , 1 le matin et midi pour detente) , 2 gellules plantes ( valerianne en fin de journée pour mieux dormir), 1 gellule sympflorus le matin ( melange de ferments lactifs ) et arrét du gluten et bcp mois de feculents depuis 4 jours .

    Merci infiniment pour vos réponses

    Cordialement

    Thomas

    • Dr. A. D'Oro
      14 janvier 2017 at 12 h 43 min

      Bonjour,
      Mon but dans ces articles, c’est d’informer sur des approches naturelles et respectueuses de notre organisme ainsi que de donner des idées de prise en charge,
      je ne peux pas faire des prises en charge personnalisées par internet,
      voici toutefois quelques suggestions générales mais je ne peux vous donner un programme précis ni des dosages,
      Pour les enzymes, j’utilise fréquemment “enzygest” de chez Bionutrics, 1 cp au milieu du repas,
      dans les plantes on peut prendre par exemple: racine de gentiane, réglisse, mélisse etc.
      Pour assainir l’intestin, il existe plusieurs possibilités par exemple Candibactin de chez Bionutrics, extrait pépin de pamplemousse, HE d’origan, la berberine etc.
      J’utilise souvent les préparations du Dr Donatini (LaetiporusTM ou Laetiporus OC).

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  10. Avatar
    Jessica
    24 janvier 2017 at 0 h 30 min

    Bonjour,

    Je souffre de brûlures d’estomac, mais ceci uniquement durant la grossesse. Je suis actuellement enceinte de 4 mois et je sens les symptômes qui reviennent. Lors de ma première grossesse, j’ai essayé nombre de remèdes en pharmacie (comprimés, sirops) et finalement je me suis tournée vers les IPP. Or, après lecture de votre article, je n’ai pas envie cette fois d’en reprendre directement. Avez-vous quelques conseils pour ce genre de situations?

    Je vous remercie de votre réponse et pour vos articles très intéressants et bien documentés.

    • Dr. A. D'Oro
      27 janvier 2017 at 23 h 13 min

      Bonjour,

      Je suis peu confronté aux reflux chez les femmes enceinte, c’est une situation particulière
      avec des modifications hormonales (progestérone), des troubles de la motricité de l’estomac et une augmentation de la pression intra-abdominale par l’utérus.
      Les conseils habituelles sont de fractionner les repas, d’éviter de manger tard le soir et d’attendre plusieurs heures avant de se coucher.
      Une alimentation riche en végétaux devrait aider ainsi que la prise de probiotiques en poudre. Essayer aussi une cuillère à soupe d’aloe vera après le repas.
      Des plantes pour stimuler l’estomac telles que la racine de gentiane, le gingembre, les amères pourraient être essayées.
      Les IPP ont de nombreux effets délétères telles que réduire l’absorption de divers minéraux et vitamines.
      J’espère que vous trouverez une solution
      et je vous souhaite d’être la plus heureuse possible durant cette période magnifique, ceci pour vous et l’enfant.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  11. Avatar
    Christine
    2 mars 2017 at 13 h 09 min

    Bonjour. J ai des brûlures d estomac qui remontent dans l oesophage depuis environ 3 mois. Je suis en Thaïlande et ne trouve pas tout… j ai tous les symptômes d un ulcère. Dois je obligatoirement prendre des ipp comme me conseille mon médecin ici ? Je ne rentre en France que dans un mois.

    • Dr. A. D'Oro
      2 mars 2017 at 15 h 07 min

      Bonjour,
      Généralement lorsque on a des reflux, on a pas d’ulcères.
      Si vous êtes en vacances, dans l’urgence, vous pouvez prendre momentanément des IPP maximum pendant un mois à 6 semaines.
      Les IPP vont réduire l’activation des enzymes digestifs et favoriser la pullulation bactérienne de l’intestin, c’est pourquoi
      il serait bien de prendre des enzymes digestifs, si vous supporter le gingembre, c’est bien dans consommer.
      Par la suite, en rentrant, l’arrêt des IPP devra se faire dans les règles de l’art pour éviter le phénomène rebond.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  12. Avatar
    bongiorno alain
    3 mars 2017 at 9 h 23 min

    Bonjour,

    Déjà Merci

    Je vous expose un problème qui devient critique au point que ma mère de 83 ans ne mange presque plus (par peur), elle perd du poids, s’affaiblie et tombe en peine dépression :

    – toujours après avoir mangé après 4 à 5 heures d importantes quantités de gaz apparaissent remontent apparemment ce qui l a comprime ce qui l’empêche de respirer (ça lui donne des malaises elle à la sensation de s’étouffer, sa vision se trouble, elle est épuisée) pour se libérer elle doit “essayer” de les évacuer par les voies naturelles mais c’est très difficile)

    Elle a fait tous les examens elle à “juste” une gastrite (pas de Helicobactere)
    Elle a essayé tout les médicaments pour absorber les gaz sans réel succès

    Pouvez-vous nous aider en urgence ???
    Si vous avez besoin de complément d’informations je suis disponible

    PS : elle va subir une nouvelle Fibroscopie le 08/03/2017

    Merci de votre compréhension

    Cdt,

    • Dr. A. D'Oro
      5 mars 2017 at 21 h 38 min

      Bonjour,
      Je suis désolé d’apprendre les difficultés de votre mère.
      Il n’est pas facile d’avoir une idée précise sur la base de votre texte.
      Une hypothèse serait une éventuelle hypochloridrie ou un déficit d’enzymes pancréatiques.
      Ne pouvant pas correctement digérer ce qu’elle mange, cela favoriserait une fermentation de l’intestin grêle
      par mal digestion. Essayer après ou avant le repas de faire un test au vinaigre de pomme.
      Si elle a l’impression de mieux digérer, il faudra essayer de donner de la betaine HCL (650 mg) à dose progressive
      (selon les symptômes) associés à des enzymes digestifs. Parallèlement,il faut réduire les aliments fermentescibles avec une diète FODMAP.
      Je ne peux malheureusement pas vous aider de façon plus précise.
      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        Paolo. Lasio
        2 décembre 2017 at 23 h 59 min

        Merci de m’avoir ouvert les yeux.Il y à longtemps que je prend du pantaprazole
        ,depuis 3 mois c’est terminé grâce à vous
        ça été difficile (effet rebound )mais peu à
        Peu avec l’aide d’un peu de gaviscon et une igiene de vie parfaite je m’en suis
        débarrassé .J’ai fait la même chose avec le statine 10 ans passé,grâce à des docteurs de votre trempe!!!

        • Dr. A. D'Oro
          3 décembre 2017 at 17 h 17 min

          merci pour votre témoignage,
          on ouvre les yeux quand on comprend que la santé est de notre responsabilité
          et qu’elle demande un engagement personnel alors qu’un médicament est la solution
          symptomatique pour cacher ces symptômes.

          Sincèrement

          Dr A. D’oro

  13. Avatar
    marie pucheault
    6 mars 2017 at 15 h 44 min

    Bonjour M. A. D’oro

    merci infiniment pour cet article qui est le seul complet que j’ai pu trouver

    je vais essayer vos conseils naturels et arrêter les IPP. je n’ai pas d’hernie Hiatal, pas d’ulcère et pas d’hélicobacter. je ne suis pas stressée, je mange bien, mais à 30 ans je souffre quand même énormément de reflux.

    J’ai 2 questions :
    J’ai un taux de fer qui a chuté sous la barre fatidique. ça peut être la cause ou la conséquence des RGO?

    que pensez vous de l’ostéopathie et de la manipulation du ventre ?

    • Dr. A. D'Oro
      6 mars 2017 at 21 h 49 min

      Bonjour,
      si vous avez des reflux c’est qu’il y a un problème soit de mauvaises digestion au niveau de l’estomac par manque d’enzymes ou hypochloridrie, soit il existe une fermentation intestinale qui empêche l’estomac de bien se vidanger dans l’intestin
      ce qui favorise le reflux.
      Un fer bas, une fois exclut des règles abondantes ou un régime végétarien, peut être un indicateur
      d’une mauvaise absorption intestinale dont l’origine peut être multiple (sensibilité ou intolérance au gluten, SIBO, parasites, etc..). ça serait intéressant de faire un test respiratoire de fermentation au lactulose pour voir si il y a une fermentation intestinale et d’exclure une maladie coeliaque. Vous pouvez essayer une diète FODMAP mais il faut bien connaitre ce type de régime. Essayer pendant 3 semaines de manger sans gluten et produits laitiers peut donner des indications, si vous allez mieux réintroduisez séparément les produits laitiers puis le gluten, pour voir si ça recommence. En effet, le plus simple serait une sensibilité au gluten car l’éviction vous permettrait d’enrayer les reflux.
      Pour se faire une idée, il faudrait mener une enquête plus approfondie, l’article donne des pistes à explorer. Bonne chance et tenez moi au courant.

      Dr A. D’oro

  14. Avatar
    Malika
    18 avril 2017 at 14 h 40 min

    Je précise également que depuis 10 jours, nous sommes passés à un lait de riz anti régurgitation. Si elle renvoie encore quelques fois des heures après le biberon, elle semble beaucoup plus apaisée au niveau digestif et fait enfin de longues siestes en journée… d’où mon envie d’arrêter toute médication à laquelle j’étais déjà peu favorable.

    • Dr. A. D'Oro
      18 avril 2017 at 18 h 32 min

      Bonjour,
      Une période de régurgitation est normal chez les nourrissons.
      En cas de persistance, si il n’y a pas de problème mécanique digestif,
      il est possible qu’il y a une intolérance au lait. Je ne connais pas le lait
      de riz anti régurgitation. Je peux aussi vous conseiller de regarder les produits debardo
      http://www.debardo.fr. Ils sont vraiment bien comme alternatives au lait maternel.
      Bien entendu, il est préférable d’arrêter les IPP le plus vite possible.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  15. Avatar
    GESLOT Madeleine
    28 avril 2017 at 15 h 34 min

    J’ai une petite fille de 20 mois qui est sous mopral pratiquement depuis sa naissance pour un RGO dit sévère.
    Je m’inquiète des effets secondaires de ce traitement.
    Par quoi remplacer le mopral ? y a t-il un possible traitement naturel ? pour un enfant de cet âge ? et quels sont les aliments à éviter ?
    D’avance merci pour votre réponse

    • Dr. A. D'Oro
      1 mai 2017 at 21 h 33 min

      Bonjour,

      Je suis inquiet effectivement de la prescription d’un IPP chez un jeune enfant avec le risque
      de moins bien absorber de nombreux minéraux dont le fer et certaines vitamines B comme la B12,
      sans penser au problème de contamination bactérienne de l’intestin.

      La question n’est pas de trouver une alternative au mopral, mais de comprendre ce qui entretien
      ces reflux. Après une longue période sous IPP, il est utile de s’occuper du microbiote intestinal par la prescription de probiotiques avec des formulations pour jeunes enfants contenant au moins du bifidobacterium infantis, il est également utile de donner une formulation riche en prébiotique .
      Une cause possible d’entretien d’un RGO est la présence d’une intolérance alimentaire, les 3 plus fréquentes sont les produits laitiers, le gluten et les oeufs. Il pourrait être intéressant d’exclure ces produits pendant environ 3 semaines et d’évaluer les réactions, si cela semble aller mieux, on essaye de réintroduire les produits chaque semaine l’un après l’autre pour voir lequel est impliqué.
      Comme alternative ,les laits végétaux De Bardo sont très bien, ils ont également deux produits intéressants qui est le lithotame diluer dans l’eau avant les repas permet de réduire l’acidité et de reminéraliser, l’autre produit possible est le kuzu, également une càc 2x par jour avant les repas pour réguler l’acidité.
      En pratique, commencer par donner des probiotiques (par exemple Probactiol infantis) et d’exclure
      les 3 aliments décrits ci-dessus pendant 3 semaines. Puis, en réintroduisant essayer de savoir
      si l’un de ces produits est néfaste et entretien le problème. D’autre part, il n’y a pas de risque à exclure momentanément le gluten et les produits laitiers quelques semaines si nécessaire. Par la suite, si cela semble allez mieux, essayer un sevrage très progressif, par exemple au début faite une alternance de 2jours de IPP et un jour d’un produit naturel comme e KUZU ou le Lithotame (1 càc avant les repas 2x/j). Par la suite, si cela va bien après deux à 3 semaines, passer à une alternance de un jour de IPP et un jour produit naturel pendant quelques semaines puis 2j naturel/1jour IPP etc..

      J’espère que ces conseils pourront vous aider

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  16. Avatar
    Paoyu
    4 mai 2017 at 3 h 51 min

    Bonjour Docteur,
    J’aimerais vous exposer ma situation par courrier électronique car je vis en Polynésie française.

    • Dr. A. D'Oro
      5 mai 2017 at 21 h 11 min

      Bonjour,
      Je suis désolé afin que tout le monde puisse bénéficier de la réponse, je ne prononce
      pas sur les situations personnelles par email mais uniquement via le site.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  17. Avatar
    Breit
    7 juin 2017 at 15 h 35 min

    Bonjour Dr,
    Il y a 5 ans (j’ai 46 ans)j’ai commencé à avoir mes premiers reflux gastriques et mon généraliste m’a prescrit des IPP que j’ai pris jusqu’à ce que les reflux disparaissent. Cela a duré environ 1 mois, par la suite j’ai appris que j’avais l’helicobactère et le médecin m’a prescrit des antibiotiques et IPP. J’ai passé une gastroscopie et l’helicobactère avait été éradiqué. Je n’ai plus eu de symptômes durant ces 5 dernières années. En février les symptômes sont revenus, je n’ai pas pris les IPP de suite mais j’ai dû m’y résoudre ! Durant 2 mois jusqu’à 80mg de pantaprozole par jour, pour calmer ces reflux. Il y a 15 jours j’ai refait une gastroscopie pour voir l’état de l’estomac, il était tout rose et aucun signe d’irritation ou d’inflammation, par contre j’ai une petite hernie hatiale. Depuis que j’ai arrêté les IPP je vis des bas et des hauts, je fais attention avec ce que je mange et je prends de l’aloe vera, de l’homéopathie, des enzymes, de l’argile blanche etc.. depuis environ 1 mois. Y a-t-il autre chose que je puisse faire? Votre site est le seul (et j’en ai fait beaucoup !) qui donne une autre approche du traitement de cette maladie et une approche saine ! Merci pour avoir pris le temps de lire mon mail et pour votre réponse.

    • Dr. A. D'Oro
      12 juin 2017 at 19 h 10 min

      Bonjour

      Merci pour votre témoignage.
      Comme je l’ai écrit, les IPP sont un traitement symptomatique qui entretient le problème du reflux.
      Le problème de base est assez souvent une fermentation de l’intestin grêle qui réduit la vidange de l’estomac.
      Par conséquent, lors de pression sur l’estomac, cela favorise le reflux. Les IPP et les antibiotiques favorisent
      la dysbiose ou la pullulation bactérienne intestinale (sibo). Donc on ne règle rien.
      Il faudrait essayer de comprendre ce qui favorise la mauvaise vidange de l’estomac, souvent dans les reflux on a plus souvent un manque d’acide chlorhydrique
      que un excès d’acide, toutefois cela reste difficile à prouver. Les test au bicarbonate ou au vinaigre de pomme peuvent donner une idée,
      on peut également essayer de prendre des cp de bétanie HCL pendant les repas avec viande pour voir si cela aide.
      C’est vrai qu’un test respiratoire de fermentation au lactulose peut montrer éventuellement une fermentation intestinale excessive et là
      il faudra penser à assainir l’intestin grêle avec des HE et faire une diète de type FODMAP. Chez certains, le reflux est la manifestation d’une intolérance au gluten alors que chez d’autres ça peut être en relation avec une hypothyroïdie.
      En conclusion, c’est pas toujours simple et ça demande une certaine rigueur et de l’expérimentation pour comprendre ce qui ce passe.
      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  18. Avatar
    Fayçal
    14 juillet 2017 at 2 h 37 min

    Bonjour Dr. A. D’Oro; j’aimerais savoir si il y des équivalents ou des produits naturels et alternatives aux ipp et si il y a un remède naturel anti rgo? Est ce vrai que le gingembre vaut les ipp?
    Merci et Cordialement.

    • Dr. A. D'Oro
      1 août 2017 at 17 h 47 min

      Bonjour,
      L’article que vous avez lu traite justement des alternatives naturelles aux IPP.
      Le gingembre est intéressant mais doit être intégré dans une prise en charge globale
      comme expliquée dans l’article.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  19. Avatar
    Anaïs
    23 juillet 2017 at 19 h 23 min

    Bonjour,

    Je suis contente d’être tombée sur votre article. ENFIN un médecin qui propose autre chose que les IPP!

    J’ai 27 ans et je souffre de reflux. Jusqu’à mes 25 ans aucun problème de reflux ni d’estomac et je ne faisais pas attention a ce que je mangeais ou buvais.Puis ces 2 dernières années, je n’avais jamais mal à l’estomac mais extrêmement mal à la gorge. Et comme je souffrais de problème ORL a répétition, j’ai pris beaucoup trop d’anti-inflammatoires et de cortisone. Je ne me posais pas de questions sur le mal de gorge, que je pensais lié aux pb ORL. Puis on me parle de reflux et je commence les IPP sans me poser de questions et sans connaître les conséquences.
    J’en prend depuis plusieurs mois et je le regrette. Je ne peux plus arrêter…
    J’ai vu 2 généralistes et 1 gastro qui m’en ont prescrit et même augmentés les doses malgré mon insistance pour ma volonté de trouver une solution alternative. D’après les CR d’examen j’ai une paroi d’estomac normale et un scanner normal. Un relâchement du clapet est suggéré mais je n’en ai pas encore la preuve par un examen. On me parle d’opération qui n’est sûre a 100% ou de prise d’IPP a vie.
    J’ai une scoliose et j’ai également souvent des douleurs au dos, je me rend également trop souvent chez l’ostéopathe pour me soulager. Et du coup, une potentielle opération n’est pas sure de réussir à cause de mes pb de dos, d’après la gastro-enterologue.

    L’élément qui m’a poussé à me tourner vers internet est que malgré les IPP (40mg pantoprazole le matin (depuis 6 mois) et 1 sachet ulcar le soir(depuis 1 mois)) j’ai quand même été obligée de supprimer beaucoup d’aliments. Le quotidien n’est pas toujours facile.
    Et lorsque j’oublie mon cachet le matin je souffre d’énormes brûlures a l’estomac, ce qui n’était pas le cas avant de commencer ce traitement !!
    Le pantoprazole me soulage d’un côté en empirant la situation tout de même.

    Je ne sais pas vers qui me tourner au niveau du corps médical pour m’accompagner dans mon choix de suppression d’Ipp. La réponse est plutôt d’augmenter la dose…

    Je songe également à fonder une famille mais difficile dans cette situation.

    Merci pour vos conseils

    • Dr. A. D'Oro
      1 août 2017 at 18 h 14 min

      Bonjour,

      Je vous répond un peu tardivement mais je rentre de vacances aujourd’hui.
      Je suis conscient que ce que vous vivez reste difficile. Comme vous l’avez lu dans la première
      partie de cet article, je suis opposé le plus souvent aux IPP qui traitent seulement de façon symptomatique
      et finalement aggrave l’état de santé et en raison de l’effet rebond à l’arrêt des IPP, vous êtes condamnés à continuer.
      De plus, ce qui semble difficile à comprendre, c’est l’insistance des médecins à vous prescrire ce traitement alors que vous n’avez pas d’atteinte
      érosive ou d’inflammation décrite à la gastroscopie. Sur la base des quelques informations que vous m’avez donné,
      il est possible que le problème gastrique soit apparu à la suite de la prise des anti-inflammatoires et de la cortisone,non pas que ces médicaments
      aient provoqué une érosion gastrique (cela aurait été vu à la gastroscopie) mais je pense que cela a pu fragiliser la muqueuse de l’oesophage (leaky gut oesophagien)
      ou que vous ayez développer un leaky gut de l’intestin grêle avec peut-être une pullulation bactérienne (SIBO). Cela dépend si vous avez également des troubles digestifs associées
      tels que ballonnements, selles défaites etc..
      Il m’est difficile de vous donner des conseils précis sans avoir tous les éléments en main. Toutefois, j’essayerais peut-être une diète FODMAP afin de réduire les aliments fermentescibles en pensant à un SIBO qui gênerait la vidange gastrique et favoriserait des reflux. Je prendrais des enzymes digestifs afin de contrer les effets négatifs des ipp, j’aime bien l’enzygest qui a un peu de bétanie HCL
      et qui permet d’améliorer la qualité de digestion de l’estomac. Prenez aussi des infusions de gingembre en fin de repas. Si vous avez des troubles du sommeil, la prise de mélatonine pourrait également aider (3mg avant couché). Une fois cela mis en place, je commencerais très progressivement un protocole de réduction des IPP, en premier 2 jours IPP et un jour sans. Le jour sans, je remplacerais l’IPP
      soit par une cac de Kouzou en poudre à prendre avant le repas 2x par jour ou une cuillère à soupe d’Aloe vera. Après 2 semaines, si ça va, on fait un jour avec et un jour sans IPP puis après 2jour sans et un jour avec etc.. Vous avez compris le principe. La prise de probiotiques en poudre peut être également utile.
      LA diète FODMAP ne doit pas être prolongée trop longtemps (Max 2 à 3 mois), après il faut faire une phase de réintroduction, voyez l’article sur le FODMAP dans mon site. Il est important quand ça va mieux de déterminer les aliments qui vont pas.

      Bon, je sais que c’est pas très facile à mettre en place, tenez moi au courant si vous voulez des précisions.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        Anaïs
        15 septembre 2017 at 18 h 35 min

        Bonjour,

        Tout d’abord merci beaucoup pour votre réponse ! Ca m’est très utile !

        Suite à votre réponse, j’ai bien réétudié vos articles et regardé en détails ce qu’on peut manger ou non en diète FODMAP. Je voulais entamer une diète FODMAP courant septembre/octobre.
        En réalité, mon médecin traitant m’a demandé de recommencer les examens au sein d’un centre hospitalier pour avoir un meilleur suivi. J’ai donc dû arrêter subitement les IPP pour faire une gastroscopie. (A nouveau la gastroscopie n’a rien donné. La spécialiste m’a clairement dit que je n’avais qu’à prendre des IPP toute ma vie…Et n’a donc pas donné suite à d’autres examens demandés (allergies, test respiratoire)). Avant d’arrêter les IPP j’ai eu le temps de faire une phase de 15 jours en 20mg au lieu de 40mg. A l’arrêt total j’ai fait très attention aux aliments et évité le gluten et le lactose, et pris l’aloé véra, du gaviscon au coucher. J’ai également trouvé des pastilles bio avec mélanges de plantes qui soulagent, je prend des tisanes de gingembre. J’ai étonnement bien vécu les 15 premiers jours grâce à l’aloé véra surtout. Puis de nouveau brûlure d’estomac, toux, et reflux. Il semblerait que le gluten ait un impact.
        Je vais prendre rdv avec quelqu’un qui pourrait me guider pour la diète FODMAP, ou un régime d’exclusion. Par exemple, je ne bois ni thé, ni café pour le reflux et j’ai vu qu’il faut éviter la tisane en FODMAP. Je ne sais pas comment prendre un petit déjeuner, ni comment faire la réintégration.

        Je précise tout de même que je n’ai pas vraiment de problème intestinal, ou rarement. (par contre j’ai tendance à avoir mauvaise haleine malgré une très bonne hygiène dentaire)
        Pouvez-vous m’indiquer quel probiotique prendre svp ? Je n’ai pas trouvé qqch qui correspondrait au reflux.
        Tous les types de lait sont à éviter ?
        Je n’ai pas repris les IPP, pour l’instant je tiens le coup. Est-il nécessaire que je prenne l’enzygest ?
        Merci pour votre réponse
        Cordialement,

        • Dr. A. D'Oro
          15 septembre 2017 at 23 h 14 min

          Bonjour,

          Malheureusement les gastroentérologues sont fixés sur les IPP et il est difficile de trouver quelqu’un qui élargisse son horizon
          en tenant compte d’éléments qui empêchent une vidange gastrique correcte tels qu’une pullulation bactérienne, des maldigestions (FODMAPS)
          une intolérance au gluten ou une insuffisance de sécrétion gastrique. Dans ma pratique, si je constate une fermentation à l’hydrogène au test de fermentation au lactulose,
          il y a beaucoup de chance que la diète FODMAP va régler le problème du reflux. On retrouve aussi régulièrement le gluten comme responsable.
          Il faut vous faire accompagner correctement si vous entamez une diète, souvent j’ai vu des diététiciennes ou des gastro-entérologues qui se contentent de donner
          une feuille avec les aliments interdits et permis malheureusement c’est plus complexe que cela et surtout il faut faire après un à deux mois les phases de réintroductions progressives,
          car il est important de comprendre dans les FODMAP lesquelles sont maldigérés et lesquelles peuvent être réintroduits. En effet, la diète FODMAP au long cours est contre productive et appauvri le microbiote.

          En général, pour les reflux, j’aime bien commencer par une diète de type FODMAP pour réduire les fermentations et j’associe des enzymes digestifs avec HCL surtout si la personne
          prend des IPP. A la place des enzymes, on peut essayer de prendre du vinaigre de pomme, (mieux vaut faire les tests décrits dans l’article pour savoir si on a besoin de stimuler les sécrétions gastriques, le gingembre ou les plantes amères sont également intéressantes selon).
          Après environ un mois de FODMAP, je propose de faire un sevrage progressif, par exemple 2 jours IPP, un jour traitement naturel (par exemple 1 càc de KUZU dans un verre d’eau avant repas et/ou une cuillère à soupe de Aloé vera après repas), il y a d’autres possibilités à essayer telles que la réglisse avec mélisse, les probiotiques etc.. Si ça va, je fais un jour avec IPP et un jour avec traitement naturel etc.. jusqu’à l’arrêt complet des IPP. Il arrive fréquemment que les gens arrêtent d’emblée les IPP après le régime et n’ont pas besoin de sevrage mais bon j’aime bien être prudent. Dans la majorité des cas, on arrive à régler le problème. Sinon, il faut approfondir, se poser la question d’une baisse de l’acidité gastrique (test à la bétaine HCL), le stress, une hypothyroïdie fonctionnelle, une intolérance etc..
          ça vaut la peine d’explorer et de rechercher les causes plutôt que de se contenter d’un traitement symptomatique aux effets néfastes,

          Courage et perseverance

          Dr A. D’oro

  20. Avatar
    Francis
    2 août 2017 at 8 h 52 min

    Enfin des vraies réponses au problème des reflux! J”en souffre depuis des dizaines d’années, j’avais déjà des problèmes en étant enfant !
    Petit à petit, j’en suis arrivé à devoir supprimer de mon alimentation certains légumes, surtout les choux à cause des douleurs et des ballonnements et jusqu’aux fruits, à cause de l’acidité que cela engendrait.
    Puis j’ai eu d’abord une période de soulagement avec la Cimetidine, et ensuite, j’ai découvert les IPP, il y a environ 2 ans.
    C’était tout simplement magique, je pouvais à nouveau boire et manger tout ce que j’avais envie. Comme c’est en vente libre, je pensais qu’il n’y avait pas de danger…

    J’essaye depuis 3 semaines un sevrage avec du Mastic Gum et des comprimés de réglisse GL 500 , ça va pas trop mal, mais ce n’est pas encore le top, je prends encore un ou deux IPP par semaine.
    Je vais essayer d’ajouter le citron le matin et le vinaigre de cidre en fin de repas. (je n’aurais jamais imaginé manquer d’acide et je fuyais les agrumes depuis des années!)
    Je vais aussi rajouter des gélules pour la flore intestinale
    Egalement de l’aloe vera. Par contre le gingembre ne passe pas chez moi…
    Je crois comprendre également que mes problèmes d’arthrose viennent également de mes problèmes d’intestins. Grâce à vous, j’ai bien compris qu’il me faut aussi rétablir l’équilibre au niveau des intestins.
    Est ce qu’il est possible d’inverser définitivement la situation? C’est à dire avoir une vie normale sans plus rien prendre au quotidien? sans privations…

    Et est ce qu’il y a des choses qu’il ne faut plus (jamais) manger?

    Merci pour votre aide, c’est vraiment super!

    • Dr. A. D'Oro
      8 août 2017 at 21 h 35 min

      Merci pour votre message qui montre bien que les gens sont moins dupent qu’avant par rapport aux médicaments
      symptomatiques.

      Je constate que vous avez fait déjà certaines démarches intéressantes avec des résultats positifs. Il est souvent possible d’inverser
      définitivement la situation mais pour cela il faut comprendre qu’est-ce qui a provoqué et entretenu tous ces problèmes.
      Dans ma consultation, pas un seul patient est identique et les causes sont souvent différentes d’une personne à l’autre.
      Dès fois c’est facile, on réduit les féculents, améliore la fonction gastrique (plantes amères, enzymes digestifs etc.) et les brûlures disparaissent, d’autre fois
      tous disparait après l’arrêt du gluten, d’autre fois c’est une pullulation bactérienne de l’estomac ou de l’intestin grêle qui entretient
      le problème, la diète FODMAP et les huiles essentielles adaptées fonctionnent bien etc.. Donc, les solutions existent quelques fois c’est simple, quelques fois plus compliqué.

      On est confronté à la complexité humaine et des solutions simples ne marchent pas tous le temps. La médecine nutritionnelle essaye de rechercher les causes et de rééquilibrer notre terrain pour plus de santé. La médecine classique, quant à elle, a opter pour des traitements symptomatiques chimiques qui marchent un certain temps et qui ne règlent pas les causes mais cherchent à éviter les conséquences.En effet, les médecins craignent qu’une irritation prolongée de la muqueuse oesophagienne puisse favoriser des métaplasies et favoriser même à la longue des cancers.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  21. Avatar
    Descamps catherine
    8 août 2017 at 14 h 07 min

    Bonjour Docteur,
    Je souffre de RGO depuis le mois de mai . J’ai abandonné les IPP faute de resultat immédiat avant le traitement préconise de 1 mois . J’ai une boule dans la gorge qui ne passe pas du tout . J’ai supprimé le gluten et le lactose, pas d’amélioration . Je prends de la gelée d,aloe Vera après les repas sans grande amélioration non plus. Je fais très attention à ne pas manger de féculents et suis un regime Fodmap du mieux possible .
    Rien n’y fait .
    Je commence à prendre du Kefir . Puis je continuer en même temps l’aloè Vera ?
    Que faire ?
    Merci sincèrement de votre aide

    • Dr. A. D'Oro
      8 août 2017 at 21 h 21 min

      Bonjour,

      Je trouve assez étonnant qu’aucune diète ne semble fonctionner chez vous.
      Il faudrait savoir si vous avez une pullulation bactérienne de l’intestin grêle par un test de fermentation au lactulose, ce qui peut demander d’assainir la pullulation bactérienne en associant un traitement antibiotique naturel (HE) associé à une diète pauvre en FODMAP et en sucre.
      L’autre possibilité est que vous ayez une hypochlorrydrie, essayer le test au bicarbonate ou au vinaigre de cidre décrit dans l’article, voir même essayer de prendre de la bétaine HCL au milieu d’un repas,si cela vous soulage, c’est que vous avez peut-être un manque d’acidité, si cela augmente les symptômes vous en avez pas besoin. Regarder du côté de la thyroïde, les reflux pouvant être un signe d’hypothyroïdie.

      Voilà quelques pistes, vous pouvez continuer l’Ale vera, pour le kéfir cela dépend,en cas de pullulation bactérienne de l’intestin grêle, ça aide pas trop, sinon ça peut être une piste.

      Je vous souhaite de trouver la solution

  22. Avatar
    Virginie
    4 septembre 2017 at 9 h 25 min

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour votre article et le temps que vous prenez pour répondre à toutes ces personnes qui comme moi souffre de RGO.
    Pendant plus de 5 ans j’ai pris des IPP au début j’avais la sensation que ceux-ci m’aidaient, j’ai donc continué à les prendre sans trop me poser de question. J’ai par la suite constaté qu’en fait ceux-ci n’avaient plus d’effets sur moi et je les ai arrété du jour au lendemain ( il m’arrive d’en reprendre quand je suis à bout à cause des brulures et douleurs qui ne passent pas). J’ai une hernie hiatale de 4cm, mes symptômes sont : brulûres d’estomac et œsophage, lancement vers le cœur, pointes douloureuses entre les omoplates, toux et j’ai quasi tous les jours et surtout la matinée la sensation d’être droguée ( au niveau de la vue) et je ne sais pas si cela vient du reflux vu que celui-ci est plus important la nuit et après celle-ci. J’aurais deux questions, pensez-vous que cette sensation d’être droguée peut être due aux RGO??? et avez-vous des aliments à conseiller (en dehors des plantes etc..)??? Je vous remercie d’avance et m’excuse pour ce roman, mais j’arrive à saturation tellement ces brûlures sont intenses et fréquentes, je suis de plus d’une nature très stressée ce qui ne fait qu’aggraver les choses. Bien à vous

    • Dr. A. D'Oro
      5 septembre 2017 at 21 h 45 min

      Bonjour,
      Merci pour votre témoignage,
      Comme vous avez lu dans la partie 1 de l’article sur le reflux, les IPP ne sont pas bon pour la santé et surtout ne font que traiter les symptômes et entretenir le problème puisqu’il favorise des pullulations bactériennes de l’intestin grêle et empêche la vidange de l’estomac ce qui favorise le reflux.
      Le rôle de la hernie hiatale est secondaire. CE qu’il faut essayer de comprendre c’est ce qui provoque le reflux, soit vous manquer d’enzymes gastriques ou vous souffrez d’une diminution de l’acidité gastrique (voir test au vinaigre de pomme, bicarbonate ou tétanie hcl) soit vous souffrez d’un processus de maldigestion de certains aliments fermentescibles et à ce moment la clé c’est le régime FODMAP, soit vous avez un SIBO et ça peut être confirmé par un test respiratoire au lactulose. Dans tous les cas, c’est pas toujours simple et c’est mieux d’être accompagné. Il est difficile de donner la solution de façon simple et la solution ne passe pas par une plante ou un produit naturel qui va remplacer les IPP. Bien entendu, la prise de substance comme l’aloe vera, le kuzu, le gingembre etc.. peu aider dans la prise en charge.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  23. Avatar
    Francis
    6 septembre 2017 at 8 h 34 min

    Bonjour, je reviens pour vous donner des nouvelles. Voilà mon retour d’expérience, peut être que ça peut aider quelqu’un d’autre.
    J’ai complètement arrêté les IPP et je n’ai pas ou très peu de RGO. Aucun régime particulier.
    Ce que j’ai pris depuis l’arrêt des IPP :
    résine de mastic, probiotiques, aloé véra, Réglisse GL500, 2 cl de vinaigre de cidre après chaque repas. J’ai essayé 2 ou 3 fois le citron le matin, mais j’ai encore un peu de mal avec ça…
    J’ai fait aussi le test au bicarbonate, la réponse était trop lente, ce qui confirme un manque d’acides digestifs.

    Ce qui a marché : vinaigre de cidre , probiotiques, réglisse pour calmer instantanément les brûlures
    Le reste ne semble rien amener de bénéfique chez moi.
    L’effet le plus spectaculaire sur ma digestion provient très certainement des probiotiques. Entre autres, disparation totale des ballonnements.
    Bref, pour l’instant que du positif, alors je continue comme ça, avec les probiotiques et le vinaigre de cidre. Je ne prends que très rarement le GL500 (1 ou 2 fois par semaine )

    Bonne journée

    • Avatar
      WACHTER
      8 juillet 2018 at 10 h 20 min

      Bonjour
      j’ai lu avec plaisir vos préconisations que prenez vous comme probiotiques
      merci d’avance

  24. Avatar
    Jani
    27 septembre 2017 at 13 h 46 min

    bonjour hernie hiatale 2cm sans complications apres fibro
    par contre beaucoup de gaz qui remonte donc pression thorax et douleur amydale ou dent
    les ipp 3+40mg me supprime les symptômes mais je préférerais m’en passer
    quelle demarche recette dois je suivre a votre avis
    cordialement

    • Dr. A. D'Oro
      2 octobre 2017 at 21 h 37 min

      Bonjour,
      Une des raisons fréquentes des reflux oesophagiens
      est due à des fermentations anormales au niveau de l’intestin grêle (sibo).
      En effet, un excès de bactéries dans l’intestin grêle, provoquent des fermentations
      intestinales avec beaucoup de gaz qui font pression sur l’estomac et favorise le reflux vers le haut.
      La hernie hiatale n’est qu’un phénomène secondaire. Les IPP en réduisant l’acidité souvent favorisent
      une maldigestion des protéines et entretiennent les fermentations intestinales, donc cercle vicieux.
      Il faut donc s’assurer que vous avez une fermentation de l’intestin grêle par un test respiratoire au lactulose,
      si positif, il faut traiter les fermentations par des herbes antibiotiques et une diète Fodmap.
      En attendant, il faut soutenir la digestion gastrique avec des enzymes et même éventuellement exclure un manque d’acidité
      par un test au vinaigre de pomme ou au bicarbonate (tests expliqués dans l’article).
      Au niveau symptomatique, en réduisant progressivement les IPP, je donne des traitements natures (aloe vera, kudzu, réglisse etc)

      C’est pas simple, sans être accompagné mais c’est possible.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  25. Avatar
    Freyne
    21 octobre 2017 at 5 h 15 min

    J ai été opérée de la vésicule biliaire en 1997 ..en 2010 on m à diagnostiquée une dilatation des voies biliaires et surveillance ..le gastro m expliquant qu une tumeur pouvait apparaître sans que ce soit révélée sur une prise de sang niveau foie ..j avais 2 endoscopie par an intervalle de 6 mois ..j ai déménagé et vu un autre gastro qui refuse ce genre de contrôle se contentant de prise de sang ..je souffre bcp ..depuis qq temps selles foncées et fragments blancs ..je digéré difficilement ..malgré des quantités raisonnables de nourriture car j arrive vite à satiété..j ai remarquée une activité des voies biliaires qui se traduisent par des spasmes saccades ..brûlures. .et agit sur la tension artérielle. .pas question d un moindre petit verre de vin ..ça me déclenche saignements de nez ..je ne suis pas fumeuse ..j ai eu cancer thyroide et du sein et syndrome cushing avec ablation glande surrénale gauche ..que me préconisez vous pour soulager ces voies biliaires douloureuses et qui me fatiguent bcp ..pardon pour la longueur de ce texte ..avec mes remerciements chaleureux

    • Dr. A. D'Oro
      21 octobre 2017 at 18 h 29 min

      Bonsoir,
      Je ne peux me faire une idée précise de votre situation sur ces quelques phrases. Je pense toutefois qu’après une ablation de la vésicule biliaire,
      la qualité de votre bile ne doit pas être bonne sinon vous n’auriez pas tous ces problèmes.
      Sur le plan alimentaires, voici quelques suggestions pour améliorer la qualité de votre bile:

      a) Eliminer les sucres et les hydrates de carbones raffinés (farine, pâtes etc.) de son alimentation. Il faut se rappeler que l’excès de glucides se transforme en triglycérides et favorise le foie gras.
      b) Réduire les graisses TRANS (viennoiseries, pâtisseries etc.) et les huiles oméga 6 pro-inflammatoires (huile de tournesol, de mais ou de carthame) et consommer régulièrement des acides gras polyinsaturés omégas 3.
      c) Boire en suffisance (min. 6 verres d’eau/jour) car la déshydratation favorise les calculs biliaires
      d) Favoriser une alimentation végétale dense en micronutriments et surtout riche en fibres solubles et insolubles. Tabler sur des produits naturels, les moins transformés possibles.

      Sur le plan micronutrition:
      Prenez de la vitamine C (1gr/j), des oméga 3 (1 gr EPA/DHA), de la curcumine et de la taurine (500 mg 2x par jour). Tous ces compléments aident à avoir une bile de meilleure qualité.
      Il existe des compléments combinés pour améliorer la qualité de la bile, j’utilise fréquemment
      un produit américain “Bile Builder” qui marche très bien.
      On peut également prendre des plantes cholérétiques telles que berberine, chardon marie, radis noir etc..

      Il faut y aller progressivement et observer ce qui aide.

      Bonne chance

      Dr A. D’oro

  26. Avatar
    Sylvie Guinez
    2 novembre 2017 at 15 h 27 min

    Bonjour, vous lire me redonne un peu d’espoir! Je me suis sevrée aux IPP (esoméprazole 40 ) depuis trois semaines, aidée par de l’homéopathie (Robinia pseudo-acacia 5ch et Nux Vomica) j’ai des reflux et une hernie hiatale.Je suis souvent mal en point,avec une impression de”crise de foie” latente, un intestin sensible, un malaise général, ne digérant pas grand chose, des sueurs, des douleurs, bref tous les symptômes d’un système digestif en galère.Et le médecin gastroentérologue qui n’a que pour seule réponse IPP, IPP et encore IPP! Le reste de mes malaises est secondaire pour lui et pas important !Et pourtant…..c’est ce qui empêche de vivre correctement et de prendre du plaisir à la vie !!
    Alors j’ai décidé d’avaler un peu de vinaigre de cidre après mes repas desquels je supprime complétement le gluten et tous les FODMAPs. Je me fais des infusions de mélisse, je prends des probiotiques et j’avale une gélule d’enzymes digestives contenant gingembre et bétaïne (Décazymes). Dites moi si cela vous paraît correct, je vous remercie infiniment. Sylvie

    • Dr. A. D'Oro
      9 novembre 2017 at 20 h 05 min

      Bonjour,

      A première vue votre approche a l’air pas mal.
      Chaque personne est différente et les causes profondes peuvent variées
      d’une personne à l’autre. La diète FODMAP est intéressante pendant un certain temps
      mais elle va surtout bien fonctionner chez quelqu’un qui a une sensibilité au gluten
      ou une fermentation intestinale. Dans le cas d’une fermentation intestinale (test respiratoire au lactulose positif)
      il est souvent nécessaire de prendre un traitement antibactérien naturel sinon dès qu’on arrête la diète ça recommence.
      Une origine fréquente de reflux est en relation avec un manque d’activité enzymatique ou une baisse d’acidité de l’estomac (attention au stress et bien mâcher).
      De façon contre intuitive, les brûlures d’estomac sont fréquemment en relation avec un manque d’acidité et non pas un excès (voir test au bicarbonate et vinaigre de cidre).
      Pour améliorer cela, vous avez 3 possibilités; le vinaigre de cidre (à dose progressive), les herbes digestives amères (par exemple l’élixir du Suédois) ou la prise de bétaine HCL avec pepsine.
      Comme traitement de réserve en cas d’urgence, vous pouvez prendre du KUDZU, de l’ale vera ou du bicarbonate.
      Il faut tester rigoureusement et voir ce qui vous convient. Il n’y a pas de recette identique pour tous le monde, quelques fois, c’est plus difficile car les causes sont plus complexes.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  27. Avatar
    Albertine
    3 novembre 2017 at 16 h 50 min

    Bonjour,

    Je pris un rendez-vous avec vous pour le 1er décembre après avoir écrit au secrétariat ma situation particulière, suite à des douleurs abdominales chroniques dues à une endométriose, j’ai commencé à avoir quelques épisodes de reflux gastro oesophagien que je réglais en grignotant du gingembre, seulement depuis un mois, suite à une grosse crise le reflux est devenu permanent (environ deux heures après un repas), le gingembre seul ne suffisant pas, j’ai craqué et me suis fait prescrire de l’ezoméprazole 40mg le soir que je prends depuis deux semaines exactement en parallèle de traitement naturels (enzymes, probiotiques, figuier de macérat en gemmothéraphie, eps passiflore mélisse, chlorophylle et magnésium) j’avais déjà effectué le test au bicarbonate de soude et en effet je soupçonne fortement une fermentation intestinale, je prends les IPP en grimaçant chaque soir et malgré la prise j’ai quand même du reflux occasionnellement ainsi que toux sèche et ulcérations dans la bouche. Je pense me déplacer pour vous voir lors de notre rendez vous mais en attendant on m’a prescrit ces IPP pour 4 semaines dois-je continuer encore pendant deux semaines et arrêter d’un coup ou commencer le sevrage dès maintenant pour préparer notre rendez-vous ? Étant comme beaucoup d’entre nous d’un naturel anxieux, je ne voudrais pas mal faire les choses. En vous remerciant.

    • Dr. A. D'Oro
      9 novembre 2017 at 20 h 31 min

      Bonjour,

      Si on doit se voir le 1er décembre, il ne faut pas vous préoccuper et faites le mieux que vous pouvez. Si pour l’instant vous avez besoin d’un IPP
      vous pouvez continuer encore une à deux semaines. Quand vous venez, il faudra faire le jour même un test de fermentation intestinal au lactulose,
      demander à la secrétaire de vous envoyer par mail le protocole de préparation pour ce test. On verra sur place pour la suite.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  28. Avatar
    Houzé
    17 décembre 2017 at 12 h 59 min

    Bonjour,
    depuis 2 mois j’ai un problème digestif. J’ai fais une endoscopie qui
    révèle une hernie hiatale et du reflux gastrique. Les symptomes sont douleurs au niveau de la gorge, parfois les oreilles, de temps en temps a l’estomac, de la toux, perte de poids, fatigue… On m’ a prescrit de l’innexium que j ai pris pendant 15 jours. Je l’ai arrété pour prendre des produits naturels. L’herboriste m’a prescrit du Lithothamme, Psyllium, le figuier en gémmothérapie et pissenlit et angélique. J’ai aussi de l’homéopathie iris versicolor en 9 ch et cuprum metallicum en 7 ch. j’ai fais le test au bicarbonate, la réaction à été très rapide. J’aurais besoin de vos précieux conseils.
    En vous remerciant
    Fabienne

    • Dr. A. D'Oro
      17 décembre 2017 at 16 h 29 min

      Bonjour,
      Vous décrivez un reflux gastro-oesophagien apparu depuis 2 mois. Avez-vous réfléchi à ce qui c’est
      passé un peu avant l’apparition de vos symptômes (stress, antibiotiques, gastro-entérite??).
      Pour avoir un reflux, il faut un ralentissement de la vidange gastrique alors soit il y a une moins bonne activité gastrique (diminution des sécrétions gastriques ou de l’acidité) soit vous avez une fermentation bactérienne gastrique ou de l’intestin grêle. Ainsi si vous avez l’impression que la digestion est lourde avec ballonnements gastriques, éructations etc alors il faut essayer de stimuler la fonction gastrique (enzymes digestives, plantes amères, betaine HCL+ pepsine), bien mâcher et manger dans le calme. Si il y a des ballonnements, gaz, voir perturbation des selles, il y a probablement une pullulation bactérienne (ou candidose)
      alors il faut en premier assainir l’intestin grêle par une diète fodmap, pauvre en glucides et des plantes antimicrobiennes. La perte de poids
      et la fatigue peut indiquer un problème intestinal (dysbiose, SIBO, leaky gut). Il serait intéressant d’évaluer votre intestin.
      Il ne s’agit pas seulement de remplacer un traitement médicamenteux par des traitements naturels anti-acides, il faut également trouver
      les causes qui favorisent ce reflux. Il est difficile de préciser une prise en charge sans quelques examens complémentaires. Toutefois, vous pourriez essayer pendant 2 à 3 semaines une diète FODMAP ou une diète sans gluten, sans produits laitiers et pauvres en glucide avec peut-être des probiotiques. Essayer vos produits naturels, il en existe d’autres au cas ou, tels que la réglisse + mélisse, l’ale vera, le kudzu etc.. Soyez observatrice, notez ce qui vous fait du bien ou aggrave vos symptômes ou consultez un spécialiste en médecine nutritionnel.

      Bonne chance

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  29. Avatar
    ;
    17 décembre 2017 at 21 h 46 min

    Bonsoir
    Merci pour vos conseils.
    Comment puis je faire évaluer mon intestin ? Dois je faire d’autres examens chez le gastroentérologue

    • Dr. A. D'Oro
      18 décembre 2017 at 22 h 25 min

      Bonjour,

      Lors d’un reflux, il y a deux infos qui sont utiles, la première est de savoir si vous avez un manque d’acidité gastrique (ce qui est fréquent
      dans 60 à 70% des cas. On peut faire de façon pragmatique les tests décrits dans l’article (test bicarbonate, vinaigre de pomme et tétanie HCL).
      De façon plus médicale, il existe le test d’Heidelberg, en avalant une petite capsule qui mesure le ph gastrique, mais peu de gastroentérologue le font.
      Le 2ème test, concerne une recherche de SIBO ou pullulation bactérienne de l’intestin grêle qui
      comprend un test respiratoire au lactulose avec enregistrement de l’H2 et du méthane. Certains hôpitaux universitaires pratique ce test.
      Toutefois ce n’est pas facile toujours de trouver quelqu’un qui peut vous aiguiller. Certaines personnes arrivent se débrouiller en testant divers approches naturelles.
      Pour un test respiratoire,une méthode simplifiée par le gazdetect mis au point par le Dr Donatini est possible. Essayez de contacter la secrétaire du Dr Bruno Donatini et demander si il y a un thérapeute qui peut effectuer ce test et vous donner les indications pour la diète et les traitements d’huiles essentielles si nécessaire.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  30. Avatar
    fabienne
    17 décembre 2017 at 21 h 50 min

    Je suis dans le sud de la France proche de Nice.
    Connaissez vous un spécialiste en médecine nutritionnel dans cette région ?
    Merci pour votre aide

    • Dr. A. D'Oro
      18 décembre 2017 at 22 h 14 min

      Non,

      je ne peux vous renseigner sur la présence d’un médecin nutritionniste proche de Nice

  31. Avatar
    fabienne
    19 décembre 2017 at 10 h 07 min

    Bonjour,
    j’ai suivi vos conseils et contacté la secrétaire du Dr Donatini.
    Elle m’a communiquée les coordonnées d’une naturopathe sur Nice qui pratique le test respiratoire.
    Le rendez- vous est pris.
    Je vous remercie pour toutes ces infos et vous souhaite une bonne journée.
    Cordialement.

  32. Avatar
    Nicolas
    1 janvier 2018 at 19 h 22 min

    Bonjour Docteur,

    Tout d’abord, je vous souhaite une excellente année 2018.
    Merci pour la clarté de votre article et félicitations pour votre capacité à répondre à toutes nos questions !

    Comme beaucoup ici, suite à des brûlures d’estomac/reflux, je prends des IPP mécaniquement depuis 4/5 ans (j’ai 27 ans) en cure plus ou moins longue, alors que la fibroscopie que j’ai faite il y a 2 ans n’avait rien montré d’inquiétant. Mais pour mon gastro-entérologue “pas de soucis que je prenne de l’Oméprazole toute ma vie”.

    Comme cette perspective ne me réjouit pas, j’aurais 2 questions à vous poser :
    1/ Je vais commencer à suivre vos conseils naturels mais sauriez-vous me conseiller quelqu’un à Paris qui pourrait m’accompagner dans mon arrêt progressif des IPP ?
    2/ J’ai l’impression d’avoir des trous de mémoire depuis peu et je n’ai pu m’empecher de tomber sur des études récentes montrant que certains effets secondaires des IPP sont la démence et l’accélération d’Alzheimer. Pourriez-vous me rassurer là-dessus ?

    Un très grand merci par avance pour votre réponse.

    Bonne journée,

    Nicolas

    • Dr. A. D'Oro
      5 janvier 2018 at 23 h 28 min

      Bonjour,
      Je vous souhaite également mes meilleures voeux pour 2018 et que vous trouviez
      les bonnes solutions pour régler votre problème de RGO. Prendre des médicaments
      ou même des produits naturels pour régler un problème de santé, finalement c’est un peu la même chose. On se bat contre un symptôme ou une maladie, alors que le symptôme est juste un signe d’un dérèglement qui vous parle de vous, de votre environnement dont l’origine n’est pas toujours clair. La première chose c’est de comprendre dans quel cadre ces symptômes sont apparus, il faut aussi évaluer son alimentation, sa façon de manger (trop, sans mâcher, stressé). Le RGO est également lié au stress, en stressant nos sécrétions gastriques sont augmentées via le nerf vague, à force de stréssé lorsque l’on mange on a plus assez de sécrétions enzymatiques ou d’HCL. Commencer par comprendre si vous manquez d’acidité (test bicarbonate, vinaigre de pomme ou betaine HCL),Si vous avez des ballonnements,des gaz, des selles déréglées, alors il y a un problème de fermentation intestinal ou de dysbiose qu’il faut régler avant. Si vous êtes depuis longtemps sous IPP, la réduction doit se faire
      très progressivement en alternant produits naturels(aloe vera, réglisse, kudzu etc.) et IPP.
      Vous pouvez vous faire accompagné par un nutritionniste ou micronutritionniste, renseignez vous auprès de l’IEDM à Paris pour les adresses. Si le thérapeute vous prend d’une façon holistique incluant les différents aspects de vous (alimentation, stress, microbiote, intolérances etc..) c’est probablement le bon, si il vous prescrit juste des produits naturels à la place d’IPP, ça va rien régler.
      Quand à votre 2ème question, plusieurs études ont montré une relation entre la consommation d’IPP et le risque de démence, étonnamment ces deux dernières années, les études dans les revues de gériatrie semblent montrer le contraire, à savoir qu’il n’y a pas de relation. Toutefois, les enjeux économiques sont énormes et les médecins dans leur arsenal
      thérapeutique non que ça a proposé. Ce qui est bizarre, c’est qu’avec l’âge, on assiste à une diminution de la production d’acide et une nette augmentation des gastrites atrophiques alors que parallèlement les personnes âgées se plaignent beaucoup de RGO. C’est quand même bizarre de donner des IPP qui vont encore plus réduire la sécrétion d’acidité, réduire l’activation des enzymes digestives et l’absorption de différents minéraux
      et vitamines (fer, B12, calcium etc..)sans compter les impacts négatifs sur le microbiote. La médecine marche sur la tête, le seul but est de stopper le symptôme au détriment de la santé. Mon prof de nutrition et de médecine fonctionnelle, le prof Castronovo
      appelait cela de la Mickey mouse médecine.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  33. Avatar
    Hermann
    11 janvier 2018 at 9 h 30 min

    Bonjour j’habite en Belgique,je m’appelle steeve hermann et je vais avoir 40ans. depuis un certain temps j’ai des pincements,lourdeur, a l’estomac le petit matin et souvent après manger mais pas dans l’immédiat, genre une grosse demi heures après, ventre ballonnee, après repas, difficile a digéré, toujours faim même une heure après avoir mangé, pincements régulier au colon, dyspepsie, des fois sensation nausée, petit morceau d’alimentation dans les selles . J’ai passé une gastroscopie et une coloscopie qui m’a révélé une gastrite chroniques et après biopsie un helycobacter pilory, et des diverticule sigmoidienne, sans inflammation. Donc normalement je dois faire un traitement antibiotiques et avec ipp. Que je n’ai pas encore fait, je voudrais essayer les voies naturelles, Je suis allez voir une naturopathe qui m’a fait faire le test acidité estomac et il est vrai que j’ai un manque d’acidité, donc elle m’a fait un régime, avec suppression glutten, lactose, réintroduction fibre petit à petit, manger léger soir avec des huiles style oméga 3,6,9, ect+ probiotique . Normalement elle m’a conseillé de prendre une gélule bedaine hcl à midi, se que j’ai essayé pendant 3 jours mais il me semble qu’à l’estomac sa me fessait un peut plus mal à chaque fois après, mais il est vrai que je me sentais plus ballonnee, et que je digerais mieux, Par contre j’ai lu que sur les bêtaine hcl s’était déconseillé en cas d’inflammation estomac,gastrite, ulcère. Ma question surtout est comment puis je m’en sortir, doit je d’abord éliminé la bactéries ?ou traité la digestion lente que j’ai, car je sais plus quoi faire. Merci et bonne journée à vous.

    • Dr. A. D'Oro
      16 janvier 2018 at 19 h 01 min

      Bonjour,

      Je pense qu’il est préférable d’éradiquer l’helicobacter pilori dans un premier temps.
      Il y a plusieurs méthodes naturelles qui peuvent être essayées avant une antibiothérapie dont l’impact sur le microbiote serait néfaste. Vous pouvez prendre l’Héricium erinaceus du Dr Donatini, préparation en poudre une dosette 2x jour pendant 6 semaines avant de recontrôler.
      La Nigella sativa (ou cumin noir) peut également être efficace,une étude datant de quelques années avait montré une efficacité comparable à une trithérapie d’antibiotiques, les gens dans l’étude prenait 6 gr de graines de cumin noir (Nigella) avec 12 gr de miel (peut-être miel Manuca c’est mieux )
      3x par jour après les repas pendant 2 semaines. On peut utiliser de façon plus ou moins combinée la réglisse,le mastic, les probiotiques ou le brocoli germé etc. Pendant cette période, il est intéressant de continuer à stopper le gluten et le lactose.
      Concernant la bétanie HCL, il faut voir si vous tolérez bien sinon préférez des stratégies qui stimulent les sécrétions gastriques telles que les plantes amères avant les repas (exemple: l’élixir du suédois), le vinaigre de pomme bio etc..

      A expérimenter avant de choisir l’option antibiotiques

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        Hermann
        17 janvier 2018 at 18 h 16 min

        Merci des renseignements, malheureusement j’ai commencé l’antibiotique il y a 3jours, car je savais plus quoi faire, mais je prend des probiotique en même temps car je connais l’effet néfaste des antibiotiques. Si sa montre une résistance au antibiotiques, car j’ai l’impression que sa agis pas, j’essayerai la méthode naturelle. Merci à vous de m’avoir répondu.

  34. Avatar
    chabour
    21 janvier 2018 at 22 h 34 min

    Bonjour,

    il ya 6 mois on m’a diagnostiqué œsophagite peptique grade B avec cardia incontinent a 42 cm, hernie hiatale de prés de 2 cm, reflux duodeno-gastrique, antrite, bulbite et enfin une helicobacter pylori. j’ai commencé par un 30 mg de lanzoprasole plus les antibiotiques après l’éradication de HP je suis passé a 15mg pendant 2 mois et apres c’est le drame des crises au niveau du colon comme si mon corps ne supporte plus les IPP mon generaliste m’a conseillé d’augmenter la dose et mes crises ont doublé je ne sais plus quoi faire j’ai fais un coloscanner et dans deux jours je ferai une coloscopie sachant dejanque j’ai un colon irritable depuis ma naisance mais j’ai l’impression que depuis l’eradication de la HP mon organisme a changé des crises balonnemet brulures …. je prends des enzymes des biantacid bio, regime sans gluten ounpresque sans lactose mais rien je sais plus quoi

    • Dr. A. D'Oro
      23 janvier 2018 at 22 h 06 min

      Bonjour,
      Ce que vous racontez n’est pas si rare. La prise d’antibiotiques et d’IPP malmènent le microbiote favorisant
      dysbiose et SIBO (small intestinal bacteria overgrowth). De plus l’éradication de l’HP n’est pas toujours dénué de
      danger. Ainsi l’Hélicobacter est accompagné de propriétés immunomodulatrices conférant une protection contre certaines allergies
      certaines maladies auto-immunes et des atteintes inflammatoires de l’intestin (Chron, RCUH).
      Il est utile de faire un test respiratoire de fermentation au lactulose afin de rechercher un SIBO et il est nécessaire d’exclure une maladie
      inflammatoire de l’intestin, ce qui sera fait par la colposcopie et le dosage de la calprotectine. En cas de SIBO une diète strict de type FODMAP avec un traitement antibactérien si possible naturel et des enzymes digestifs pourraient aider avant de favoriser un réensemencement progressif de l’intestin (probiotiques, lacté-fermentés etc.). Il est important d’être accompagné par un thérapeute formé dans ces approches.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        chaboura
        22 février 2018 at 0 h 19 min

        Merci pour la réponse Dr

  35. Avatar
    Chahid
    24 janvier 2018 at 0 h 01 min

    Bonjour Dr. A. D’Oro,

    Je m’appelle Chahid, j’ai une hernie heitale par glissement depuis plus d’un an,je suis un traitement avec IPP que je prend 30 min avant le petit déjeuner. j’ai eu dernièrement une œsophagite grande 1 qui à guérie 1 mois plus tard. Depuis maintenant une semaine j’ai des brulures horrible en bas de la gorge et dans l’oesophage. L’IPP ne fait plus aucun effet. Qu’est que je doit faire ?

    • Dr. A. D'Oro
      24 janvier 2018 at 21 h 43 min

      Bonjour,

      Difficile de répondre clairement. L’hernie hiatale n’explique pas grand chose.
      Il doit y avoir un autre problème (SIBO, intolérance alimentaire, hypochlorhydrie etc..).
      Sur la base de vos infos, je ne peux me prononcer. Le risque c’est que les médecins augmentent la dose
      des IPP ce qui ne peut à la longue rendre le problème chronique.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        Chahid
        25 janvier 2018 at 0 h 00 min

        Que doi’je faire docteur ? j’ai vu mon gastroantérologue derniérement, il ma changer d’IPP je suis passer de l’ OGASTORO 30mg à maintenant ESOMEPREZOLE 40mg, mais cela ne change rien j’ai toujours des brulures horrible en bas de la gorge. Il m’a également dit que j’aller passer une ph métrie prochainement et que si l’IPP n’agissait plus il faudra que je me fasse opérer. Je suis une personne assez anxieuse et assez strésser, Je vous explique un peu ma situation, J’ai quitter ma région natale depuis maintenant 4 ans, je travail dans une société ou je me sans pas bien du tout dans mon travail, tout les jours je me dit il faut que j’arrete tout ca et que je change de vie.je sais plus quoi faire. Le stress, l’anxiété à il un lien avec mon hernie hiatale et mes RGO? Quel remédes naturel me conseiller vous de suivre ? Merci pour vôtre réponse

        • Dr. A. D'Oro
          28 janvier 2018 at 18 h 54 min

          Bonjour,
          Difficile de vous donner des conseils précis sans approfondir votre histoire.
          Il me semble important de réduire le stress et l’anxiété et de protéger un peu votre oesophage.
          Le stress ainsi que les IPP entraine une réduction des capacités digestives de votre estomac, ce qui ne fait qu’aggraver le problème du reflux.
          . il faut prendre des enzymes digestifs au milieu des repas (par exemple enzygest 1 p/j)
          – prenez avant repas 1càc d’un EPS réglisse/mélisse
          – en fin de repas, 1 càsoupe d’ale vera gel interne
          pour le stress et l’anxiété
          théanine 100 mg matin et soir (ou GABA)
          le soir avant couché (si peine à dormir) mélatonine 3mg

          Pratiquez de la cohérence cardiaque 5 min 3x par jour

          et peut-être est-il utile de trouve quelqu’un qui vous aide à clarifier vos projets de vie et professionnel
          afin de prendre les bonnes décisions.

          Sincèrement

          Dr A. D’oro

          • Avatar
            Chahid
            11 juin 2018 at 9 h 37 min

            Bonjour D’oro,

            j’ai fait dernierement une manométrie et une ph-métrie, voici le courrier adresser a mon médecin, qu’en pensez vous ?

            Dominique,

            Tu trouveras ci-joints les comptes rendus du bilan fonctionnel oesophagienréalisé à ton patient Monsieur BOUDIKAN Chahid, né(e) le 13/02/1985 (33 ans), qui présente un reflux gastro-oesophagien associé à une oesophagitegrade 1 sur hernie hiatale.

            Comme tu pourras le constater, la pH-métrie de 24 H réalisée sous 40 mg d’ESOMEPRAZOLE note la persistance d’une sécrétion acide résiduelle significative en période diurne.

            Par ailleurs, la manométrie oesophagienne retrouve un trouble majeur du péristaltisme type absence de contraction pour l’ensemble des déglutitions étudiées compatibles avec les antécédents peptiques du patient mais incite à la prudence à fortiori si une indication chirurgicale est retenue.

            Dans ces conditions, il me semble licite de proposer d’une part une épreuve double dose d’IPP pour évaluer le RGO sur le plan clinique pendant au moins 2 à 3 mois puis envisager un nouveau contrôle manométrique à l’issue.

            Dans l’immédiat, il me semble opportun de surseoir à l’indication opératoire si l’option est envisagée.

          • Dr. A. D'Oro
            17 juin 2018 at 18 h 49 min

            Bonjour,

            Bonjour,
            Merci de partager vos expériences, toutefois que ce soit la manométrie ou la ph-métrie du bas oesophage,
            cela nous ne donne aucune indication sur les causes du problèmes. La manométrie a peut d’interêt dans un RGO,
            elle indique un possible problème de motricité de votre oesophage. Ne pas oublier qu’un diabète même débutant,
            une intolérance au gluten ou d’autres maladies (sclérodermie etc.) peuvent réduire la motricité digestive. Concernant la ph-métrie de l’oesophage, elle n’a d’interêt que pour évaluer l’importance de vos reflux d’acidité résiduel sous traitement, ce qui amène votre gastro a augmenté le traitement de IPP. Mais cela ne nous dit toujours rien sur la cause du reflux ni même si au niveau gastrique il y a une hyper ou une hypochlorhydrie, Le reflux est souvent favoriser par une mauvaise vidange gastrique qu’il faut rechercher, par exemple une fermentation gastrique et/ou de l’intestin grêle (SIBO, SIFO), une intolérance alimentaire, une maldigestion par insuffisance enzymatique, etc.
            Je ne remets pas en cause l’approche médicale qui aide à vous soulager mais je souligne que se contenter d’un traitement symptomatique
            n’est pas la solution et que les traitements par IPP de façon chronique sont très loin d’être anodin.

            Sincèrement

            Dr A. D’oro

          • Avatar
            Chahid
            18 juin 2018 at 9 h 12 min

            Bonjour?

            Merci pour votre réponse,
            Mais qu’est que je doit faire ?
            Qu’elle recherche dois je faire ?

            Dans votre partie 3, qu’elle protocole je dois suivre ?

            Merci pour votre aide
            Chahid

          • Dr. A. D'Oro
            24 juin 2018 at 18 h 43 min

            C’est pas facile de préciser une attitude thérapeutique sans connaitre la personne.
            Je pense toutefois qu’il faut en premier renforcer et protéger la muqueuse gastro-oesophagienne
            et après réduire progressivement les IPP, par exemple protocole B du sevrage. Tenir compte également des recommendations
            alimentaires.

            Sincèrement
            Dr A. D’oro

  36. Avatar
    Natacha
    1 février 2018 at 23 h 27 min

    Bonjour,

    J ai trouvé votre site par hasard en faisant des recherches pour pouvoir arrêter les IPP que je prends depuis 14 ans .
    Je tiens vraiment à vous remercier pour votre compréhension
    Je souffre de brûlure d estomac depuis l âge de 20 ans j ai fais avec jusqu’ à 39 ans mais depuis impossible de faire sans les IPP j ai essayé de m en passer mais bien sûr sans succès
    En trouvant votre site quel n a pas été mon étonnement de savoir que l on pouvait se passer de ce médicament en se sevrant
    Après avoir passé une gastroscopie on a vu que j avais une oesophagite chronique on m a donné la dose max soit 160 mg par jour pendant 1 mois connaissant les effets secondaires je n ai pas voulu les prendre
    Depuis 2 mois j ai des douleurs assez intenses à l’estomac après un passage chez mon médecin il me dit simplement de prendre un IPP en plus le soir (c est la goutte qui a fait déborder le vase ) surtout que je lui avait fait part de mon inquiétude concernant les effets indésirables et bien sûr comme j ai pu l entendre bien souvent il me dit que l on peut le prendre à vie sans problème

    J avais une 1 question est-ce que l on peut prendre ensemble tous les médicaments qui vous mentionnés ?
    A savoir aloe verra, le zinc carnosine, réglisse mélisse, j ai aussi entendu parler du lithothhame le miel de Manuka , gelule de curcuma, la mélatonine, guimauve etc… quand pensez-vous?

    Je voulais vraiment vous remerciez pour votre site qui nous est d une grande aide et pour ma part un soulagement

    Merci et belle journée à vous

    • Dr. A. D'Oro
      6 février 2018 at 18 h 43 min

      Bonjour,

      IL est certain que la prise d’IPP au long cours n’est pas favorable pour votre santé,
      la diminution de votre acidité au niveau de l’estomac va favoriser des malabsorptions de
      divers minéraux (Calcium, fer etc.) et vitamine (B12) ainsi que favoriser l’entrée de germes dans l’organisme
      et un SIBO (pullulation bactérienne de l’intestin grêle) entre autre.
      Vous pouvez essayer diverses démarches mais l’important avant tout c’est de comprendre les causes
      de vos reflux. Avez-vous par exemple une intolérance ou une sensibilité au gluten, ou une pullulation bactérienne de l’intestin grêle qui empêche l’estomac de se vidanger, un problème de thyroïde, une gastroparéie, une hypoclorydrie lié à un stress chronique etc..???? car c’est de cibler la cause qui va permettre de se passer des IPP car les produits naturels anti-acides seront toujours moins efficaces qu’un IPP dans un premier temps. Prenez déjà des enzymes digestifs cela atténuera les effets négatifs des IPP sur l’activation des enzymes gastriques (par exemple enzygest de Bionutrics, au milieu des repas). Si vous ne pouvez pas faire un test de fermentation au lactulose pour déterminer la présence d’un SIBO, vous pourriez essayer une diète FODMAPS un mois, ce qui permet d’enlever le gluten, le lactose, le fructose et d’autres fibres fermentescibles. Vous pourriez effectuer également un test à la recherche d’intolérance au lactose et fructose dans un labo. Souvent avec la diète FODMAP il est utile de faire un assainissement antibactérien avec des plantes pendant également un mois. C’est mieux d’être accompagné pendant cette diète. Si vos reflux vont mieux, c’est par les tests de réintroductions des groupes d’aliments qu’on arrive à déterminer ceux que vous supportez pas. C’est seulement à la fin quand on a trouvé, que le sevrage progressif des IPP peut avoir lieu en utilisant des produits naturels de remplacements etc..
      Vous pouvez également faire des tests avec les produits que vous avez évoqué ça peut aider à réduire
      les IPP.
      Je sais que c’est pas facile si on est pas accompagné mais on peut y arriver
      Sincèrement
      Dr A.D’oro

      • Avatar
        Natacha
        16 février 2018 at 23 h 12 min

        Bonsoir,

        Effectivement je suis en manque de fer et de vitamine
        J ai aussi éliminé le lactose et le gluten en grande partie depuis 3 ans il est vrai que si mange à nouveau des aliments avec gluten et lactose me brûlures sont vraiment plus forte

        Je vais suivre vos conseils et je vous remercie pour votre réponse

  37. Avatar
    amoun
    14 février 2018 at 16 h 20 min

    Bonjour Docteur,

    Également enchantée d’être tombée sur la rubrique “nutrition-santé, les rgo” et merci du temps et du sérieux que vous consacrer à chacun d’entres nous pour répondre ^_^….

    Voilà j’ai 35 ans, la semaine dernière j’ai passé une gastro-fibroscopie par rapport à des douleurs épigastriques, l’examen a démontrer que je n’avais pas l’Helicobacter Pylori à l’estomac et qu’il était normal, le duodénum aussi, le carda ouvert et l’œsophage présentant un reflux gastro-œsophagien avec œsophagite érythémateuse sus-cardiale, et le brachy-oesophage modéré.

    En gros d’après ce que j’ai compris, il y aurait une malformation au niveau du carda qui ne s’arrange pas avec le temps, sorte de clapet qui refermerait mal et n’empêcheraitpas ni les liquides, ni l’air de remonter par l’œsophage, ce qui provoque par la même occasion une gêne quotidienne au niveau de la gorge (je chante, c’est embêtant)et donc les ganglions ou amygdales souvent inflammés et gonflés. Le gastro m’a prescrit pour 6mois un traitement à base de Mopral, de sirop de Gaviscon, et de Citrate de bétaïne, j’aimerais éviter à tout prix de le prendre tout cela sur le long et même le court terme.

    Pourriez-vous, s’il vous plaît, me prodiguer vos conseils et remèdes naturels ??
    (Je présente également une maladie de crohn, et aimerais vraiment minimiser les traitements chimiques…).

    Merci infiniment Docteur D’oro !
    Nb: je suis suivie par une bonne naturopathe.

    • Dr. A. D'Oro
      17 février 2018 at 16 h 44 min

      Bonjour,

      La béance du cardia comme explication est un des diagnostics fétiche des gastroentérologues mais en soi-même n’est pas la cause du reflux.
      Comme d’habitude on propose un traitement anti-acide symptomatique qui ne va à la longue qu’aggraver votre état de santé. Je rappelle que les IPP favorisent l’entrée de germes dans l’intestin et aggravent la dysbiose intestinale, en sachant que la dysbiose est un élément primordial des maladies inflammatoires de l’intestin, c’est pas terrible pour votre maladie de crohn, sans compter les autres inconvénients pour la santé. Les IPP entrainent également une réduction de divers minéraux et vitamine (B+2, fer, calcium, magnésium etc.). Le Gaviscon c’est un peu de bicarbonate et de nombreux excipients pas terribles (Acétaldéhyde, aspartame etc.).
      Je comprend qu’il soit important de régler vos problèmes de RGO mais il faut rechercher les causes et non pas pas traiter seulement les symptômes.
      CE n’est pas un problème d’excès d’acidité (Souvent le contraire) mais souvent une vidange gastrique souvent diminuée, ce qui favorise le reflux vers l’oesophage.
      Il faut rechercher et traiter les causes, stress ?, intolérance au gluten ? SIBO (pullulation bactérienne de l’intestin grêle)? hypochlorhydrie ? dysbiose ? etc.
      En attendant de revoir cela avec votre naturopathe prenez des enzymes digestifs pour contrer les effets négatifs des IPP sur l’activation des enzymes gastriques (pepsine), à la place du Gaviscon essayer des alternatives naturelles (aloe vera, lithotame, kudzu, réglisse etc..).
      En résumé, attention à votre traitement qui va vraiment altérer votre microbiote

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  38. Avatar
    Hermann
    18 février 2018 at 16 h 06 min

    Bonjour docteur, il y a quelques temps, je vous ai demandé conseil suite à une gastrite +, helicobacter(Hermann steeve 11janvier 2018 à 9h30) que j’ai fini par soigné par antibiotiques. Mais les problèmes ne se sont pas arrêté là ,j’ai attraper une dysbiose intestinale (taux arabinitol et Arabinose élevé), je précise que j’ai des diverticule sigmoidienne aussi. j’ai déjà commencé par supprimer sucres, féculents, mais ma question est doit on prendre des probiotique dans ses cas là, car je prend un probiotique special candida (bactéries lactobacillus helvéticus LA 401 et un autre probiotique qui a du bifido bacterium longum LA 101, lactobacillus thermophilus LA 104,lactobacillus lactis LA 103 et lactobacillus helvéticus LA102. Mais quand je prend les 2 j’ai l’impression de ballonnements et que ses trop, le problème est que quand j’arrête j’ai le colon qui pince des 2 côtés gauche et droit même en mangeant des chose comme du riz complet avec des brocolis par exemple. J’ai souvent des gargouillis intense, eructation, sensation de devoir toujours aller au toilette, flatulences . Je me demandais si s’était pas soit le fait que je mélange 2 probiotique,ou alors certains aliments qui provoquerait cela.

    • Dr. A. D'Oro
      21 février 2018 at 22 h 17 min

      Bonsoir,
      Les probiotiques ne sont pas toujours bien supportés lors de candidose, mon premier choix au début se tourne vers
      le Saccharomyces Boulardii 5 milliards 2 à 3x par jour, parallèlement je prescris des plantes antimicrobiennes,
      soit HE d’Origan 150 mg 2 cps 3x par jour, soit des produits composés tels que Ecodyn de bionutrics ou Tricycline.
      S’associe une diète pauvre en glucides, éventuellement en fodmaps.
      En cas d’échec, on doit se résoudre éventuellement à un antimycotique tel que la nystatine.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        Hermann
        28 mars 2018 at 10 h 00 min

        Bonjour docteur, en fait j’ai dû me résoudre à la nystatine et pour finir j’ai trouvé un probiotique qui me convenait(biofloracare xl). Mais j’ai toujours une gastrite erosive que j’arrive à calmer avec de la dgl (réglisse déglycyrrhinisé) et du gastrazyme, mais je ne sais quasi rien prendre comme par exemple tout se qui est vitamine b12 avec supplément folate, ou par exemple du zinc, vu que je suis en déficit, sa m’agresse littéralement l’estomac. Je ne sais pas quoi prendre pour que sa cicatrice au niveau des muqueuse, car mes paroi sont bien enflammé. Bonne journée à vous.

        • Dr. A. D'Oro
          30 mars 2018 at 22 h 36 min

          Bonsoir,

          Je vous propose d’insister sur la protection et renforcement de la muqueuse gastrique,
          pour cela en plus de la réglisse DGL, vous pouvez essayer par exemple:

          – Aloe vera 1 c à soupe avant ou après le repas
          – Du zinc carnosine 1 gel matin et soir au repas
          ou encore
          – de la L-glutamine en poudre 3gr par jour réparti sur 2 repas

          Sincèrement

          Dr A. D’oro

  39. Avatar
    Sandra
    28 février 2018 at 12 h 20 min

    Bonjour,

    Je me permets de vous écrire car j’aimerais venir vous voir mais j’habite très loin de chez vous à Noirmoutier en Vendée, en France, c’est un peu compliqué à organiser, mais vous auriez peut-être un collègue spécialisé comme vous en nutrition à me recommander dans l’ouest de la France, car j’ai vraiment besoin d’être accompagnée.

    En attendant, je vous raconte un peu mon histoire; il y a 10 ans, j’ai commencé à faire indigestion sur indigestion avec crise de rots pendant 1 an et 1/2, puis ça a empiré avec des coliques hépatiques, j’ai donc été opérée et on m’a enlevé la vésicule biliaire. Après l’opération, je n’arrivais toujours pas à digérer, j’avais très mal à l’estomac et je perdais toujours beaucoup de poids, entre 2008 et 2010, j’ai perdu 35kg, il faut dire que je partais de très très haut, car j’ai fait jusqu’à 110kg pour 1m57 ! Après les 2 fibroscopies de 2010, ils ont vu un reflux bilieux associé à une gastrite érythémato-congestive et une malposition cardio tubérositaire avec béance du cardia, les médecins m’ont donc prescrit du gaviscon, de l’inexium 20 puis du 40. Et pendant les 8 dernières années, j’ai eu trois épisodes de douleurs abdominales beaucoup plus importantes qu’à l’accoutumé avec une digestion tellement difficile que j’ai perdus une dizaine de kilos à chaque fois que je reprenais dans l’année qui suivait, pendant ces épisodes, il a été évoqué comme cause RGO et colopathie fonctionnelle. En 2016, j’ai du passé une colposcopie où il est indiqué dans le compte-rendu : muqueuse intestinale dans les limites de la normale histologique avec vraisemblables plaques de Peyer. Absence de granulome.

    Pendant ces 8 années, j’ai également eu des problèmes gynécologiques, en 2010, on m’a enlevé un très gros fibrome sur l’utérus, aujourd’hui j’en ai des nouveaux, plus de très nombreuses adhérences et douleurs. En 2013, après avoir vu des nodules sur ma thyroïde, j’ai encore été opérée, ablation totale de la thyroïde et après examen les nodules étaient bénins. Depuis j’ai erré dans les limbes de l’hypo et de l’hyperthyroïdie avec des périodes catastrophiques et lourdes de conséquences notamment à cause de la prise de pilule contraceptive sensée m’aider car mes ovaires font régulièrement des kystes fonctionnels, plus les fibromes qui sont très vite revenu. A chaque nouvelle pilule (Liloo, Optidril, tricilest, ESMYA…), je me retrouvais soit en très haute hyppo ou en très basse hyperthyroïdie, un enfer… en parallèle de tout ça, ça fait à peu près 5 ans que j’ai de plus en plus de mal à travailler, car j’ai très mal aux mains et aux poignets dès que je m’en sert ou que je porte un peu de poids. A la dernière hyperthyroïdie, mon œil droit à décompensé, j’avais un strabisme convergent depuis l’enfance mais qui se maintenait, là ma vue a commencé à complètement dérailler, maux de tête, vertiges, nausées, vu double et donc impossibilité d’utiliser ma vue de près sans déclencher des migraines et des états de malaises très perturbants et tout ça depuis 2 ans, mais je vais bientôt porter des verres à prismes et progressifs, ça devrait donc aller mieux de ce côté là, en tout cas, je croise très fort les doigts car j’ai hâte de pouvoir retravailler et de pouvoir à nouveau lire un livre.

    Malgré l’esoméprazole 40, depuis quelques mois, j’ai des remontées acides toutes les nuits vers 5/6h du matin. Le médecin m’a demandé de faire le test « helikit » pour voir si il y a des hélicobactères pylori dans mon estomac. Mais pour faire ce test, il ne faut plus prendre d’IPP depuis quinze jours. Du coup je suis passée en dosage de 40 à 20, sans trop de difficulté pendant 2 semaines, puis à 2 jours d’IPP et 1 jour gaviscon après chaque repas, mais là ça ne va plus, ces jours là j’ai mal, et à l’estomac, et dans le milieu du dos, mon intestin grêle fait plein de bruit, je fais des crises de rots après tous les repas et je refait des indigestions, j’ai la sensation que tout ce que je mange reste bloqué dans mon estomac pendant des heures sans savoir comment soulager cet état.
    J’ai fait le test du bicarbonate de soude mais les jours où je prends de l’ésoméprazole, le rot est long à venir : 8mn26 et les jours où je n’en prends pas, en 17 secondes c’est fait.
    Je dois ajouter que les jours où je prends des IPP, j’ai des envie de sucres irrépressibles en début d’après-midi et le soir, peu de temps après les repas en fait.

    J’ai bien lu tous vos articles sur la digestion et les reflux gastriques mais je ne sait toujours pas comment m’aider car comme je n’ai plus de vésicule, j’ai l’impression que je ne rentre pas complètement dans les cas pratiques ou dans ce qui est dit dans les commentaires, je suis perdu et j’ai besoin d’aide pour savoir quoi prendre quand je fais une indigestion pour que ça ne dure plus de longues heures, ou pour la nuit quand je me réveille avec la gorge en feu et pour traiter la cause également.

    Autrement et malgré mon poids qui est très important, ça fait longtemps que je fais attention à ce que je mange pendant les repas, car il y a des tas de choses que je ne digère plus, mais bizarrement ces (saletés) de petits gâteaux eux ils passent. Dès que j’essaie de ne plus grignoter entre les repas, mon estomac me brûle et fait beaucoup de bruit, si je mange quelques choses à ce moment là ça va mieux… je n’y comprends rien !

    Il y a 3 semaines en allant faire renouveler mon ordonnance d’ésoméprazole 40, la pharmacienne m’a demandé à quel moment de la journée, je prenais ce médicament, je lui ai dit que c’était le soir au coucher, elle m’a répondu qu’elle venait de recevoir une indication qui disait qu’il ne fallait plus le prendre le soir car il pouvait induire des insomnies et des terreurs nocturnes… ça deux ans que je dors extrêmement mal, que je me réveille sans arrêts, que je vois des flashs la nuit dans ma tête… et que j’ai une journée de profonde dépression tous les 1 ou 2 mois, et où c’est jours là, je dois résister de toutes mes forces à l’envie féroce de me suicider. J’ai essayé de parler aux médecins de tout ça mais je n’arrive pas à leur faire comprendre ce que je vis, du coup après chaque consultation, en montant dans ma voiture, je me mets à pleurer, car une fois de plus je n’ai pas réussi à tout dire.
    Je sent bien qu’ils ne cherchent à soigner que les conséquences, ils ne cherchent pas les causes, ils n’ont pas le temps, ils sont débordés et pressés… oh ils ont bien essayé de me prescrire des antidépresseurs et tellement désespérée j’ai essayé mais ça m’a donné des maux de tête terrible et après quelques jours, j’ai dû les arrêter, et avec le recul, j’en suis ravie car ce n’est pas la solution pour moi.

    Mine de rien, depuis que j’ai réduit les IPP, je n’ai plus eu de migraines alors qu’au mois de janvier, j’en ai eu quasiment tous les jours, la sensation d’avoir le cerveau qui ne fonctionne pas correctement à un peu diminué aussi… d’ailleurs, que je puisse vous écrire cette longue lettre en est la preuve pour moi car je n’aurais pas pu le faire il y encore quelques semaines.

    Je pense que vous avez déjà une bonne vue d’ensemble du problème même si j’aurais encore beaucoup à dire. Je crois que vous l’aurez compris, je suis épuisée par tout ce que j’ai vécu mais je suis encore prête à me battre pour me sortir de ce bourbier que sont les IPP et je crève d’envie de pouvoir enfin revivre !

    Merci de m’avoir lu.

    Belle journée

    Sandra

    • Dr. A. D'Oro
      7 mars 2018 at 21 h 55 min

      Bonjour,
      Votre histoire est assez édifiante et complexe. Il ne m’est pas possible de répondre de façon adéquate en quelques lignes à votre histoire.
      Je ne connais personne dans votre région, je pense toutefois qu’il existe surement des thérapeutes aptes à vous traiter.
      JE reste éventuellement à disposition pour une consultation skype, il me faut une histoire plus complète et j’ai besoin de poser d’autres questions
      et éventuellement compléter vos bilans nutritionnelles.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  40. Avatar
    GRYELEC Natacha
    7 mars 2018 at 1 h 00 min

    Bonjour Dr,

    Une fois n’est pas coutume. Je pense avoir une hyperchlorhydrie.

    J’ai fait le test du vinaigre de cidre (qui m’a donné des brûlures d’estomac assez prononcées rapidement) et celui du bicarbonate de soude qui a provoqué une éructation puissante dès la 1ère minute.

    Mes ennuis ont commencé il y a 6 semaines en même temps qu’une infection dentaire ; RGO (et nuits blanches) brûlures d’estomac, remontées acides, acidité et mauvais goût dans la bouche. On m’a prescrit un IPP Inexium 40 et du Gaviscon. Rien ne me soulage. Et depuis on m’a extrait la dent et toujours cette acidité qui remonte jusque dans ma bouche, les gargouillis la nuit et les ballonnements douloureux dès que j’absorbe de la nourriture.

    La gastroscopie n’a rien révélé. Et j’attends dans quelques jours les résultats concernant une recherche d’Helicobacter Pylori. Je souhaite arrêter au plus vite l’IPP et me traiter de façon naturelle. J’ajoute que je suis d’une nature très anxieuse, le stress pouvant expliquer ma situation.

    Que me conseillez vous? J’ai lu attentivement vos conseils concernant l’hypochlorhydrie mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit a priori d’un trop plein d’acidité?

    En vous remerciant par avance de vos conseils.

    Bien à vous

    • Dr. A. D'Oro
      7 mars 2018 at 22 h 04 min

      Bonjour,
      Même si vous avez trop d’acidité, la prise en charge reste un peu identique. LA seule qui change, c’est que vous n’avez pas besoin
      de rajouter de la bétaine HCL ou du vinaigre de pomme.
      Il y a eu un problème d’infection dentaire dès lors je n’ai pas compris si vous avez pris des antibiotiques, dans ce cas, il est possible
      que vous ayez déclencher une fermentation de l’estomac ou de l’intestin grêle qui réduit la vidange gastrique et provoque des remontées.
      C’est étonnant que les IPP n’ont rien fait, il faut attendre le résultat de l’hélicobacter pilori car la prise en charge est différente.
      Merci de m’informer du résultat et de me confirmer ou infirmer la prise d’antibiotiques. Après cela, je vous donnerais mon avis.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

      • Avatar
        GRYELEC Natacha
        12 mars 2018 at 19 h 40 min

        Bonjour Docteur,

        Je fais suite à mes 2 commentaires et vous fait part des résultats du test d’Helicobacter Pilori qui est donc négatif. (malgré la présence d’un petit oedème du chorion superficiel).
        A votre autre question, je réponds oui, j’ai bien pris des antibiotiques lors de mon infection dentaire (Amoxicilline, 2 tours, (2 fois 8 jours).

        Les symptômes persistants à ce jour sont l’hyperacidité constante dans ma bouche (mauvais goût), brûlures dans ma gorge (et sur la langue) ainsi que les RGO surtout après les repas et durant la nuit.

        J’attends votre avis. En vous remerciant chaleureusement par avance.

        Cordialement
        NG

  41. Avatar
    GRYELEC Natacha
    8 mars 2018 at 1 h 21 min

    Bonsoir Dr,

    Je vous remercie pour votre réponse.

    Je dois vous apporter des précisions.

    J’ai en effet pris des antibiotiques lors de l’infection dentaire il y a 6 semaines. On m’a prescrit de l’Amoxicilline (qui m’a brûlé l’estomac dès la première prise, on m’a donc donné du Pantoprazole 40 pour pouvoir le supporter) et un tour n’a pas suffit pour enrayer l’abcès, il a fallu un deuxième tour d’antibios pour en venir à bout avec une prise d’anti-inflammatoires associé (très mal supporté et stoppé dès la deuxième prise).

    J’ajoute que j’ai depuis très longtemps un syndrôme de colon irritable et les ballonnements et les douleurs d’estomac sont mon quotidien dès lors que je mange gras, sucré, ou boit alcoolisé ou gazeux. Lors d’une première gastroscopie en 2005 on m’a dit que j’avais un “estomac paresseux”, le mot gastroparésie a été prononcé . Il est d’ailleurs question que je fasse une scintigraphie dans quelques mois pour le vérifier.
    Mais je n’avais jamais eu de RGO auparavant. Depuis 6 semaines j’ai supprimé le sucre, le gras, l’alcool et les épices, je suis passée au gluten, (j’étais déjà intolérante au lactose) perdu 6 kg et pourtant pas d’amélioration. Les ballonnements et RGO persistent.

    Si les antibiotiques sont à l’origine de ce dérèglement, je croise les doigts pour ne pas avoir d’Helicobacter pilori car il me semble que le traitement proposé est un traitement antibiotique n’est-ce pas ?

    A bientôt de vous lire,

    Bien cordialement

  42. Avatar
    GRYELEC Natacha
    19 mars 2018 at 13 h 22 min

    Bonjour Dr,

    Je tente ma chance une dernière fois. Je n’ai pas eu votre avis comme vous me l’aviez proposé et mes messages semblent bloqués pour approbation sur ce site.

    Je suis un peu perdue pour commencer un traitement naturel et depuis 1 semaine de sevrage d’Inexium et malgré le peu de temps que je l’ai pris (2 mois) je ressens un effet rebond assez fort.

    Merci.

    Cordialement

    • Dr. A. D'Oro
      19 mars 2018 at 23 h 46 min

      Bonsoir,
      L’effet rebond est assez classique à l’arrêt des IPP.
      LA présence d’un colon irritable de longue date indique une perturbation du microbiote
      avec possible SIBO (pullulation de l’intestin grêle). Il est quelques fois préférable
      d’introduire le traitement naturel avant l’arrêt de l’IPP qui doit se faire progressivement.
      Je ne vous ai pas oublié mais étant donné la fréquence des questions sur le RGO. Je suis entrain
      de terminer un article sur des protocoles plus précis de prise en charge du RGO, également
      un protocole de sevrage des IPP.
      D’ici une semaine, ça sera sur le site.
      Sincèrement
      Dr A. D’oro

      • Avatar
        GRYELEC Natacha
        20 mars 2018 at 16 h 07 min

        Bonjour et merci de votre réponse,

        Je lirai attentivement votre prochain article.

        Je n’imaginais pas un effet rebond après seulement 2 mois de prise d’IPP.
        Je vais me faire aider par une herboristerie pour essayer de l’atténuer dans les prochains jours.

        Cordialement.

        NG

  43. Avatar
    Hinata
    24 mars 2018 at 23 h 38 min

    Bonjour, merci pour cet article très intéressant, on m’a diagnostiqué une hernie hiatale de 1cm et œsophagite peptique ulcéré… j’ai eu droit à un traitement pantoprazole 40mg mais je n’aime pas trop prendre ce genre de médicaments.. que préconiser vous dans mon cas ? Et je voulais savoir si une hernie hiatale peut disparaître ? Merci

    • Dr. A. D'Oro
      27 mars 2018 at 22 h 18 min

      Bonjour,
      Les hernies hiatales par glissement sont fréquentes et semble faire partie d’un processus naturel de vieillissement,
      environ 60% des personnes de plus de 50 ans aurait une hernie hiatale. Elles peuvent apparaitre plus tôt lors de prise de poids
      ou de relâchement de la musculature internes incluant le sphincter oesophagien.Le tabac et le stress ainsi que des efforts soutenu de
      ports de charges lourdes peuvent y participer.Les recommandations sont de perdre du poids, des manoeuvres ostéopathies peuvent dans certains cas remettre la hernie dans une position correcte.
      On pourrait renforcer le sphincter oesophagien inférieur, ce sphincter peut s’affaiblir par la nicotine et la caféine et certains médicaments (SSRI, sédatifs, oestrogènes etc.). Certains suppléments semblent renforcer ce sphincter et réduire la pression gastrique telles que l’acide alpha lipoique, le zinc carnosine et la mélatonine 3 à 6 mg avant le couché.

      Pour vous, je pourrais proposer:
      – réglisse en EPS ou à mâcher (Supersmart) 15 min avant repas
      – 1c à soupe d’Ale Vera avant repas
      + pour cicatriser et renforcer la muqueuse, je prendrais 3 à 5 gr/j de glutamine en poudre avant les repas
      à séparer sur les 3 repas et du zinc carnosine (super smart) une gélule matin et soir pendant repas.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  44. Avatar
    Linda Lemieux
    26 mars 2018 at 15 h 56 min

    Bonjour Dr. vous dites qu’il faut éviter les glucides , mais il y en a partout
    exemple: pâte, farine, légumineuse, farine sans gluten autre que le blé ,est-ce qu’il faut éviter ses aliments, il nous reste plus rien à manger ou si il sont permis dans la diète….
    l’avoine est-elle permise…..
    Merci de votre réponse cela m’aidera beaucoup à choisir mes aliments pour
    mieux guérir…

    • Dr. A. D'Oro
      27 mars 2018 at 22 h 25 min

      oui, bien sûre vous avez raison,
      ici c’est une question quantitative, il est intéressant de manger un peu de céréales avec des légumineuses le soir
      afin de respecter les règles de chrononutrition. Les quantités doivent rester modérées, bien mâcher et surtout manger assez tôt
      pour avoir au moins 3h avant de se coucher. Maintenant, certaines personnes qui ont un reflux d’acidité chronique peuvent avoir
      des intolérances alimentaires dont le gluten est la plus fréquente. Essayer d’arrêter le gluten et réduire la quantité de céréales
      en compensant par une augmentation des bonnes graisses (avocat, olives, huiles etc.) est une bonne stratégie. D’autre part, si une personne
      a des reflux avec parallèlement des troubles digestifs de type colon irritable alors une diète FODMAP devient vraiment intéressante et souvent efficace.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  45. Avatar
    Pierrick Hamon
    31 mars 2018 at 15 h 49 min

    Bonjour, j’ai été traité pour une EBO avec dysplasie de haut grade avec plusieurs séances de radiofréquence sous anesthésie générale. Le dernier contrôle, toujours sous anesthésie générale (la 7ème) laisse entendre que je serais guéri, mais des-vant resté sous contrôle, avec proposition de nouveau contrôle dans deux ans. Je suis sous IPP (Mopral pendant 5 ans, puis Rabeprazole 20 mg depuis 6ans environ). Je viens de fêter mes 70 printemps. Pour le moment TVB donc mais la lecture des articles sur les graves risques d’une consommation médicamenteuse de longue durée ne me rassurent pas du tout, d’autant que j’ai des soucis de mémoire. J’avais pourtant arrêté la consommation d’alcool fort ‘whisky) et cesser totalement de fumée il y a quelques années déjà. J’ai raréfié la Consomation de sucre et de laitage et de viande rouge, etc.. J’attends la réponse de mon médecin gastro à qui j’ai demandé si je pouvais supprimer ou au moins diminuer la dose de rabeprazole. Mais par qui les remplacer ? J’ai lu votre article sur l’usage des méthodes naturelles. Maos pour l’EBO quand est il ? Une consultation est elle possible ? Je vous remercie.

    • Dr. A. D'Oro
      31 mars 2018 at 19 h 09 min

      Bonjour,

      L’important est de protéger la muqueuse,avant d’essayer de réduire les IPP,
      il faut introduire parallèlement un traitement protecteur pendant un mois
      je pense à la prise d’Ale vera 1 cà soupe avant ou après le repas
      + Zinc carnosine 1cps 2x par jour avec repas. En cas de symptômes la prise de réglisse DGL à mâcher 20 min avant le repas. Par la suite, on peut réduire progressivement les IPP après discussion avec votre gastro.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  46. Avatar
    Jacque
    8 avril 2018 at 18 h 06 min

    Bonjour
    Je suis traité depuis 4 ans par un ipp. 10mg de rabeprazol. Ceci a la suite d’un traitement lourd et d’une grosse opération thoracique. J’ai essayé plusieurs fois de l’arrêter sans succès. Aujourd’hui je souffre de douleurs musculaires et d’un moral très bas. Du coup je me suis mis à lire internet. Et je découvre le monde des ipp. Quelle surprise. Mais comment arrêter.

    • Dr. A. D'Oro
      8 avril 2018 at 21 h 11 min

      Bonjour,

      Je viens de mettre sur mon blog un article sur des protocoles de traitement des RGO et des protocoles
      pour se sevrer des IPP. La présence de douleurs musculaires pourrait être du à un problème de pullulation
      bactérienne avec leaky gut. Il serait intéressant d’inclure la glutamine dans votre protocole naturel.
      Les IPP peuvent également réduire l’absorption de magnésium et de B12 pouvant également provoquer des douleurs musculaires et une baisse de moral, essayer peut-être un complément avec magnésium et B12.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  47. Avatar
    Jacques
    25 avril 2018 at 10 h 03 min

    Bonjour,

    j’étais à Rabeprazole 10mg. Je le prends maintenant 1 jour sur deux depuis 15jours; La première semaine a été horrible avec en plus des RGO des diarrhées énormes. Aujourd’hui ça va beaucoup mieux même si mes maux de ventre sont encore présents avec des diarrhées ponctuelles.
    Est ce normal ?
    Je vous remercie.

    • Dr. A. D'Oro
      27 avril 2018 at 11 h 55 min

      Bonjour,

      Je vous invite à lire la 3ème partie de ce sujet
      et de vous inspirez des protocoles de sevrage des IPP.

      Sincèrement
      Dr A: D’oro

  48. Avatar
    Chahid
    11 mai 2018 at 15 h 40 min

    Bonjour Docteur,

    J’ai une hernie hiatale par glissement et une œsophagite grade 1.
    Je prend actuellement des IPP (1 ipp 30 min avant mon petit déjeuner).
    Comment guérir d’une œsophagite naturellement ?
    Que doi’je manger? Je suis perdu.

    merci pour votre aide.
    Chahid

    • Dr. A. D'Oro
      14 mai 2018 at 20 h 37 min

      Je vous propose de regarder la partie 3 de ce sujet dont il existe divers protocoles précis selon les plaintes
      et les atteintes de l’oesophage.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  49. Avatar
    Christophe
    14 mai 2018 at 17 h 31 min

    Bonjour,
    cela fait 5 jours que j’ai arrêté les IPP après plus de 15 ans de traitement à l’Inexium, et que je prends gingembre, aloe vera et melatonine et à ma grande surprise ; ça marche.
    Dommage que vous indiquez pas quels produits prendre exactement, car il y a multitude de ces produits, mais je pense qu’ils ne sont pas tous efficaces…
    Merci Docteur pour cet article.

    • Dr. A. D'Oro
      14 mai 2018 at 20 h 38 min

      Dans le dernier article sur ce sujet (partie 3), je propose divers protocoles
      avec des propositions précises.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  50. Avatar
    christel
    4 juin 2018 at 5 h 42 min

    Bonjour Docteur ..je découvre votre blog avec plaisir pour toutes ses vérités .. savez vous si le test Heidelberg existe et peut être pratiqué en France ?

    • Dr. A. D'Oro
      5 juin 2018 at 7 h 32 min

      oui,
      le test d’Heidelberg est pratiqué par un certain nombre de gastroentérologue,
      il faut vous renseigner dans votre région.
      Rappelez vous qu’au moins dans 60% des cas, il s’agit plutôt d’un problème
      de manque d’acidité,si vous faites les tests au bicarbonate, au vinaigre de pomme
      ou à la tétanie HCL, on arrive à avoir une idée si l’on a un manque ou un excès d’acidité.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  51. Avatar
    Jacque
    6 juin 2018 at 17 h 15 min

    Bonjour.
    J’ai arrêté les ipp depuis 4 semaines. Je pense avoir fait le plus dur. Je reste très fatigué. J’ai fait une prise de sang. J’ai une carence en folate. Au niveau b12 je suis à la limite mais pas de carence. Cependant le test b12 a été fait par prélèvement sanguin. Je lis partout que cela n’est pas fiable. Car les seuils sont trop bas que ça prend de la b12 qui n’est pas utilisable par les cellules. Conclusion mon médecin m’a donné uniquement du folate. Les crampes se sont arrêtées net mais pas la fatigue ni les troubles visuels. Dois je faire le test MMA ou prendre de la b12 sans test ?

    • Dr. A. D'Oro
      10 juin 2018 at 18 h 24 min

      Bonjour,
      Je n’ai pas d’expérience avec le test MMA, d’habitude je fais la vitamine B12 classique mais je recherche des valeurs hautes ou on peut faire la forme active (holo-TC).
      Le dosage de l’homocysteine est également un bon reflet fonctionnel de la B12 et B9. Généralement avec la B9, il est conseillé de prendre de la B12 pour un effet synergique.
      Je ne suis pas convaincu que la B12 explique votre état de fatigue mais je ne vois pas d’inconvénient à essayer de prendre une forme active de B12 (metylcobalamine 1000 microgramme)
      pendant quelques mois.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  52. Avatar
    Gouret
    9 juin 2018 at 8 h 50 min

    Bonjour,
    Voila je souffre de RGO depuis 6 mois j’ai eu une fibro resultat gastrite chrnonique et garstrite oeudenum mon medecin me prescrit des ipp mais je n’ai pas très envie des les prendres j’aimerai une approche plus naturel ! j’ai essayé le vinaigre de cidre cela empire .

    • Dr. A. D'Oro
      10 juin 2018 at 18 h 44 min

      Je vous invite à lire
      la partie 3 de ce sujet dans la quelle je décris des protocoles précis
      pour les gastrites chroniques.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  53. Avatar
    jo
    24 juin 2018 at 12 h 52 min

    Bonjour Dr,

    je souffre depuis un an de reflux duedeno gastrique, oseophagiste grade b avec hernie de 2 cm et le fameux helicobacter pylori j’ai pris un traitement ipp de 3mois aprés j’ai decidé d’arreter ce poison et de chercher une alternative comme tout le monde j’ai essayé toutes sorte de plantes aloé gingembre gimauve …. et enfin avec un regime sans alchool sans tabac sans acide tomate and co et des medicaments ( neobianacid ) à base naturel qui m’ont beaucoup aidé en bref aprés un an j’ai eu les memes symptomes avec des douleurs atroces au dos j’ai decidé de refaire une gastroscopie bonne nouvelle pas d’ulcere pas de reflux , duedénum normaux, bulbe normale oseophagite grade A au lieu de grade B mais mauvaise nouvelle ebauche de l’hernie hiatale et peut etre c’est ça qui me rend malade scanner au dos y’a rien le medecin me propose de reprendre les ipp je ne sais pas pourquoi d’ailleurs sinon une operation chirurgicale. aidez moi docteur sachant que avec vos conseils que j’ai reussi à diminuer et guérir la moitié de ma maladie merci d’avance .

    • Dr. A. D'Oro
      24 juin 2018 at 19 h 06 min

      Bonjour,
      Il n’est pas facile de répondre clairement car il faudrait pouvoir préciser
      chez vous la cause de ces douleurs. L’hernie hiatale est un faux diagnostic
      car elle est souvent présente chez les personnes saines. Souvent, le problème
      est lié à une mauvaise vidange gastrique dont les causes peuvent être multiples.
      Il existe également des sensibilités de la muqueuse due à un problème de muqueuse.

      Il faut essayer d’être systématique et bien observer les résultats de tous ce que vous faites.
      Pour explorer la piste alimentaire, il ne suffit pas d’exclure des aliments irritants ou acides,
      mais de voir s’il y a une intolérance alimentaire qui pourrait augmenter les taux d’histamine et
      favoriser l’inflammation. Les aliments les plus fréquemment impliqués sont le gluten et les produits laitiers,
      réduire aussi les sucres et excès de glucides (pain,pâtes, pizza etc..).
      Si votre digestion semble lente et laborieuse, c’est possible que vous ayez une hypochorydrie ou un manque d’enzymes gastriques (surtout si vous souffrez de stress chronique)
      vous pouvez faire un test au bicarbonate ou vinaigre de pommes. Vous pouvez également prendre des plantes amères avant les repas pur aider la digestion (ex. gentiane).
      Ce qui est important c’est aussi de protéger et réparer la muqueuse (zinc-carnosine, glutamine, NAG) et de calmer les inflammations (Kudzu, réglisse, aloe etc.).

      Si vous avez des ballonnements, des gaz ou d’autres signes compatible de colon irritable, il faut se tourner bvers une diète FODMAP et voir s’il faut ttt un SIBO.
      Je ne peux pas être tellement plus précis car il faudrait faire des examens complémentaires et vous connaitre mieux. Mais en appliquant les conseils dont vous trouvez
      dans la partie 3 de l’article le nom de certains produits, vous devriez pouvoir améliorer vos troubles.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  54. Avatar
    WACHTER
    25 juin 2018 at 16 h 06 min

    Bonjour
    Souffrant d’un rgo depuis 5 ans dû a une béance cardiale, les ipp et anti h2 ne m’
    améliorent pas. uniquement les alginates type essox one
    Je n’ai pas de brûlure a l’estomac mais uniquement des picotements a la gorge qui me font beaucoup tousser ,environ 3 a 4 heures après les repas.Surtout le soir après le dîner et au coucher même si le repas est léger
    Pouvez vous m’aider
    merci d’avance

    • Dr. A. D'Oro
      6 juillet 2018 at 10 h 47 min

      Bonjour,
      Désolé de vous répondre tardivement, je suis actuellement en vacances.
      Comme vous l’avez lu dans mes articles, les raisons d’un RGO sont multiples
      et la béance du cardia n’est pas la cause principale. Souvent c’est la vidange
      de l’estomac vers l’intestin grêle qui peut poser problème, si l’estomac ne se vide
      pas à temps et qu’il ya des fermentations, la moindre augmentation de la pression
      sur l’estomac ou la position couchée peuvent favoriser le reflux.
      Généralement les glucides le soir ou les FODMAP peuvent favoriser une fermentation gastro-intestinale,
      l’obésité, l’insulino-résistance, le diabète, l’hypothyroïdie etc.. ralentissent également la vidange gastrique etc.
      Il faut essayer d’améliorer les secrétions gastriques lors des repas (plantes amères, enzymes, test à la bétaine HCL)
      manger léger le soir, 2 à 3h avant de se coucher, prenez une demi-cuillère de sulfate de magnésium dans un peu d’eau
      1 à 2 heures après le repas du soir afin de mieux vidanger l’estomac. Rechercher des intolérances alimentaires etc..
      Inspirez vous des protocoles de l’article 3, étant donné que chaque personne est unique, il faut tatonner pour voir
      ce qui marche le mieux avec vous.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  55. Avatar
    WACHTER
    27 juin 2018 at 8 h 05 min

    Bonjour Dr

    En attendant votre réponse j’ai fait le test au bicarbonate sur deux jours ,aucune réaction ,sauf au bout de 10 minutes un petit gaz
    J’ai pourtant une inflammation de l’oesophage vue par gastroscopie
    Merci pour vos conseils

    • Dr. A. D'Oro
      6 juillet 2018 at 10 h 51 min

      Le test du bicarbonate n’est pas toujours fiable,
      il peut toutefois indiquer une baisse des sécrétions acides de l’estomac.
      L’inflammation de l’oesophage n’est pas contradictoire car en ayant moins d’acidité
      vous digérez moins bien, faites des fermentations et favorisez le RGO. L’oesophage
      en contact avec le liquide gastrique s’enflamme, même si il y a moins d’acidité.
      Si vous n’avez pas d’ulcère ou d’érosion gastrique, faites le test à la bétaine HCL
      testez des plantes amères, prenez des enzymes etc..
      Sincèrement
      Dr A. D’oro

      • Avatar
        WACHTER
        8 juillet 2018 at 11 h 01 min

        Bonjour Dr
        merci de votre réponse ,j’ai commencé 2 probiotiques le matin (ergyphillus)
        elixir du suédois midi et soir,et similase midi et soir
        je dois voir mon gastro a la fin du mois.
        Ma dernière gastroscopie du 11 /8/2017 dis ceci :
        Béance cardiale,pas de H.P, discrète gastropathie réactionnelle,biopsie fundique de morpholoie normale,mais ensuite
        biopsie ayant porté sur l’interface entre une muqueuse pavimenteuse pluristratifiée oesophagienne bien diffèrencièe et une muqueuse glandulaire gastrique siége d’un infiltrat inflammatoire modèré associé a des remaniements dystrophiques sans métaplasie intestinale
        ces aspects pourraient éventuellement correspondre a des lésiions d’endobracyoesophage selon la topographie d’un prélévement.
        a confronter au bilan endoscopique, absence de signes de malignuité
        adénome tubuleux avec dysplasie de bas grade
        Mon gastro n’est pas inquiet.Faut’il refaire une gastroscopie ou attendre
        Je n’ai pas de brulure mais seulement une toux surtout le soir au coucher
        Merci de vote avis
        Cordialement

        • Dr. A. D'Oro
          21 août 2018 at 11 h 06 min

          Bonjour,

          La prise en charge reste la même que décrite dans l’article partie 3 du RGO

          Sincèrement

          Dr A. D’oro

          • Avatar
            WACHTER
            25 août 2018 at 8 h 42 min

            Bonjour Dr
            Suite a vos conseils
            Je prends un cas de vinaigre de cidre après les deux repas,et mon acidité a disparue.
            Le gastro veut confirmer l’hypochloridrie par une ph métrie
            Je vous tiens au courant des résultats

            Cordialement

          • Avatar
            WACHTER
            30 août 2018 at 9 h 14 min

            Bonjour Dr
            Suite a nos divers échanges j’ai fait une ph metrie qui me donne un ph de 7 sur 24 heures.
            Donc vous aviez bien vu je manque d’acide
            Pour l’instant le vinaigre de cidre m’améliore,mais que prendre d’autre.
            En effet ce manque d’acide me fait attraper des bronchites etc….
            merci de votre avis
            Cordialement

          • Dr. A. D'Oro
            30 août 2018 at 10 h 56 min

            Bonjour
            Le vinaigre de cidre est une stratégie basique interessante pour savoir éventuellement si vous avez pas assez d’acidité ou de sécrétions gastriques pour digérer correctement
            vos aliments. Maintenant, il faut essayer de comprendre pourquoi et quels facteurs peuvent favoriser cela. Il existe bien entendu des gastrites atrophiques ou auto-immunes
            qui peuvent altérer la production d’HCL (dosage anticorps anti-cellules pariétales de l’estomac) surtout si associé à des dosages très bas de la vit. B12. Une thyroide affaiblie est également responsable d’une baisse de production d’acide gastrique. Mais le plus souvent,
            il faut voir du côté du stress chronique qui peut réduire votre acidité gastrique. Penser à manger dans le calme et bien mâcher. Vous pouvez prendre 1 à 2 cp de la bétaine HCL (650 mg) avec pepsine
            au milieu ou à la fin d’un repas avec protéines animales. Si cela vous aide, vous pouvez continuer quelques temps tant que vous en avez besoin, lorsque l’estomac va mieux la prise de betaine HCL sera moins bien tolérée et ça peut être le moment d’arrêter.
            Concernant le vinaigre de cidre, vous pouvez continuer, personnelement je le prend 5 minutes avant le repas dans un demi verre d’eau, environ 1 cuillère à soupe.

            Sincèrement

            Dr A. D’oro

  56. Avatar
    SEVERINE
    13 juillet 2018 at 9 h 41 min

    Bonjour, je souffre depuis plus d’1 an de langue qui pique avec une acidité sur les mâchoires, qui descend sur le cou et enrouement de la voix le matin….Mon médecin ne pense pas à des RGO car aucune brûlure mais du coup je n’ai aucun traitement qui me soulage…D’avance merci

    • Dr. A. D'Oro
      21 août 2018 at 11 h 16 min

      Bonjour,
      Je répond un peu tardivement car j’ai pris des vacances en juillet et débordé en Août.
      Un RGO ne me semble pas exclu malgré l’absence de brûlures oesophagiennes.
      Il faut essayer de traiter par exemple en prenant
      un EPS réglisse (3/4) + mélisse (1/4), une c. à café dans un peu d’eau avant repas ou une pastille de réglisse DGL 15 min à mâcher avant repas (DGL 500 supersmart) et si ça suffit pas rajouter en fin de repas
      une cuillère à soupe de gel interne d’Aloe vera. Si cela ne suffit pas, il faut essayer de rechercher des causes digestives (intolérances alimentaires, SIBO, candidose etc..).
      Une autre possibilité, si il ya aussi des sensations d’électricité, c’est d’envisager un problème dentaire lié peut-être à des amalgames, existe-t-il un électro-galvanisme lié à une dent, certains dentistes peuvent contrôler cela avec un petit voltemètre.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        SEVERINE
        16 octobre 2018 at 10 h 48 min

        Bonjour, merci pour votre retour, nous avons découvert une Hernie hiatale qui semblerait peut être être la cause de cette acidité. Par contre, j’ai souvent mal sur l’iliaque droit (rien au scanner et écho abdo), de quoi dela pourrait provenir et comment apaiser cette douleur?D’avance merci

        • Dr. A. D'Oro
          16 octobre 2018 at 22 h 17 min

          Bonsoir,

          L’hernie hiatale n’est pas une cause principale de reflux comme je l’explique dans
          mes articles sur le RGO.
          Pour vos douleurs de la fosse iliaque droite, il est difficile de préciser une origine sans examiner.
          Si les douleurs sont hautes sous le foie et apparaissent après manger sous forme de lourdeur,
          on peut penser à un problème de vésicule mais l’échographie aurait vu quelques chose.
          Il peut s’agir de douleurs intestinales, essayer une préparation anti-spasmodique, voici une recette de grand-mère qui marche bien.

          Thé calmant avec des graines de carvi, anis et fenouil. Mettre une cuillère à thé de ces 3 graines écrasées et attendre 20 minutes avant de les filtrer. Par la suite boire une tasse après les repas.

          Sincèrement

          Dr A. D’oro

  57. Avatar
    Bureau
    11 août 2018 at 19 h 44 min

    Bonjour,

    Merci pour votre site, il donne beaucoup d’espoir.
    J’ai des rgo depuis 3 ans, ça a commencé par des picotements dans la gorge,
    Étant chanteur, on a d’abord pensé à un problème orl, mais rien. On m’a donné des ipp et ça a fonctionné, mais au bout d’un moment même avec les ipp ça me piquait. On a fait un fibroscopie il y a 1 an et demi, rien a signeler, On a fait une ph metrie, elle tombe souvent en dessous de 4, principalement apres mangé pendant 3 heures. Récemment j’ai revu mon gastro qui m’a donné de l’esoomeprazol 40 2 fois par jours pour voir, mais depuis 1 semaine j’ai super mal dans l’oesophage. Du coup je suis tombé sur vous, merci.
    J’ai acheter de la hcl betaine, et choucroute crue, je ne mange plus de gluten ni de lactosedepuis 5 jours. Je ne sais pas trop comment m’organiser, continuer les ipp, prendre la hcl betaine.
    Les résultats sont il rapide? Il est difficile de garder le sourire quand on a super mal…
    Quels probiotiques puis je prendre, je ne trouve pas.

    Merci pour tout, ce que vous faites est génial.

    • Dr. A. D'Oro
      21 août 2018 at 11 h 44 min

      Bonjour,

      Chaque RGO est différent et les causes ne sont souvent pas les mêmes d’une personne à l’autre.
      Les IPP sont uniquement un traitement symptomatique mais qui ne règle pas le problème sous-jacent,
      voir même l’aggrave, sans parler des effets secondaires à long terme que tous les médecins banalisent.
      Vous devez devenir votre propre médecin, en comprenant mieux les stratégies possibles et testant certaines stratégies de façon rigoureuse, d’observer et de voir si cel vous soulage ou pas. Si vous attendez qu’un complément puisse être la baguette magique, ça marche pas. Posez vous des questions et testez.

      Par exemple, vous avez arrêter le gluten et le lactose (ça aurait été mieux sans produits laitiers) . Donc vous vous poser la question d’une intolérance alimentaire. C’est ok pour certains ça marche s’ils ont une sensibilité au gluten, de plus le gluten et le lactose font partie de 2 groupes FODMAP qui ont tendance à fermenter. Donnez vous 3 semaines à un mois, puis faites le point. Si ça marche pas, cela peut vouloir dire que le gluten et le lactose ne sont pas impliqués ou que ça suffit pas car il y a d’autres aliments fermentescibles dont vous ne tenez pas compte ou vous mangez trop de glucides (PAtes, pains pizza, etc.).
      On peut alors essayer 3 semaines sans FODMAP strict ou une alimentation paléo faible en glucides et toujours observer ce que ça change.

      Si vous prenez de la bétaine HCL, c’est que vous faites l’hypothèse d’une hypochlorhydrie peut-être due aux IPP qui vous empêche de bien digérer les protéines, on peut tester, si ça n’augmente pas vos douleurs et que ça vous aide à digérer les protéines, c’est bien, vous pouvez même rajouter un complexe enzymatique comme du Similase totale. Observez sur 2 à 3 sem si cela vous aide dans vos symptômes. Des plantes amères comme l’élixir du suédois ou même du vinaigre de pomme avant les repas peut également améliorer votre digestion et la vidange de l’estomac afin de réduire les reflux

      Une autre stratégie est de renforcer votre muqueuse gastro-oesophagienne,
      par exemple en prenant 3 gr de L glutamine en poudre (nutrixeal.fr) par jour, même 2x par jour avant le repas et de la zinc carnosine 75 mg (supersmart.com)

      Vous pouvez rajouter une stratégie à visée symptomatique telle que la prise de réglisse en pastille à macher, 15 min avant repas ou Aloe vera en gel interne une cuillère à soupe avant ou après le repas. Et toujours observer si cela vous aide ou pas.

      Quand ça va mieux, alors commencer par faire un protocole de sevrage progressif des IPP.

      Bonne chance

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  58. Avatar
    djo
    22 août 2018 at 13 h 24 min

    j’ai reussi à arreter les ipp pendant une année en prenant du bianacid et riopan le soir et tout allait bien mnt j’ai des crises intenses qui irradies le dos j’ai fait une colonoscopie y’a rien j’ai fait une gastroscopie rien de grave reflux chronique mais pas de lesion … ph metrie reflux limite noramale, manométrie motricité oesophagienne inefficace hypotensive quoi faire je ne sais pas je recommence les ipp et voir si c’est du à ça sachant que j’ai essayé presque toutles regimes sans tomates sans alchol sans sans… rien rien meme l’operation est contre indiqué d’aprés mon gastro je dois reprendre les IPP quoi faire SVP ??!!! c’est horrible cette maladie

    • Dr. A. D'Oro
      30 août 2018 at 10 h 33 min

      Bonjour,
      Je vous invite à lire la partie 3 sur le RGO
      et d’explorer les propositions faites dans cette article,
      il y a différents protocoles que vous pouvez essayer,

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  59. Avatar
    MICHELE
    3 octobre 2018 at 11 h 13 min

    Je découvre votre site après 2 interventions ( cure Hernie hiatale ) qui se sont révélées inutiles et 3 ans de traitement sous IPP qui n’était que partiellement efficace … J’ai vu un ostéopathe qui en plusieurs séances me repositionne l’estomac qui est toujours remonté malgré les deux interventions … Pour me sevrer des IPP , on m’a prescrit de la Ranitidine mais depuis un mois j’ai des digestions très difficiles , éructations, lourdeurs etc… En faisant le test vinaigre de cidre , j’ai constaté que mes sécrétions acides étaient insuffisantes … Donc, je vais suivre vos conseils( Réglisse /Aloe Vera) et pour l’instant pour me rétablir je m’aide avec des probiotiques …
    Merci pour vos explications concernant les RGO comme causés par manque d’acidité, apparemment la médecine classique ne l’envisage jamais et continue de prescrire sans limite des IPP malgré les dangers révélés de plus en plus sur le Net et c’est souvent le patient qui doit insister pour un sevrage.

    • Dr. A. D'Oro
      3 octobre 2018 at 17 h 29 min

      Bonjour
      merci pour votre témoignage,
      Les symptômes que vous décrivez tels que lourdeurs, digestion difficile et éructation,
      semblent indiquer effectivement une baisse d’acidité et/ou de sécrétions gastriques,
      cela pouvant être en relation en partie avec la prise prolongée d’antiacides.
      Il faut bien différencier les traitements naturels qui améliorent votre digestion et indirectement
      favorisent la vidange gastrique et les reflux (vinaigre de cidre, enzymes digestifs, bétaine Hcl et les traitements qui protègent les muqueuses ou ont un effet calmant (glutamine, réglisse DGL, zinc carnosine, aloe vera, kudzu), les probiotiques vont aider également
      la muqueuse en améliorant le microbiote oesophagien. Il faut un peu combinés les deux approches, si vous n’avez d’ulcère ou d’érosion, la bétaine HCL pourrait être intéressante.
      D’autre part, il existe assez souvent un problème de fermentation au niveau de l’intestin grêle (SIBO) qui est favorisé par diverses choses (IPP; stress, antibiotiques etc.) et c’est quelques fois nécessaire de traiter aussi se problème, chercher au début une alimentation qui vous aide, souvent il est conseillé de réduire les glucides (farines, féculents, sucres) d’essayer d’arrêter le gluten et le lactose.
      Je vous laisse explorer tous cela, la partie 3 vous donne accès à des propositions de protocoles plus précis avec des noms de produits
      et ou vous pouvez les acheter.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

      • Avatar
        Michèle
        15 octobre 2018 at 16 h 39 min

        Merci pour votre réponse … Je viens d’avoir les résultats d’une échographie abdominale passée suite aux douleurs digestives décrites … On y trouve des calculs à la vésicule biliaire et un intestin grêle “gros” si j’ai bien compris vos propos , il pourrait s’agir d’un SIBO favorisé par les IPP … Si on me conseille l’ablation de la vésicule (je revois mon médecin dans 2 jours) comme me l’a laissé entendre la radiologue , est-ce que cela réglera le problème des RGO , bien-sûr il faudra traiter le SIBO , je tente de suivre vos conseils alimentaires …
        J’ai dû refuser à nouveau le traitement IPP , mon gastro-entérologue mettait mes douleurs digestives sur le compte de l’arrêt de la prise d’IPP … A paris on ne connait que la PHmétrie des 24 h pour mesurer l’acidité , attente entre 2 ou 3 mois à l’hôpital public … 1 mois avec gros dépassement d’honoraires …
        Pouvez-vous conseiller un endroit en pointe ?
        Merci

        • Dr. A. D'Oro
          15 octobre 2018 at 20 h 33 min

          Bonjour,

          Pour la ph-métrie cela ne sert à rien car ce test ne recherche pas une hypochlorydrie mais la présence d’acidité au niveau de l’oesophage indiquant le reflux. Pour rechercher une hypochlorydrie, c’est le test d’Heidelberg qui consiste à absorber une petite pilule qui transmet les mesures de ph dans l’estomac.

          Les calculs de la vésicule indiquent une mauvaise qualité de bile, pour améliorer la qualité de la bile
          voici quelques recommendations alimentaires lors de vésicule symptomatique:
          • Manger des petits repas, fréquents surtouts au début lorsque le canal est enflé jusqu’à que le corps refait une bile de bonne qualité.
          • Au début, durant la phase de traitement, éviter les aliments gras pour ne pas trop solliciter la vidange de la vésicule
          • Eviter certains aliments connus pour être mal tolérés en phase symptomatique, à savoir les oignons, les œufs, le porc et les produits laitiers.
          • Manger des aliments spécifiques pour le foie et la vésicule tels que des légumes verts cuits à la vapeur (épinards, chardons, kale, artichaut etc.) ainsi que des salades de dents de lion. La betterave rouge est importante pour le foie, à consommer coupée en morceaux et cuite à la vapeur, elle peut être utilisée dans des salades ou des céréales complètes. La racine de bardane est également très intéressante pour sa capacité de détoxification hépatique. Il est conseillé d’utiliser un de ces aliments à chaque repas. N’oublier pas la consommation de jus de citron et de vinaigre de pomme qui améliorent la qualité de la bile.

          Au niveau des compléments alimentaires:
          • Vitamine C, 1gr par jour, elle aide à la formation de la bile
          • La lécithine (une cuillère à soupe/j), c’est un gras soluble dans l’eau, dès lors il aide à émulsifier les graisses telles que le cholestérol. Lors de lithiase vésiculaire, la lécithine augmente la solubilité du cholestérol dans la bile ce qui réduit la précipitation en calcul.
          • La taurine 500 mg. Cet acide-aminé favorise la conversion du cholestérol en sels biliaires. Son apport permet d’augmenter la formation une bile de qualité et réguler le métabolisme du cholestérol
          • La curcumine (en association avec la piperine ou le gingembre) a de multiples propriétés. Au niveau hépatobiliaire, elle est cholagogue, cholérétique et carminative. Elle stimule la sécrétion de bile, émulsifie et réduit la formation de calcul.

          En phytothérapie:
          – la berberis vulgaris ou berberine a une action bénéfique sur le foie et la vésicule biliaire lors d’inflammaion ou de calculs
          – LA boldo est anti-inflammatoire et spécifique dans les calculs accompagnés de douleurs
          – La sylimarine aide le foie et utile même lors de présence de calculs

          Il est possible d’éliminer ces calculs en améliorant la qualité de la bile mais si vous vous faites opérer,
          il est important aussi d’améliorer la qualité de sa bile et éventuellement de prendre des sels biliaires (oxbile) lors de repas un peu gras.
          En rien l’abalation de la vésicule ne va aider votre RGO. En effet, on observe après l’ablation de la vésicule des reflux gastro oesophagien causés par des reflux de bile avec le risque d’inflammation chronique de l’oeophage.

          Sincèrement

          Dr A. D’oro

          • Avatar
            michèle
            16 octobre 2018 at 14 h 08 min

            Merci pour vos conseils nutritionnels … En qui concerne laPHmétrie, c’est le seul examen que l’on me prescrit , j’ai bien conscience pour avoir déjà subi cet examen est inutile , mais les médecins n’ont jamais envisagé une hypochlorydrie, je présume à cause de l’oesophagite et pourtant d’après vos explications si je les aie comprises , il peut y avoir des RGO non acides qui ont un effet érosif … Difficile pour moi de trouver un médecin qui me soigne sans prescrire des IPP sous prétexte d’oesophagite !!! C’est presqu’un réflexe , les IPP sont toujours perçus comme le médicament miraculeux par la médecine conventionnelle , je les refuse désormais …
            J’ai entendu votre conseil en ce qui concerne l’ablation de la vésicule , je pense réfléchir avant d’envisager l’acte chirurgical: la cure chirurgicale deux fois sans succès de la hernie hiatale me sert de leçon!!!J’étudie vos conseils …

          • Dr. A. D'Oro
            16 octobre 2018 at 22 h 27 min

            Bonjour,

            merci pour votre témoignage,
            j’aimerais préciser votre remarque sur “le RGO non acides qui ont un effet érosif”
            L’hypochlorydrie est un manque d’acidité au niveau de l’estomac, ce qui empêche
            une digestion efficace du bol alimentaire (dégradation des aliments et activation des enzymes).
            Les conséquences sont que l’estomac a de la peine à se vidanger correctement vers l’intestin
            puisque la digestion est incomplète. Dans ce cas, une pression sur l’estomac va favoriser une remontée du
            contenu acide vers le haut et si le sphincter fonctionne mal ou il y a une hernie hiatale
            alors cette acidité remonte vers l’oesophage dont la muqueuse n’est pas faite pour tolérer
            l’acidité de l’estomac et peut s’irriter. Il peut donc s’agir d’un RGO du à l’acidité de l’estomac
            sur la muqueuse oesophagienne favorisé par un manque d’acidité relatif au niveau de l’estomac.

            C’est en réalité plus complexe mais ça peut vous donner une idée du phénomène.

            Sincèrement

            Dr A. D’oro

  60. Avatar
    YR
    12 octobre 2018 at 14 h 23 min

    bonjour Dr,

    Je voudrais avoir une petite idée sur les chiffres du test SIBO SVP merci :

    méthylacétate ; norme <5 (Ajeun) = 6,5-4,3 / (2H post lactulose) = 4,6-2,9

    H2 fermentation colon : norme <8 (Ajeun) = 2 / norme <18 (2H post lactulose) =2

    Isobutylene ( methane) : norme <0,5 (Ajeun) = 1 / (2H post lactulose) = 0,7

    • Dr. A. D'Oro
      14 octobre 2018 at 17 h 52 min

      Bonjour,
      Ces valeurs se réfèrent à l’appareil Gazdetect en relation avec la méthode du Dr Donatini.
      Je pense que le GAzdetect n’est pas un appareil fiable pour les gaz respiratoires et donc pour moi
      ces valeurs ne sont pas fiables surtout l’isobutylène (je ne vois pas en quoi il est équivalent au méthane) et le methyacétate donc
      la signification qu’en donne le Dr Donatini est loin d’être prouvée scientifiquement.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        YR
        17 octobre 2018 at 21 h 58 min

        merci Dr mais le probleme c’est que aprés des episodes de reflux et hernie hiatale je commence à avoir mal au dos et des ballonnements je me suis orienté vers le test gaz pour exclure un SIBO pourtant j’ai les symptômes… je ne sais plus quoi faire … comment faire pour une consultation sur skype SVP

        • Dr. A. D'Oro
          27 octobre 2018 at 23 h 00 min

          Bonjour

          Vous pouvez prendre RDV, les coordonnée sont sur le blog.
          Le problème c’est de faire un test respiratoire au lactulose de bonne qualité avec un appareil professionnel.

          Sincèrement
          Dr A. D’oro

  61. Avatar
    YR
    22 octobre 2018 at 20 h 41 min

    Bonsoir dr, je voudrais savoir quel test faire pour le SIBO merci

    • Dr. A. D'Oro
      27 octobre 2018 at 22 h 58 min

      Bonsoir

      Le test pour le SIBO est le test respiratoire au lactulose
      je vous invite à lire l’article sur ce site sur le SIBO partie 1

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  62. Avatar
    Christine
    29 octobre 2018 at 11 h 43 min

    Bonjour docteur et mille remerciements pour ces articles très très intéressants.
    J’ai 55 ans, je pense souffrir de rgo depuis ma naissance, j’ai appris que les crises d’asthme(6mois la première ) pouvaient en être l’une des conséquences; l’astme à complètement disparu à l’adolescence, mais durant des années on m’a soigné pour des angines(amygdales énormes et très rouges), qui en fait, je l’ai compris bien plus tard, étaient dû aux rgo; j’ai dû consulter au moins 5 gastros différents qui m’ont plus découragés qu’autre chose devant leur manque d’explications et surtout la même solution à chaque fois : les IPP; j’en ai pris durant qq mois, mais très consciente des risques à long terme je les ai abandonnés. (Diagnostics : hernie hiatale, beance du cardia, 6 touts petits ulcères ), je précise que mes seuls et uniques symptomes ont toujours étaient les mêmes : énormes brulures et rougeurs dans la gorge), à mon initiative changement radical dans l’alimentation, bio de préférence, j’ai alcalinisé le plus possible, j’ai durant 2 mois arrêté le gluten, minimisé la viande, je témoigne que ce fût miraculeux, ventre extra plat, plus de constipation, sauf que j’étais descendu à 41 kg(1m55), autant dire très maigre, puis J’ai enfin rencontré une gastro tout comme vous qui m’a fait prendre des probiotiques, des plantes etc, depuis j’ai repris 7 kilos(indispensables), les derniers examens étaient plus qu’encourageants, plus d’ulcères, plus de gastrite, une légère inflammation de l’ oesophage.
    On ne parle pas suffisamment de l’impact de cette affection sur le moral de la personne, la moindre erreur ou moindre écart alimentaire se fait ressentir ; j’avoue ne plus prendre de plaisir à être invitée par crainte d’un repas inadapté, il y a forcément des répercussions sur l’entourage. Il est vrai que le stress est un facteur aggravant, la méditation ou relaxation aide beaucoup dans la gestion des émotions.
    Mon post est surtout un témoignage que j’aimerai partager en espérant qu’il en aide certain.
    D’après vous docteur, qu’ elle serait l’alimentation idéale matin, midi, soir pour minimiser les crises?
    Merci mille fois.

    • Dr. A. D'Oro
      29 octobre 2018 at 22 h 22 min

      Bonsoir

      Merci pour ce témoignage qui doit redonner confiance à certain. L’alimentation idéale est un concept difficile car certains trouvent
      leur santé dans un régime tel que la diète paléo alors que d’autres à l’inverse se sentent mieux dans une diète de type végan ou végétarienne. Le modèle méditerranéen est probablement bien adapté à une population occidentale du sud de l’Europe mais le régime Okinawa serait mieux adapté à des asiatiques. Ce que je peux dire c’est l’importance de manger une alimentation non transformée, riche en végétaux de toutes les couleurs et d’éviter trop de féculents et sucreries. Après, chacun à des particularités, des aliments moins bien tolérés, des capacités digestives différentes. Il faut être curieux et peut-être tester certains modèles alimentaires pour voir ce qui nous convient.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

    • Avatar
      WACHTER
      31 octobre 2018 at 11 h 39 min

      bonjour
      j’ai la les mêmes symptômes que vous
      Pourriez vous me donner le nom des plantes et marque du probiotiques

  63. Avatar
    el chab
    8 novembre 2018 at 17 h 43 min

    Bonjour DR,

    je souffre depuis quelques temps de reflux chronique j’ai tout essayé et rien de ne marche alors j’ai decidé de faire une manométrie et PH métrie on m’a diagnostiqué que les ondes de contraction est de 5 mmHg au lieu de 15 mmHg donc défaillance de la motricité oesophagienne . Ma question est pensez vous qu’avec cette déformation physiologique je pourrais me traiter sans IPP et sans H2 ?? si c’est comment ? merci et bonne journée

    • Dr. A. D'Oro
      18 novembre 2018 at 21 h 50 min

      Bonjour

      Je pense que ça vaut la peine de trouver une solution sans IPP, tester les recommandations
      dans mes articles. Si vous prenez des IPP de façon chroniques, les conséquences pour votre santé seront importantes.

      Sincèrement

      • Avatar
        el chab
        18 novembre 2018 at 22 h 05 min

        Merci pour la réponse mais je tient à vous préciser que j’ai essayé tout ce que vous recommandez et plus même depuis plus q’un an et demi je suis sous régime et malheureusement les douleurs sont la rien ne marche . Merci quand même

  64. Avatar
    el chabo
    25 novembre 2018 at 22 h 29 min

    Bonjour,

    J’ai lu que c’et bien de prendre de la glutamine !! ma question est est ce que cet acide est sans danger et si c’est le cas c’est quoi la dose maximale journalière sachant que sur le net on trouve que cet acide est dangereux vois cancérogène !!!! Merci

    • Dr. A. D'Oro
      27 novembre 2018 at 23 h 05 min

      La glutamine est un acide aminé faisant partie de la plus part des aliments
      riches en protéines, animales ou végétales.
      La glutamine est donné en suffisance par une alimentation équilibrée mais dans certaines circonstances
      les besoins peuvent être accrus par exemple dans le sport, suite à des maladies avec fonte musculaire,
      lors de perméabilité intestinale ou lors d’infections graves. Il n’y a aucun danger à prendre de la glutamine.

      Il y a effectivement une confusion quant à son emploi dans le cancer car certaines études ont montré que
      les cellules cancéreuses peuvent utilisés la glutamine et d’autres acides animés comme l’arginine pour croitre.
      De la est parti la crainte de prendre de la glutamine lors d’un cancer mais cela ne veut pas dire que la glutamine
      favorise le cancer. Cela me semble absurde car cliniquement ce n’est pas prouvé et les personnes cancereuses
      perdent beaucoup de muscles en raison de l’état catabolique de la maladie et après les chimio, ils presentent
      des inflammations intestinales avec leaky gut qui pourrait bénéficier d’apport de glutamine.
      L’absurdité des oncologues et que ces derniers se préoccupent de certains compléments alimentaires
      et les seuls conseils nutritionnels sont de ne pas perdre de poids au prix de se gaver comme les patients veulent
      même si c’est de la junk food, des aliments raffinés avec graisses saturées et des glucides et des aliments sucrés.
      Lorsque l’on sait que les cellules cancéreuses privilégient le sucre comme substrat énergétique (effet Warburg),
      et que ça les gênent pas que leurs patients mangent n’importe quoi, ça fait sourire toutes leurs angoisses
      sur la glutamine, les antioxydants, les plantes détox hépatiques etc..

      Ne vous préoccupez pas, prendre de la glutamine de bonne qualité ne fait aucun malet c’est bon
      pour votre immunité, vos muscles et vos intestins. La dose souvent conseillée est de 1,5 gr à 3 gr par jour,
      mais il n’y a aucun problème à prendre plus. Les anglo-saxons proposent des doses facilement entre 6 et 9 gr
      lors de leaky gut.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  65. Avatar
    claude dubel
    11 décembre 2018 at 18 h 54 min

    Bonjour Docteur,
    après plusieurs mois d’essai de votre traitement je jette l’éponge, impossible de me débarrasser des RGO. Je vais reprendre de l’inexium. C’est frustrant quand on connait les effets secondaires des IPP.

    • Dr. A. D'Oro
      13 décembre 2018 at 12 h 13 min

      Bonjour
      désolé que vous n’ayez pas trouvé de solutions pour votre RGO.
      Dans mes articles, je donne des clés générales pour prendre en charge son RGO.
      Maintenant chaque cas est particulier, souvent chez plusieurs de mes patients,
      c’est en traitant une pullulation bactérienne de l’intestin grêle (SIBO),
      en ciblant une intolérance par exemple au gluten ou chez certains à l’histamine que le RGO peut disparaitre.
      Lorsqu’on fait la démarche de chercher les racines du problèmes sont beaucoup plus complexes que de donner
      un traitement symptomatique. Mais je peux comprendre qu’un moment donné, on prend ce qui nous soulage parce que on trouve
      pas d’autres solutions.
      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        claude dubel
        13 décembre 2018 at 18 h 15 min

        Bonjour,
        pouvez-vous me donner votre avis sur les opérations Toupet et Nissen ?
        J’ai pu lire des témoignages de personnes qui souffrent plus après l’opération , qu’avant.

        Merci pour l’aide que vous apportez aux personnes en souffrances.

        Cordialement.

        • Dr. A. D'Oro
          18 décembre 2018 at 12 h 48 min

          Bonjour

          Je ne suis pas un spécialiste de ce type de technique chirurgicale,
          les résultats de ces opérations sont plutôt décevant et ces opérations
          passent à côté des causes profondes du reflux.

          Sincèrement

          Dr A. D’oro

          • Avatar
            Michèle SAUVE
            18 décembre 2018 at 16 h 27 min

            Pour témoigner à propos de l’opération” technique de Nissen” J’ai quant à moi subi deux fois cette opération en deux ans la première opération ayant gravement aggravé mon état : difficultés à manger , hoquets répétitifs et aucun recul des reflux … Une seconde opération pratiquée en janvier 2019 a réparé les effets de la première sans diminuer les reflux contre lesquels je lutte toujours… Le chirurgien affirme que je suis un cas particulier mais …
            L’ostéopathie , les remèdes naturels pour avant tout arrêter la dépendance néfaste aux IPP sont à essayer avant des interventions chirurgicales qui à l’étape actuelle ne sont pas des garanties de réussite .

  66. Avatar
    Hermann
    19 décembre 2018 at 10 h 17 min

    Bonjour, je me presente, je m,appelle Hermann steeve et je réside en Belgique. J’aurais voulus un renseignement,Si possible ? Voilà 1an que j,ai eu divers problème digestif(gastrite chronique a hélico bacter, candidose,sibo,ulcere) tout s,en est suivis,Mon dernier problème est le sibo, une énorme perméabilité intestinale, et un soucis de noradrenaline très élevé, avec un manque de sérotonine et dopamine! J’ai aussi fait plein de test, gaz detect,examen médical(gastroscopie,coloscopie, sintegraphie,transit oed,sintegraphie thyroïde, fibroscan ) des test fecalogramme, métabolite urinaire, .. qui mon coûter une fortune! Mon dernier test sibo en novembre 2018 avec le docteur chapelle me révélait un taux hydrogène faible 15ppm,mais un methyl acétate élevé ! Donc sudation, il me dit prendre sel epsom le soir après repas (qui me vide complètement et mes selles on une odeur de souffre) Le problème est que j’ai deja toujours des selle très très flasque, limite bouse de vache(Ses pire avec le selles d,epsom), d’après mes examens, il se trouve que j,ai un transit trop rapide du grêle,et une vidange gastrique accélérée. Pour preuve je vais au moins 2 à 3 fois par jour toilettes surtout le matin, et quand je mange ou prend des complèment qui son sensé accélérée la vidange et le transit,je gargouille, inconfort comme une gastro! Je précise que j,ai encore souvent des migraine , spasme et inconfort intestinale,des mini eructations avec tout se que je mange surement du à la perméabilité qui est très élevé ! La seule chose qui calme mes spasme est la chlorophylle pur,mais comme j’ai déjà selle très molle ses pas l’ideal ,la menthe poivrée que je ne prend plus car pas très bon pour estomac . J’ai commencer la glutamine de chez solgar en poudre, pour réparer intestin. La question que je me pose est comment se pourrait il que je fermente au méthyle acétate,avec un transit accélérée, jamais de plénitude estomac ,toujours faim des le matin, je mangerais bien ttes les heures, aucune prise de poids,eructations fréquentes depuis 1an hors que j,avais aucune fermentation à se moment la? Je suis perdu,je n,ose plus rien mangé,pourtant j,ai une bonne alimentation. Dans l’attente d’une réponse, recevez mes salutations distinguées. Hermann Steeve

    • Dr. A. D'Oro
      25 décembre 2018 at 10 h 57 min

      Bonjour,
      votre histoire est complexe et comporte de multiples problèmes qui sont vraisemblablement liés.
      Il m’est très difficile de faire le point de votre situation et ce n’est pas le renseignement demandé.
      Concernant vos valeurs de methyle acétate, je n’ai pas grand chose à dire car je ne crois pas à
      l’utilité du méthyle acétate qui me semble être une invention du Dr Donatini. Je me suis beaucoup penché
      sur les fermentations intestinales et les gaz respiratoires, j’ai lu d’innombrables études, et formations dans ce domaine.
      Les américains sont très avancés dans le SIBO, ils ont des chercheurs, d’innombrables médecins et scientifiques qui travaillent
      dans ce domaine et personne ne fait référence au methyle acétate. Lorsque nous fermentons, nous faisons de l’hydrogène qui
      selon les bactéries présentes qui consomment cette H2 peuvent faire du méthane, de l’hydrogène sulfureux qui sont des gaz associés
      à de nombreux problèmes de santé. Il y a effectivement la possibilité de faire de l’acétate qui est un gaz volatil métabolisé par notre colon
      et qui n’a aucune valeur pathologique dans un test de gaz expiré. Comme vous me racontez votre réaction au sel d’Epsom, je pense
      que votre problème est plutôt du à l’hydrogène sulfureux et le Gazedetect n’est pas fiable pour tester ce gaz. Le sel d’Epsom
      c’est du sulphate de magnésium qui ne fait qu’aggraver votre flore à H2S, vous même indiqué des odeurs de souffre. Je vous invite à lire l’article que j’ai écris sur ce sujet sur le site.
      C’est un des derniers articles publiés. D’autre part, lisez le dernier article dur l’analyse du microbiote car je pense que ce type de test
      pourrait nous indiquer les dégâts qu’a subi votre microbiote depuis toutes ces années.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Avatar
        Hermann
        29 janvier 2019 at 16 h 42 min

        Bonjour et merci de ses renseignements, effectivement je ne crois pas au methyl acétate non plus ,car après divers examen, j ai un transit grele accélérée et une vidange estomac trop rapide (Sans reflux)le transit oed la confirmé ! J ai refait un test lactulose et j’ai toujours une légère fermentation après 3/4d’heure(19ppm) et après 2h devient quasi nul (en dessous de 10ppm)! J ai un traitement berberine et origan cannelle, glutamine, vit A,magnésium, et j’ai recommencé le sport, je bois milshake végétal,lait de coco après entrainement uniquement, suppression de pâtes, riz,pommes de terre (j’en mange vraiment très peut),suppression sucre raffiné à 100%,gluten 99%, lactose à 100%,je mange rarement d’autre produit laitier sans lactose,mais plat son principalement protéines(canard,jambon,poulet,crevettes,poisson, proteine pur végétal ),légumes, quinoa mais rarement féculents et pâtes,le riz ses exceptionnel ,pain j’en mange au levain ,pain sarazin mais ses vraiment un 1 à 2 fois semaine ! Je mange des oléagineux mais en petite quantité car dur à digéré (même trempé ),fruit ,ou petit kake sans levure,sans gluten et sans sucre à 16h! Mon faible la mayonnaise que j,arrive pas a supprimé totalement (Je veut bien tout mais sa pas possible). Ses que je comprends pas ,ses les petites eructations que j’ai après repas et même quand je mange je fait au moins 3 rots, j’ai tout essayer enzymes, acides chlorhydrique, enzymes pancreatiques (J’ai l,impression que sa donne des spasmes chez moi les enzymes intestins ). Les eructations me pourrisse la vie depuis 1an et des fois se bloque même comme une sensation de nausée qui arrive et rien ne sort ! Je ne comprends pas se que sa peut être ! Auriez vous une idée?

        • Dr. A. D'Oro
          10 février 2019 at 23 h 45 min

          Bonjour

          Je suis impressionné par tous les efforts que vous avez fait.
          Effectivement souvent les éructations peuvent provenir d’une fermentation gastrique
          due à une insuffisance d’enzymes ou de HCL voir des sels biliaires.
          Avez vous essayer de prendre des plantes amères avant les repas comme l’Iberogast (20 ggts)
          ou l’élixir du suédois?
          Existe-t-il une sensibilité alimentaire que vous n’avez pas cerné?

          Sincèrement
          Dr A. D’oro

          • Avatar
            Steeve Hermann
            11 février 2019 at 13 h 05 min

            Bonjour, après Beaucoup d’examen, j’ai probablement une intolérance à l’histamine, car je suis entre les 2 , intolérant légère au oeuf,et très hautes à la banane ! Ici je suis au 4ieme traitements (berberine et origan canelle) qui est bientot terminer,mais toujours avec des spasmes intestinaux, sans résultat d’amélioration ! Je commence a me demander si j’aurais pas un soucis réel de colon qui serait irrité avec tout se que j’ai déjà essayée ,car origan canelle en huile essentielle ses pas très conseillé avec des muqueuse irrité et j’ai l’impression que ses pire quand j’en prend de même que la berberine, car les spasmes ses chaque fois environ 1h ,après le repas. Je commence a désespérer sa fait 1an et demi que j’ai ses symptômes! Qui par moments peuvent diminuer. Se qui est totalement bizarre ,ses le fait que je vais bien à selles 2 à 3 fois le matin, puis terminer et le soir je ressent une horrible sensation de devoir aller à la toilette, la je suis obligé de faire un lavement avec une poire et j’ai bien sur des selles mes bcp dur que le matin avec du mucus! Ici j’ai plus de courage ,j’ai repris Duspatalin retard pour essayer de soulager un peut. Se que j ai remarqué ses que mais renvoi diminue à la prise de bianacid, mais pas avec de l’acide chlorhydrique(hydrozyme) (j’ai des brulures estomac,ou renvois un peut brulant comme sa!si Je n’ose plus rien essayer,Sa fini par me lasser ,et j ai qu une envie ses de ne plus rien manger, juste manger le soir( le soucis étant mon appétit ! Bonne journée.

          • Dr. A. D'Oro
            19 février 2019 at 19 h 02 min

            Bonjour,

            Vous parlez de nombreux examens, lesquelles?
            Ce qui est important c’est de confirmer par un test respiratoire au lactulose
            qu’il existe bien une fermentation au niveau de l’intestin grêle et de quelle type (méthane, H2, H2S).
            Si le test est négatif, il faut chercher une autre cause (candidose, parasites, dysbiose etc..)
            Faire des traitements répétés de plantes antimicrobiennes n’a pas vraiment de sens si on ne sait pas ce que l’on traite.
            En effet, à la longue ça peut favoriser une altération de la biodiversité du microbiote.
            Pour les réactions à l’histamine, ce n’est pas lié à des sensibilités alimentaires mais à la perte de la capacité
            de transformer l’histamine au niveau de la muqueuse intestinale (perte de la DAO). On voit ça dans certains sibo,
            et la procédure est expliquée dans l’article sur le sujet.

            Sincèrement

            Dr A. D’oro

          • Avatar
            Steeve Hermann
            20 février 2019 at 0 h 38 min

            Bonsoir oui j’avais également une fermentation hydrogène qui était de 19ppm,donc légèrement positive à une pullulations bactérienne, le traitement berberine et origan canelle était pour cela! J ai une amélioration au niveau intestin, mais toujours eructations très bizarre, et si par malheur je fait un écart ses catastrophiques ! J’ai penser à l’altération du microbiote, ses d’ailleurs pour cela que ses les derniers traitements que je vient de finir,je n’en ferait plus ,je préférerais encore jeûner,car cela fini par me coûter chère pour pas grand chose comme résultat ! Sa fini par me faire désespérer, de plus je suis tout seul pour gérer se problème. Bonne journée à vous

          • Avatar
            Steeve Hermann
            11 février 2019 at 13 h 07 min

            J’ai aussi remarqué avoir bcp moins de soucis eructations le soir ,et moins de brûlures qui sont je confirme très légère et pas tt les jours

  67. Avatar
    Andreus
    19 janvier 2019 at 18 h 57 min

    Bonjour Docteur,

    J’essaye à nouveau de vous écrire pour vous demander conseil.
    J’ai 31 ans et j’ai pris des IPP la première fois à l’age de 17 ans. Depuis 15 ans, j’alterne des périodes sans IPP puis de nouveau des IPP.
    En effet, après une gastroscopie qui a révélé une légère inflammation de l’oesophage, mon gastroentérologue me donne des IPP. Pour combien de temps, selon lui à vie. Et depuis 5 ans, j’en suis devenue accro à 20 mg par jour.
    Je veux absolument arrêter aujourd’hui. Les rares fois ou j’ai essayé d’arreter, non seulement je ressens des douleurs abominables à l’estomac mais mes intestins sont littéralement en feu. Des diarhées et j’en passe. Selon l’avis de mon médecin, c’est parce que mon estomac fait trop d’acidité lors de l’arret des IPP et l’acide de mon estomac brule mes intestins ce qui fait que j’ai des douleurs atroce. Je ne sais pas trop quoi en penser. Surtout aujourd’hui, je me sens tout de même fatigué par le traitement, manque de concentration aussi. Je ne sais pas si cela a un rapport aussi. J’aimerais arreter mais l’idée de passer mes journées avec des maux de vendre me coupe l’envie.
    Pourriez-vous m’aider s’il vous plait?
    Merci d’avance,
    Cordialement,

    • Dr. A. D'Oro
      28 janvier 2019 at 21 h 14 min

      Bonjour

      L’explication de votre médecin me semble tirée par les cheveux.
      Il existe bien entendu des effets rebond à l’arrêt des IPP.
      Il faut avant de vous sevrer des IPP comprendre ce qui entretien cette oesophagite.
      Est-vous intolérant au gluten ou à d’autres aliments ? existe-t-il une fermentation intestinale
      comme un SIBO ? souffrez vous d’un stress émotionnel etc..
      Dans la partie 3 des articles sur le RGO, il y a des protocoles de sevrage pour les IPP,
      il peut être intéressant de renforcer la muqueuse oesophagienne (zinc carnosine, NAG et.)
      avant de vous sevrer très progressivement des IPP.
      La solution n’est surement pas simple.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  68. Avatar
    Sébastien
    3 mars 2019 at 16 h 58 min

    Bonjour docteur, jeune homme de 31 ans, cela fait plus d’an que je souffre d’une irritation quotidienne au niveau de la gorge de type gêne, brulure, s’étendant depuis deux mois sur l’ensemble de la sphère ORL. (douleurs oreilles, sinus…)
    Ces problèmes s’accompagnant de multiples éructations surtout après les repas et même plusieurs heures après, ainsi que d’une fatigue chronique liée à un sommeil très perturbé. (nombreux réveils nocturnes)

    Etant déjà quelqu’un à la base de très anxieux et angoissé, je subis également beaucoup de stress au quotidien, ce qui ne favorise clairement pas une digestion optimale.

    Les médecins et autres spécialistes consultés jusqu’ici (gastro entérologue, orl), soupçonnant un RGO m’ont systématiquement prescrits des IPP. Jusqu’à présent, j’ai toujours refusé de prendre ces médicaments (notamment à cause des multiples effets secondaires) et ai privilégié un traitement homéopathique associé à des compléments alimentaires naturels. (gel d’aloe vera, fenouil, mélisse, gingembre, réglisse, sels minéraux basiques, vitamines…)

    Pourtant rien ne semble fonctionner, aucune amélioration depuis un an malgré la prise de tous ces compléments alimentaires, ainsi que d’une alimentation saine et contrôlée à base de protéines, fruits et légumes bio. J’ai perdu 15 kg depuis un an et je me sens totalement désemparé face à ce problème qui s’éternise et qui altère énormément ma qualité de vie. Dois-je me forcer à essayer les IPP?

    Pensez-vous que cela soit lié à un problème d’hypochlorhydrie ou plutôt d’hyperchlorhydrie? Ayant réalisé le test à jeun au bicarbonate de soude sur 5 jours consécutifs, il s’avère que j’ai obtenu une petite éructation après plus 5 minutes dans la majorité des cas, ce qui indiquerait donc plutôt un manque d’acidité?

    Je vous serais vraiment reconnaissant si vous pouviez me faire part de votre avis sur ma situation et m’apporter vos conseils.

    Merci, bonne journée à vous.

    • Dr. A. D'Oro
      10 mars 2019 at 19 h 07 min

      Bonjour,

      Il est nécessaire de comprendre les causes de votre RGO,
      les traitements naturels que vous avez pris sont des traitements symptomatiques pour soulager les sensations
      de brûlures mais c’est souvent moins efficace que les IPP. L’idée c’est pas de remplacer un traitement symptomatique chimique par un plus
      naturel mais de comprendre et corriger aussi les causes qui favorisent votre RGO.

      Il est nécessaire de réduire votre stress et de contrôler votre anxiété qui réduisent les sécrétions gastriques.
      Manger dans le calme et prenez le temps de mâcher. Essayer une diète FODMAP qui a l’avantage d’enlever lactose, gluten
      et fructose qui peuvent favoriser des fermentations intestinales et empêcher par conséquent la vidange de l’estomac.
      Vous pouvez voir avec ma femme, karine d’oro qui est spécialiste dans ces diètes et qui peut vous suivre par skype et autres.

      Prenez des enzymes pour améliorer la digestion, par exemple “digestive enzyme” chez supersmart.com,
      en début de repas vous pouvez aussi prendre du vinaigre de cidre ou des plantes amères comme l’elixir du suédois.
      Après les repas, continuer à prendre une cuillère à soupe d’Aloe vera.

      Si çA marche pas, c’est qu’il y a quelque chose qui n’est pas cerné comme une intolérance ou un SIBO.

      En dernier recours, si vous souffrez trop, prenez quelques semaines des IPP, le temps de mettre en place les recommandations décrites ci-dessus.
      Lorsqu’un patient me consulte alors qu’il prend depuis un certain temps des IPP, je ne commence pas par arrêter les IPP mais à comprendre les causes (maldigestion, SIBO, stress, intolérance etc..) et les traiter et après j’arrête les IPP.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  69. Avatar
    Arnaud
    15 mai 2019 at 19 h 57 min

    Bonjour
    J’ai depuis 4 ans , constamment des rots, avec sensations de brûlures dans la gorge.
    J’ai souvent la voix étouffée quelques heures après le repas du midi.
    Je vous cite «  la perturbation du microbiote présente au niveau de l’œsophage entraine un œsophage perméable et par conséquent une inflammation douloureuse responsable d’un reflux non érosif. »
    Comment peut-on éliminer ces douleurs ? Une brûlure d’estomac est calmée par du réglisse par exemple, mais au niveau de la gorge ? Comment l’atteindre puisque tout glisse dessus, rien ne reste?
    Comment peut on améliorer un microbiote au niveau de la gorge ? En prenant des probiotiques on touche le colon, pas la gorge?

    Souvent de nombreux médecins ou naturopathes donnent des probiotiques à 1 milliard de bactéries par gélules, ça ne sert à rien, il faut 10 à 30 milliards pour faire une différence ?
    Ces probiotiques restent bien dans le colon et se renouvellent une fois ingérée, si non quel est le fonctionnement, on amène des bactéries qui ne sont que de passage avant d’être évacuées par les selles?

    • Dr. A. D'Oro
      1 juin 2019 at 10 h 38 min

      Bonjour,
      Souvent les rots et montées d’acidité sont liées à une mauvaise vidange gastrique soit par fermentation
      soit par manque d’enzymes voir d’acidité gastrique.
      Maintenant pour les probiotiques, on peut les prendre en poudre et même se gargariser avant d’avaler.
      Ils vont agir localement, il est vrai que les probiotiques ne modifient pas le microbiote locale et n’ont qu’un effet de
      passage qui est utile juste le temps qu’on les prend.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  70. Avatar
    Arnaud
    15 mai 2019 at 19 h 59 min

    Merci pour votre réponse
    Arnaud

  71. Avatar
    Dorothée
    5 juin 2019 at 9 h 08 min

    Bonjour,
    Je suis bloquée depuis 10 jours, l’alimentation ne passe pas (lié au stress-peur-colère à l’approche d’une radiochimiothérapie pour une tumeur à l’œsophage, je précise qu’après la chimio je parvenais à manger normalement ).
    La boule à la base de gorge à provoqué des hypersalivations, irritations…

    On m’a prescrit du Mopral mais cela n’a aucun effet. Un travail par pressions sur le corps m’a permis de m’apaiser mais l’irritation reste…
    Impossible d’avaler le gel d’aloe vera…
    J’arrive à boire du lait de riz… Qu’en pensez-vous ?
    Je prends des fresubin, compléments alimentaires hyperproteines mais aussi hyper sucrés…. Ce qui ne doit pas aider (j’avais arrêter le sucre).
    Auriez-vous des conseils à me donner ?
    Merci à vous,
    Cordialement
    Dorothée

    • Dr. A. D'Oro
      7 juin 2019 at 17 h 51 min

      Connaissez vous la diète PROLON,
      il s’agit d’une diète qui mime le jeune et qui est également utilisée
      lors des chimiothérapies afin d’améliorer l’efficacité de la chimio et de réduire les effets secondaires.
      Voyez sur mon blog l’article sur la diète qui mime le jeune
      Regardez aussi sur les articles récents sur le cancer, la 6èeme partie, la recette du Super Shake.
      Il est aussi important d’être aidé par quelqu’un qui peut travailler sur vos peurs et angoisses ainsi que le stress que vous vivez
      et que les médecins entretiennent.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  72. Avatar
    marie
    5 juin 2019 at 17 h 17 min

    Bonjour,
    Depuis que j’ai accouché, j’ai des ballonnements à droite et des remontées d’air ou parfois des acidités (cela varie en fonction du cycle aussi, notamment avant les règles). Le scanner n’a rien montré. J’ai effectué des tests respiratoires chez une kiné formée par le dr donatini. J’ai un excès de bactéries dans l’intestion grêle, une dysbiose et une fermentation acétique dans l’estomac. Les éructations que j’ai seraient le signe d’une hypochlorhydrie. La kiné m’a prescrit un régime sans fodmaps, sucres, crudités et gluten. De plus je prends de la L-glutamine et je vais commencer la betaine HCL. Que pensez-vous du gingembre en comprimés (un par jour de 750mg), est-ce trop dosé et est-ce indiqué en cas d’hypochlorhydrie.
    Merci pour votre engagement et pour la diffusion des ces informations si utiles.

    • Dr. A. D'Oro
      7 juin 2019 at 18 h 26 min

      Bonjour,
      Avez-vous eu un accouchement normal par voie basse ou par césarienne?
      Attention avec la bétaine HCL car en cas de gastrite cela peut s’empirer.
      Avez-vous fait les tests du bicarbonate, du vinaigre de cidre et de la bétaine avant?
      Le gingembre est utile pour la digestion et les nausées mais dans certains cas peut aggraver les reflux d’acidité.
      D’autre part, les tests respiratoires avec le Gazedetect ne sont pas très fiables.
      Vous pouvez essayer une diète FODMAP, pauvres en sucre ainsi que des enzymes digestifs ou de l’elixir du suedois pour stimuler la digestion.
      Des massages des viscères abdominales peuvent également aider surtout après un accouchement.

      A essayer

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  73. Avatar
    marie
    5 juin 2019 at 17 h 20 min

    Rebonjour,
    J’ai oublié de vous dire qu’il y a du méthyacetate.
    Merci

  74. Avatar
    marie
    5 juin 2019 at 17 h 23 min

    Rebonjour,
    J’ai oublié de vous dire qu’il y a du méthyacétate et du H2.
    Je prends les HE mycelium origan clou de girofle cannelle.
    Merci

  75. Avatar
    marie
    24 juin 2019 at 21 h 15 min

    Bonjour,
    Après avoir fait les tests SiBO et d’après les bactéries observées dans ma bouche et sur ma peau avec une lampe spécifique, la kiné formée par le dr donatini m’a donné du mycelium avec he origan cannelle girofle. Qu’en pensez-vous ? J’ai fait le test au bicarbonate et il semble positif, le bicarbonate après le repas aide-il pour hypochlorhydrie ? Le vinaigre ne peut-il pas causer plus de reflux ou de rots ? J’ai vraiment remarqué que les ballonnements augmentent lors de la 2ème partie du cycle. Puis-je aussi prendre le lactobacillus reuteri ?
    Merci

    • Dr. A. D'Oro
      25 juin 2019 at 21 h 31 min

      Bonjour,

      Je ne préfère pas donner mon avis sur l’approche du Dr Donatini, son appareil de gaz respiratoire et ces petites poudres. Beaucoup de personnes aiment bien apprendre une méthode clé en main ou tout les cas de figures se résument à quelques poudres et une diète type.
      Le bicarbonate est une base qui peut soulager de façon symptomatique des brulures mais ça n’aide pas du tout pour l’hypochlorhydrie. Le vinaigre de cidre est une stratégie afin d’augmenter les sécrétions gastriques et accélérer les processus de digestion pour vidanger l’estomac plus vite. ça aide des personnes pour améliorer leur digestion mais pas tous.
      Les stratégies sont bien expliquées dans l’article, il faut devenir vous même votre propre spécialiste
      faire des essais, regarder ce qui va pour vous, explorer d’autres pistes si cela ne suffit pas (SIBO, H. pylori, intolérances, stress émotionnel etc..)

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.