Approche des troubles digestifs en Micronutrition

Print Friendly, PDF & Email

Mise-à-jour 2017!

Troubles digestifs, Partie 1 : Le microbiote sous la loupe

Troubles digestifs, Partie 2 : Approche naturelle et holistique

Introduction

Les troubles digestifs représentent probablement une des plaintes les plus fréquentes. Les manifestations cliniques et les symptômes sont variées : ballonnements, flatulences, colites, régurgitations acides, éructations, selles défaites, liquides ou  dures.

L’approche médicale classique

Après avoir exclu une pathologie organique ou métabolique, l’approche médicale reste le plus souvent simple voir réductionniste. Généralement le patient ressort de chez le médecin avec le diagnostique d’un colon irritable et une prescription de certains médicaments : laxatifs ou mucilages lors de constipation, antispasmodiques lors de colites ou antiacides lors de brûlures ou remontées acides.

Flore intestinale et système immunitaire

En micronutrition nous attachons une importance particulière au maintient de l’équilibre de la flore intestinale.

Chaque être humain possède une flore intestinale qui lui est propre puisqu’elle s’est mise en place dès la naissance et s’est progressivement modifiée en fonction des contacts personnels avec le monde extérieur. Chacun de nous trouvent ainsi un équilibre intestinal qui lui est propre.

Lorsque nous sommes en bonne santé, notre écosystème intestinal est composé en majorité d’une flore amie ou commensale (lactobacilles, bifidobactéries, etc…). C’est la présence majoritaire de ces bonnes bactéries qui va assurer l’élimination de nombreuses toxines et dérivés métaboliques, la formation de vitamines (groupe B et vitamine K) ainsi que le maintien d’un bon système immunitaire.

Malheureusement l’équilibre de notre flore intestinale peut être rompu et lors de diverses circonstances on peut assister à une destruction de nos bonnes bactéries ou au contraire avoir une prolifération anormale de bactéries opportunistes.

La dysbiose

Tout déséquilibre de la flore intestinale est qualifié de dysbiose. Plusieurs facteurs sont responsables de dysbiose intestinale :

Une alimentation déséquilibrée

  • Des aliments trop riches en sucre : sucreries, boissons sucrées, pains, pâtes, biscuits favorisent la prolifération de bactéries de fermentation, et s’accompagnent parfois par une prolifération de levures qui utilisent le même matériel.
  • Une alimentation trop riche en protéine peut également favoriser une prolifération de bactéries de putréfaction.
  • Une alimentation pauvre en fibres, comme c’est le cas dans une alimentation occidentale riche en produits raffinés, appauvri notre bonne flore intestinale laissant proliférer d’autres espèces.

Des repas trop vite mangés

Une absence de mastication lors des repas représente une cause fréquente de dysbiose par prolifération d’une flore de putréfaction ou de fermentation. Apprendre à manger lentement en mastiquant correctement est indispensable pour une bonne digestion.

 La prise de certains médicaments

  • Les antibiotiques à large spectre sont une des causes les plus fréquentes d’une destruction plus ou moins importantes de la flore intestinale. Les dégâts occasionnés au niveau de la flore intestinale sont nombreux et vont de la diarrhée aux  troubles intestinaux divers. Ces troubles peuvent disparaitre rapidement mais dans certains cas, une dysbiose peut s’installer pendant des nombreuses années.
  • La prescription d’antiacides de plus en plus fréquente peut être également responsable d’un déséquilibre de la flore intestinale. En effet l’acidité gastrique a un rôle important sur la destruction des germes du bol alimentaire et  sur l’activation des enzymes digestifs de l’estomac. La prise d’antiacides interfère avec ces fonctions permettant ainsi le développement d’une dysbiose de putréfaction. Ce problème devient d’autant plus alarmant que de plus en plus de personnes se retrouvent sous antiacides au long cours.
  • La liste des médicaments perturbant la flore intestinale sont nombreux comprenant entre autres les anti-inflammatoires, la cortisone, la chimiothérapie etc…

Une mauvaise gestion du stress

Il ne faut pas négliger l’influence du stress sur les troubles digestifs. En effet, la partie émotionnelle de notre cerveau (le système limbique) est en connexion étroite avec notre intestin via de nombreuses connexionx (système nerveux autonome, neuropeptides etc..). Lors d’un stress chronique ou lors d’états émotionnels mal gérés, on assiste fréquemment à une  perturbation de la flore intestinale pouvant provoquer une dysbiose intestinale. Dés lors, la gestion de ces états de stress est indispensable pour espérer améliorer ces troubles digestifs. La cohérence cardiaque et la pratique de la méditation de pleine conscience apportent de bons résultats.

L’intolérance au lactose

L’intolérance au lactose (sucre du lait) peut également altérer le système digestif. Cette intolérance assez fréquente est responsable de nombreuses manifestations cliniques désagréables : diarrhées, selles défaites, crampes, ballonnements. Ces symptômes se manifestent généralement 30 minutes à 2 heures après un repas. L’importance des symptômes varie selon l’importance du déficit en lactase (enzyme de digestion du lactose) et de la quantité de lactose ingéré. Cette intolérance peut être d’origine congénitale (génétique) ou acquise. Sa  fréquence augmente avec l’âge.

La prise en charge consiste à réduire ou exclure les produits contenant du lactose et d’observer si les symptômes s’améliorent. L’exclusion du lactose nécessite de lire attentivement les étiquettes des aliments ou médicaments car le lactose est fréquemment utilisé comme conservateur. Il existe heureusement des laits et yaourts sans lactose. A noter que les fromages à pâte dure (par exemple le gruyère) n’en contiennent pas.

Les intolérances alimentaires et les allergies

Il existe également des intolérances à divers aliments souvent dues à une réaction immunitaire en relation avec une hyperperméabilité intestinale. Cette hyperperméabilité est souvent la conséquence d’une inflammation de la muqueuse intestinale due à des facteurs divers.

Dans ce cas, ces intolérances alimentaires sont dues à des réactions d’allergies retardées. Il ne s’agit pas dans ce cas d’une allergie classique caractérisée par la présence d’IgE, induisant la libération de facteurs de l’inflammation comme l’histamine et qui sont à l’origine de pathologies de type aigues avec manifestation immédiate (quelques minutes à quelques heures). Les intolérances alimentaires sont plutôt responsables de pathologies de type subaigües avec manifestations retardées.

Ces intolérances sont  fréquentes et se développent au fur et à mesure de la vie d’un individu et souvent de façon spontanée. Ce qui rend l’appréciation difficile est que les symptômes d’une intolérance alimentaire sont, contrairement à l’allergie, extrêmement variés, et peuvent même ressembler à ceux d’une allergie ou se manifester   seulement des heures ou des journées après l’ingestion des aliments.

Sur le plan clinique, les intolérances peuvent se manifester de façon diverses telles que : troubles respiratoires  (rhinite, sinusite, asthme, otite, maux de gorge, toux, enrouement), troubles digestifs (vomissements, ballonnements, crampes, nausées,  constipation, diarrhée, etc…), troubles cutanés (urticaire, eczéma, acné, psoriasis, démangeaisons), troubles nerveux (migraine, vertiges, troubles de la concentration, somnolence, dépression, hyperactivité) ou troubles articulaires  (douleurs articulaires, musculaires, faiblesse, fibromyalgie, crampes).

L’intolérance au gluten et maladie coeliaque

Une des intolérances la plus médiatisées est l’intolérance au gluten. Toutefois dans ce cas la situation est plus complexe qu’on le croit. De nombreuses personnes se plaignent de troubles digestifs lors de l’ingestion de gluten (protéine du blé).

Toutefois il est important de différencier entre la maladie coeliaque, l’intolérance au gluten et la sensibilité au gluten. En effet, une maladie coeliaque est une maladie auto-immune qui entraine une destruction progressive de la muqueuse intestinale pouvant entrainer un syndrome de malabsorption avec des conséquences importantes pour la santé.

A contrario, une intolérance au gluten est due à une augmentation des anticorps (IgG) contre le gluten responsable de troubles divers toutefois sans réaction auto-immune destructrice sur la paroi de l’intestin. Cette intolérance peut toutefois être responsable de troubles digestifs divers ainsi que de plaintes extra-digestives (fatigue, douleurs articulaires, céphalées etc.).

La sensibilité au gluten correspond plutôt à une difficulté de bien digérer le gluten avec diverses manifestations digestives toutefois sans réaction immunitaire contre le gluten. Il n’y a pas de marqueurs sanguins permettant d’affirmer ce diagnostic, seul un régime d’exclusion de quelques semaines permet de se rende compte si l’on se sent mieux sur le plan digestif. Ces manifestations peuvent être expliquées par les modifications génétiques des nouveaux blés qui semblent être plus difficile à digérer que des blés anciens. On peut par exemple se tourner vers un blé ancestral comme l’épeautre.

La consultation en micronutrition

Lors d’une consultation, le médecin micro nutritionniste évalue avec le patient les divers troubles digestifs dont il souffre. Généralement, les troubles sont souvent intriqués d’où la difficulté à poser un diagnostic précis. Il est donc nécessaire de s’inspirer de certaines caractéristiques cliniques pour retenir une hypothèse. Parmi les hypothèses les plus fréquentes on retient :

  • L’intolérance au lactose : caractérisée par des selles molles ou des diarrhées à caractère explosif.
  • Une dysbiose de putréfaction ou de fermentation dont les caractéristiques cliniques sont différentes. L’expression clinique d’un excès de bactéries de fermentation peut se manifester surtout par des ballonnements et des  flatulences souvent peu odorantes. Alors qu’un excès de bactéries de putréfaction entraine des flatulences odorantes, une haleine fétide, des selles défaites ou une constipation.
  • Une candidose intestinale peut revêtir des symptômes très divers parmi les plus fréquents on trouve les ballonnements, la compulsion au sucre et un état de fatigue chronique.
  • Des intolérances alimentaires dont l’expression clinique reste très variées pouvant également être responsables de tableaux extra-digestifs divers (tendinites répétitive, migraine, eczéma etc…)
  • Une irritation de l’intestin en relation avec des aliments irritants (aliments crus divers) ou fermentant (chou, oignon etc..) mal supportés. Souvent ces réactions alimentaires sont dues à l’existence au préalable d’une inflammation de l’intestin.  Lorsque l’intestin va mieux souvent ces aliments sont de nouveau mieux tolérés. Très souvent une diète consistant à réduire les sucres fermentescibles appelés FODMAP suivie d’une réintroduction permet de grandement améliorer ces symptômes.
  • Un problème de digestion due à une insuffisance enzymatique d’origine gastrique, hépatobiliaire ou pancréatique.  On retrouve par exemple chez les personnes âgées une diminution de la sécrétion d’acide chlorhydrique par l’estomac pouvant se manifester par une digestion lente avec sensation de lourdeur, de ballonnements voir même de douleurs gastriques (accompagnées de reflux gastro oesophagien -RGO) avec impression de brûlures. Il est quelquefois difficile de différencier une gastrite par excès de sécrétion acides ou d’une gastrite atrophique par manque d’acide. Un test souvent proposé est de prendre le matin à jeun un peu de vinaigre de cidre, en cas d’hypochlorhydrie les symptômes s’améliorent.
  • Les conséquences d’un état de stress nerveux important.

Outre les différentes hypothèses reliées à des tableaux cliniques définis, le médecin micronutritionniste dispose d’autres outils diagnostiques :

  • Des tests sanguins et respiratoires pour l’intolérance au lactose. Une autre méthode consiste à supprimer le lactose de son alimentation pendant 2 à 3 semaines et d’observer si cela conduit ou non à une amélioration.
  • Des examens sanguins pour les d’intolérances alimentaires (10, 25, 50 ou 100 aliments testés) qui permettent de mettre en évidence des intolérances spécifiques à certains aliments. La découverte de nombreuses intolérances alimentaires est souvent le reflet d’une inflammation de la muqueuse intestinal associée à une hyperperméabilité intestinale.
  • Des examens de la flore intestinale qui permettent de mettre en évidence une flore perturbée de putréfaction ou de confirmer une candidose intestinale.

2 histoires différentes

 Pour mieux illustrer la variété des troubles digestifs ainsi que la complexité de leur prise en charge, voici trois cas cliniques.

CAS n°1 : Jeune femme âgée de 29 ans

Plaintes Etat de fatigue, céphalées fréquentes, problèmes de peau (démangeaisons, antécédent d’eczéma) ainsi qu’épisodes de sinusites à répétition. Sur le plan digestif elle présente peu de symptômes à part des ballonnements prédominants le soir.
Tests et Examens
  1. L’analyse du profil alimentaire montre un excès de sucre (pâtes, pizza, viennoiseries, etc…)
  2. L’analyse de facteurs psychosociaux montre essentiellement un état de stress important en relation avec des exigences professionnelles difficiles à assumer.
  3. L’examen de la flore intestinale ne montre pas de putréfaction ou de candidose intestinale.
  4. L’examen des intolérances alimentaires met en évidence une forte augmentation des anticorps IgG contre le gluten et les œufs et dans une moindre mesure contre les produits laitiers.
  5. Des dosages spécifiques ont permis d’exclure une maladie coeliaque.
Prescription et Prise en charge
  1. Rééducation à la mastication, exclusion du gluten et des œufs et une forte réduction des produits laitiers.
  2. Une supplémentation ciblée mise en place permettant la cicatrisation de la muqueuse intestinale (L-glutamine, zinc, curcuma, probiotique).
  3. Après 3 mois de traitement : disparition des céphalées et des démangeaisons, amélioration de l’état de fatigue. Absence de sinusite durant l’hiver qui  suivi.

Ce cas est intéressant car il démontre l’importance des troubles non digestifs lors de problème d’intolérance alimentaire.

CAS n°2 : Femme de 36 ans

Plaintes Ballonnements 2 à 3 heures après les repas, douleurs épigastriques sans brûlures, flatulences odorantes et selles défaites quelques fois liquides.Egalement des symptômes non digestifs : troubles du sommeil avec réveil fréquent, crises d’angoisse, lombalgies fréquentes.
Tests et Examens
  1. L’analyse du mode alimentaire met en évidence une alimentation excessivement sucrée.
  2. Sur le plan psychologique, la patiente présente un conflit de couple mal géré.
  3. Le test au lactose est négatif.
  4. Intolérances alimentaires multiples (produits laitiers, œufs, gluten, etc…) qui sont une indication d’un leaky gut (hyperperméabilité intestinale).
  5. Le test de maladie coeliake est négatif.
  6. Présence d’une flore intestinale perturbée de putréfaction ainsi qu’une candidose intestinale.
Prescription et prise en charge
  1. Une première phase avec exclusion par étapes des intolérances alimentaires associée à une nette réduction des glucides avec une alimentation saine s’inspirant du modèle crétois.
  2. Au niveau psychologique, la patiente a bénéficié d’une prise en charge lui permettant de clarifier son conflit relationnel.
  3. Sur le plan médical et micronutritionnel elle a bénéficier dans un premier temps d’une cicatrisation de la muqueuse intestinale (L-glutamine, zinc, curcuma, etc…) et d’une optimisation de la flore intestinale (probiotiques).

En quelques mois on assiste à une amélioration à tous les niveaux.

Ce cas clinique est intéressant pour plusieurs raisons :

  • On retrouve une situation complexe associant une dysbiose intestinale, des intolérances alimentaires et une candidose intestinale. Ces situations intriquées sont fréquentes car chaque perturbation peut favoriser l’installation d’une autre.
  • On retrouve aussi des facteurs environnementaux perturbants classiques que sont la présence d’une alimentation déséquilibrée souvent riche en sucres rapides, associés fréquemment à des repas pris rapidement et mal mastiqués.
  • Un état de stress est fréquemment retrouvé dont le rôle perturbant sur l’intestin est bien documenté.

Il est important de bien comprendre qu’avant toute prise en charge micronutritionnelle, la qualité de l’alimentation doit être améliorée. A cela, il est souvent nécessaire d’associer une rééducation à la mastication. La résolution des conflits émotionnels et la gestion du stress restent des éléments essentiels pour retrouver un bien-être digestif.

En conclusion, une prise en charge réussie des troubles digestifs nécessite quelquefois une remise en question complète de nos modes de vie. L’engagement sincère de la personne traitée reste la pierre angulaire de la réussite du traitement. L’échec est fréquemment constaté lorsque les personnes reste dans une attitude passive attendant du médecin la prescription de produits miracles.

Dr Antonello D’Oro et Karine D’Oro

 

 

  81 comments for “Approche des troubles digestifs en Micronutrition

  1. 16 février 2014 at 9 h 23 min

    Merci Karine pour cet excellent article, très détaillé et enrichissant.
    J’ai toujours connu des problèmes de ballonnement du ventre que j’associe toujours à un mauvais mélange d’aliments comme café au lait suivi d’une pomme etc.. Mais j’e n’ai jamais pris au sérieux ce phénomène et d’aller consulter.

    Depuis peu, je prenais des suppléments probiotiques pour une santé de la flore intestinale, pensez-vous que c’est une bonne idée?

    13-ami-callement

    • Karine
      25 février 2014 at 15 h 32 min

      Merci pour votre message. C’est bien connu que le mélange café + lait provoque des troubles digestifs chez un grand nombre de personnes. La raison est que les tanins du café mélangés à la caséine du lait (protéine) créent une réaction chimique appelée précipitation (la solution tourne et des caillots apparaissent parfois). C’est ce mélange lorsqu’il arrive dans le milieu acide de l’estomac qui provoque ces sensations d’indigestion.
      Si en plus vous êtes intolérant au lactose (sucre du lait) ça ne va pas aider. Si vous tenez à votre café, vous pourriez remplacer le lait de vache par un lait végétal (riz ou amandes par exemple).
      Concernant la pomme, ce fruit comme beaucoup d’autres contient beaucoup de fructose, substance qui n’est pas digérée et qui va fermentée sous l’action des bactéries que nous avons dans l’intestin.
      La prise de probiotiques est intéressante mais elle ne règle en rien les problèmes d’intolérances qui nécessitent souvent une exclusion temporaire pour assainir l’intestin avant de pouvoir être réintroduit pas la suite et progressivement.
      Merci pour votre intérêt.
      Karine

  2. Severine
    7 août 2014 at 0 h 17 min

    Bonjour

    Je viens de tomber sur votre site lors de mes recherches pour aider mon mari qui souffre de ballonnements, maux de ventre qui le réveillent en fin de nuit et parfois en journée, flatulences etc …. Il aimerait consulter un médecin micronutristioniste comme vous le préconisez : en connaissez-vous un à Paris ?

    Bien à vous

    S.Quemener

    • Karine
      7 août 2014 at 12 h 35 min

      Bonjour et merci pour votre intérêt.
      Nous pouvons vous recommander le Dr Pierre Dez à Chantilly (proche de Paris).
      En ce qui concerne les troubles digestifs dont souffre votre époux, notre expérience nous a montré que l’approche micronutritionnelle seule reste souvent décevante. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’ajouter à notre pratique la diète FODMAP sur laquelle vous pourrez en savoir davantage en lisant notre article posté dans l’onglet “blog” de notre site.
      Sachez également que nous avons une demande grandissante pour des consultations par skype qui sont tout à fait possible. Si vous souhaitez en savoir plus sur les conditions et modalités de fonctionnement par skype, vous pouvez nous contacter directement par email : lagouttek@gmail.com
      Sentez-vous libre de choisir ce qui vous semble le mieux pour vous.
      Bien cordialement,
      Karine D’Oro

      • Fatiha
        29 novembre 2016 at 20 h 39 min

        Bonjour alor voilà j’ai 23 ans et je souffre de ces fichue microbe , qui me provoque de l’acné de la proriasis des période de démangeaisons par tout dans le corps avec des bouton, également problème respiratoire douleur articulaire problème digestion avec constipation et diaree par moment des emoroïde, chute de cheveux , ne sachant plus quoi manger j’aimerai juste savoir se que le ne tolaire pas

        • Dr. A. D'Oro
          2 décembre 2016 at 18 h 08 min

          Bonjour,
          Je n’ai pas de réponse toute faite à vos plaintes qui sont multiples. Il est clair que vous présentez une dysbiose intestinale
          probablement avec un leaky gut, il serait intéressant également d’explorer votre thyroïde afin d’exclure une dysfonction à ce niveau.
          En d’autre terme, il faut trouver quelqu’un qui puisse vous accompagner dans ces démarches. Renseignez-vous si il y un médecin
          qui pratique la micronutrition près de chez vous. Appelez l’IEDM )institut européen de micronutrition à Paris pour vous renseignez.
          Je peux vous suggérez en attendant d’essayer pendant un mois de stopper les sucres et réduire les glucides et d’écarter pendant ce temps
          le gluten et les produits laitiers et de prendre des probiotiques.

          Sincèrement
          Dr A. D’oro

  3. BELLAIRE CHANTAL
    31 mai 2015 at 14 h 32 min

    Je souffre de slerodremie ,mon principale problème est la digestion ” très lente” des aliments.J’equilibre au mieux mon alimentation,fractionne mes repas,et évite le maximum de nourriture difficile à digéré
    Â plusieurs reprises on m’a suggéré de prendre une à deux fois par an un antibiotique qui détruit l’accumulation des bactéries dans les intestins .
    Depuis trois ans,je prend des probiotiques ,du curcumin associer avec un peu de gingembre .
    La digestion est de 8 voir 12 heures après les repas . Actuellement, j’ai perdu beaucoup du poids et n’ai plus d’appétit J’ai également beaucoup des flatulences,surtout fin de journée et la nuit .Egalement du stresse,je suis inpersensible au problèmes de mes proches
    Je pense qu’un antibiotique réglerai momentanément le problème en association avec de la levure et probiotiques pour reconstituer la flore intestinale détruite par l’antibiotique !!

    • Karine
      2 juin 2015 at 8 h 24 min

      Bonjour Chantal,

      Il est certain que le ralentissement de votre transit favorise une certaine pullulation bactérienne,
      de plus l’atteinte de l’intestin grêle doit réduire vos capacités d’absorption des micronutriments.
      Il pourrait être utile de prendre un complexe d’enzymes digestifs afin d’amélioration l’assimilation des micronutriments.

      D’autre part, il faudrait adopter une alimentation pauvre en fermentation et favoriser par conséquent des aliments pauvres en FODMAP (se référer à notre article sur le sujet).
      De plus pour limiter la pullulation bactérienne, à la place d’une antibiothérapie ponctuelle, il serait peut être plus intéressant de prendre des complexes d’huiles essentielles adaptés.

      Il serait judicieux de faire un test respiratoire pour évaluer votre niveau de fermentation afin d’adapter plus précisément le traitement. Vous pouvez éventuellement appeler le secrétariat du Dr Bruno Donatini et vous renseigner sur un thérapeute qui fait des tests respiratoires et qui peut prescrire un traitement adapté à base d’huiles essentielles.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  4. Emmanuelle
    30 juillet 2015 at 9 h 05 min

    Bonjour, mon compagnon est fréquemment ennuyé par des problèmes digestifs. Il pense que cal vient d’un aliment pas frais. Je n’y crois pas car de mon côté je ne suis pas gênée. Par contre j’ai remarqué qu’il a un problème d’haleine forte occasionnellement mais pouvant durer 2-3 jours. Il a souvent des migraines parfois quelques jours après un épisode de mauvaise haleine. Qu’en pensez-vous?
    Cordialement
    Emma

    • Karine
      3 août 2015 at 11 h 08 min

      Bonjour Emma,

      Votre compagnon souffre vraisemblablement d’une dysbiose intestinale en d’autre terme d’un problème de fermentation
      ou de pullulation bactérienne, dans ce cas l’haleine peut être le reflet d’un phénomène de putréfaction intestinale.
      La recherche de la cause reste plus difficile et des conseils faciles et efficaces n’existent pas. Il est possible que cette fermentation soit liée à une maldigestion ou intolérance alimentaire. S’il est motivé, il peut essayer d’arrêter pendant un mois le gluten, voir le lactose et de réduire les sucres et farines blanches ainsi que les produits trop riches en fructose (jus de fruits, sodas, fruits sucrés etc..). Ce régime peut être associé éventuellement à des probiotiques et à un produit avec de la glutamine ( par exemple Innovance Tolérance). Si ça va mieux, il peut faire des tests de réintroduction du lactose et du gluten pour voir sa tolérance. Il faut qu’il continue à éviter les sucres rapides et excès de féculents ainsi que l’excès de fructose car les mauvaises bactéries intestinales raffolent du sucre.

      Quant à moi, dans ma pratique, généralement, je fais un test respiratoire au lactulose (selon l’approche du Dr Bruno Donatini) pour voir s’il existe une fermentation intestinale et de quel type.
      Par la suite, j’assainis l’intestin avec des composés d’huiles essentielles associés avec un régime pauvre en aliments fermentescibles (gluten, lactose, fructose etc..) du type FODMAP puis dès que ça va mieux je fais une réintroduction progressive de certains aliments pour voir sa tolérance. Vous pouvez également rechercher un médecin qui pratique cette méthode en France en appelant le cabinet médical du Dr Donatini Bruno près de Paris.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  5. Nadège
    13 août 2015 at 19 h 05 min

    Bonjour,
    je souffre depuis quelques semaines de troubles intestinaux.
    Apres chaque repas, surtout petit dejeuner et déjeuner, 30 min après, j’ai des gaz nauséabond, les intestins qui grouillent en permanence et ballonnements. Le passage aux toilettes est inévitable avec soit une diarrhée ou constipation.
    Cela me fatigue et le rend la vie invivable au travail.
    Je souffre aussi de crise de colite 1 fois par semaine.
    Merci de votre réponse et de votre aide.
    Cordialement
    Nadège

    • Karine
      26 août 2015 at 8 h 34 min

      Bonjour,

      Vous présentez vraisemblablement une dysbiose intestinale (perturbation de la flore intestinale actuellement nommée microbiote).
      En médecine, le plus souvent on exclut une cause organique claire telle que des parasites, une intolérance au lactose ou une maladie inflammatoire du colon (maladie de Chron, RCUH, maladie cœliaque). En cas d’absence de cause évidente, le plus souvent on pose le diagnostic de colon irritable (fourre-tout médical).

      En réalité, c’est un peu plus compliqué. Parfois pour comprendre ce qui c’est passé, il faut remonter un peu avant le début de vos symptômes, avez vous changé de régime alimentaire, avez vous fait un voyage dans un pays lointain, avez vous pris des antibiotiques ou un médicament immunosuppresseur, avez vous eu une période de stress intense, avez vous accouché etc..
      Il existe probablement un évènement qui a favorisé ce déséquilibre.

      Votre dysbiose est probablement entretenue par des aliments maldigérés ou fermentescibles qui entretiennent une certaine fermentation excessive intestinale. Il y a plusieurs approchent possibles, celle qui me semble la plus efficace est de faire
      sur un mois un régime strict pauvre en Fodmaps afin de mettre au repos l’intestin et de stopper les fermentations. Par la suite une réintroduction progressive des aliments permet de cibler ceux que vous ne tolérez pas. De façon concomitante la prise de préparation à base d’huile essentielle (origan, thym, cannelle etc.. permet de réduire plus rapidement les bactéries qui fermentent excessivement (voir méthode du Dr Bruno Donatini).

      Ne pas oublier que le stress et des problèmes émotionnels sont des grands perturbateurs de l’intestin.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  6. Sophie
    24 août 2015 at 14 h 27 min

    Bonjour,
    Je souffre depuis bientôt 1 an de sinusite chronique, pour laquelle mon médecin généraliste et Orl m’ont prescrit antibiotiques et cortisone, sans grands résultats.

    Un bilan allergologique a donc été demandé : résultat du bilan : allergies au pollen de bouleau (+ allergies croisées a certains fruits) et aux acariens.
    Je suis donc sous Aerius depuis environ 1 mois et demi.
    Malgré ce traitement, j’ai toujours cette congestion des sinus qui me gêne.

    Parallèlement, j’ai quelques soucis intestinaux (gargouillis, diarhées, et/ou constipations) selon ce que je mange, mais je n’arrive pas a déterminer quels aliments en sont la cause.
    J’ai également supprimé le lait de vache depuis 1 mois et demi.

    Cette sinusite peut elle être la conséquence de mon alimentation, ou bien une intolérance alimentaire non détectée à ce jour ?

    Merci d’avance pour votre réponse.
    Cordialement,
    Sophie

    • Karine
      26 août 2015 at 8 h 28 min

      Bonjour Sophie,

      La présence d’une infection chronique et d’un terrain allergique montre une perturbation du système immunitaire
      avec une faiblesse de l’immunité cellulaire (TH1) et une activité excessive de l’immunité humorale (TH2) favorisant les réactions allergiques. Fréquemment la perturbation du système immunitaire est provoquée par un déséquilibre de la flore intestinale (microbiote). Il faut savoir que 60 à 80% de nos cellules immunitaires se trouvent autour de l’intestin et réagissent
      aux perturbations de la flore. Il est probable que vous présentiez une dysbiose intestinale si l’on tient compte de vos symptômes (gargouillis, diarrhées et constipation).

      Trouver l’origine du déséquilibre n’est pas toujours évident, ce qui est sure, c’est que la prescription d’antibiotiques et/ou de cortisones ne font qu’aggraver la situation en aggravant la dysbiose intestinale et en diminuant l’immunité cellulaire (cortisone).

      Souvent certains thérapeuthes alternatifs proposent d’éliminer le gluten et/ou les produits laitiers de façon systématique.
      L’idée n’est pas erronée car en cas d’intolérance au gluten ou au lactose, la situation va s’améliorer.

      Ainsi de façon expérimentale vous pouvez essayer d’exclure le gluten et les produits laitiers ainsi que les sucres rapides et les céréales dénaturées (farines blanches) pendant 1 à 3 mois avec adjonction de probiotiques et de plantes immunostimulantes.

      Une alternative est d’effectuer un test respiratoire au lactulose pour évaluer la fermentation intestinale et tester quelques intolérances alimentaires (produits laitiers, gluten, etc…) ou éventuellement doser les LPS pour rechercher une hyper pérméabilité intestinale.

      Selon les résultats, on peut introduire un régime pauvre en fermentation (Fodmaps) associé à des huiles essentiels et des champignons immunostimulants, par exemple selon la méthode du Dr Bruno Donatini.

      Une autre alternative est d’associer un de ces traitements à des enzymes protéolytiques telles que la serrapeptase qui est utilisée dans les infections chroniques ORL avec un certain succès, ces enzymes permettent de combattre le biofilm bactérien qui protège les germes pathogènes.

      Le mieux serait de trouver un thérapeute formé qui peut vous accompagner dans ces démarches.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  7. Carine
    1 septembre 2015 at 11 h 11 min

    Bonjour,
    J’ai de gros maux de ventre suite à un voyage en Afrique il y a 3 ans.
    J’ai été traitée pour une infection d’amibes ainsi q’un hélicobacter pylori.
    Malgré ces traitements aucune amélioration. J’ai toujours le ventre “en feu” intestins et estomac, je n’ai aucune diarrhée mais je suis constipée.
    Je suis intolérante au lactose et à l’histamine. J’attends aussi le résultat des analyses d’intolérances alimentaires.
    Je suis désespérée, je ne sais plus quoi manger, rien ne passe. Aucun traitement n’a fonctionné. Je prends des graines de lin pour la constipation et ca marche.
    J’ai toujours un ventre énorme, distendu et des maux de ventre.
    Qu’en pensez-vous ?
    Pouvez-vous m’apporter des conseils ?
    Je vous en remercie par avance.
    Dernière question Est-ce que les intolérances alimentaires sont à vie ?
    Bonne journée.

    • Karine
      9 septembre 2015 at 8 h 25 min

      Bonjour,

      Il y a 3 ans vous avez vraisemblablement eu une infection intestinale qui a crée une inflammation de votre intestin.
      Les antibiotiques ont peut-être traité les germes précités mais on également favorisé la perpétuation d’une dysbiose intestinale ou d’un SIBO (small intestinal overgroth bacteria)
      Il existe également l’installation d’un colon irritable post infectieux bien décrit dans la littérature. Parfois même, des épisodes infectieux peuvent par la suite favoriser des maladies inflammatoires de l’intestin.
      Les intolérances sont souvent des phénomènes secondaires à l’inflammation de l’intestin et s’améliorent dans le temps avec l’amélioration de la flore.

      Le but de la prise en charge est de récupérer une flore saine, pour cela, je propose souvent 2 phases de traitement.

      La première phase est de mettre un peu au repos l’intestin en réduisant la fermentation et éventuellement en assainissant votre intestin.
      La démarche que je propose dans ces cas est de faire sur 1 à 2 mois une diète FODMAP (exclusion gluten, lactose, fructose, FOS , galactanes et polyols) vous pouvez vous référer à notre article sur le sujet.
      Ceci associé à des composés avec huiles essentielles (voir Dr Bruno Donatini) puis de faire une réintroduction progressive des fibres solubles en continuant à éviter gluten et lactose.
      Dans un 2ème temps, il faut réensemencer la bonne flore intestinale avec des pré et probiotiques ou encore mieux avec des produits bio fermentés.

      Il est mieux d’être accompagné dans ces démarches et de trouver un thérapeute près de chez vous qui peut le faire.

      Dr A. D’Oro

  8. Carine
    1 septembre 2015 at 11 h 16 min

    J’ai oublié de vous préciser que je suis aussi le régime Fodmpas et que j’ai pris le traitement du docteur Donatini, en vain….
    Je continue toujours à m’alimenter sans fodmaps mais ça n’améliore pas mon état, mais ça ne l’empire pas non plus.
    Merci.

    • Karine
      9 septembre 2015 at 8 h 37 min

      Chère Carine,
      Généralement la diète FODMAP reste mal comprise. Les listes que vous pouvez trouver sur internet ne sont pas toujours exactes. Il est essentiel de bien comprendre cette notion de quantité de sucre fermentescibles. Par exemple, le brocoli jusqu’à deux fleurons contient fort peu de sucres fermentescibles. Néanmoins si vous dépassez cette dose vous augmentez la quantité de sucre fermentescibles dans votre alimentation. C’est la même chose pour les salades qui ne contiennent pas de FODMAP, cependant c’est la quantité qui fait la différence. Nous ne pouvons que vous encourager à consulter un thérapeute formé dans cette approche.

      A noter également que la diète FODMAP est particulièrement déséquilibrée et que pour cette raison il n’est pas souhaitable de la poursuivre sur plusieurs mois. Trois mois c’est vraiment un maximum ! Surtout qu’elle a tendance à constipée ce qui est votre cas n’est-ce pas.

      La toute dernière phase consiste à prendre des souches de bactéries large spectre pour reconstituer une bonne flore.

      Ne négligez pas non plus le stress qu’une telle situation engendre dans votre vie. L’alliance alimentation et gestion du stress est primordiale.

      Courage !

      Karine

  9. laurie
    25 septembre 2015 at 16 h 33 min

    Merci beaucoup pour cet article. A la naissance j’ai été opérée de laparoshisis une malformation. Aujourd’hui je souffre beaucoup de leczema localisé au niveau du visage . J ai apprit il y a pas longtemps que je souffrai d’une carence en vitamine b12. J ai été surprise lorsque mon médecin m’a apprit que tout cela était lié après de nombreux examens on a découvert que dans mon ventre rien n’était à sa place. Et qu il y avait présence de pullulation microbienne . Ce qui empêcherait ma vit b12 de s absorber. Mais qui serait également la cause de mon eczéma. Car ni allergologue ni dermatologue ont trouves de réponse. J ai débuté les probiotiques cette semaine . J attend beaucoup de cela ..je me sens également fatigue…. pensez vous que ce traitement pourra faire disparaître mon eczéma? Merci beaucoup d’avance!

    • Karine
      12 octobre 2015 at 10 h 22 min

      Chère Laurie,

      A ma connaissance la vitamine B12 n’est absolument pas une cause d’eczéma.
      La pullulation bactérienne de l’intestin grêle reste à prouver éventuellement par un test de fermentation respiratoire au lactulose ou glucose. L’atteinte de l’intestin est fréquente dans l’eczéma car à la base de cette maladie, il y a une atteinte conjointe des barrières protectrices de la peau, de l’intestin et/ou des poumons. C’est ainsi que les enfants qui souffrent d’eczéma ont fréquemment des allergies alimentaires, de l’asthme ou des rhinites allergique. La flore intestinale est fréquemment altérées chez les personnes allergiques, souvent en relation avec un manque d’allaitement, une césarienne ou des antibiotiques fréquents dans la petite enfance.
      Il est vrai que pour vous, il est nécessaire d’avoir un écosystème intestinal équilibré, les probiotiques peuvent être utiles en prévention ainsi qu’une alimentation équilibrée de type méditerranéenne et une bonne gestion du stress.

      Toutefois concernant directement l’eczéma, les probiotiques ont difficilement fait la preuve d’une efficacité thérapeutique. On cherche toujours désespérément les souches bactériennes efficaces. Personnellement, je trouve plus intéressant de consommer des produits lacté-fermentés pour améliore votre flore, voici un site à voir pour commander ces aliments si cela vous intéresse http://www.delicieusenature.fr
      Il peut être intéressant de se poser la question par rapport à des sensibilités alimentaires et il n’est pas inutile d’essayer des exclusions alimentaires par exemple du gluten et des produits laitiers quelques mois, pour voir.

      Concernant les micronutriments qui ont fait scientifiquement leurs preuves dans l’eczéma,

      je vous conseille:

      l’acide gama-linolénique: à savoir l’huile de bourrache une cuillère à café/jour pendant le repas
      le zinc 15 à 30 mg/jour, il serait préférable d’avoir un dosage au préalable
      la vitamine D 1000 à 2000 ui par jour
      les oméga 3 et éventuellement la glutamine (2gr/jour) pour l’effet cicatrisant intestinal et le magnésium (au moins 400 mg élément/j).

      Il est d’autre part important de bien protéger votre peau avec une bonne crème protectrice, on peut utiliser de l’huile de coco bio, de l’huile d’Argan etc…

      Nous allons très prochainement publier un article très complet sur l’eczéma. Nous vous suggérons de vous inscrire à la newsletter pour le recevoir.

      Bien cordialement,

      Dr A. D’oro

  10. chenaif
    8 décembre 2015 at 17 h 43 min

    bonjour.après les principaux repas ( matin,midi et soir),la fréquence cardiaque augmente parfois jusqu’à 90 battements /minutes, après plusieurs heures,elle redescend a la valeur normale 65 battements/min . cela m’inquiète ,car ça se produit avec tous les aliments avalés.

    • Karine
      14 décembre 2015 at 14 h 35 min

      Votre message est un peu intriguant car je n’ai pas beaucoup de personnes qui m’ont fait cette remarque.

      On sait que le pouls augmente après avoir manger un aliment auquel vous êtes intolérant, en effet c’est ” le test du pouls de Cocoa”. Il s’agit d’un moyen simple pour découvrir des allergies alimentaires cachées. Ce test consiste à prendre son pouls avant de manger un aliment et de le reprendre 15 à 30 min plus tard. Si le le pouls augmente c’est que vous présentez une intolérance à cet aliment.

      Toutefois dans votre cas, tous les aliments et tous les repas augmentent votre pouls, je ne pense donc pas que vous avez des multiples intolérances.

      Certaine aliments comme le sucre, le thé et le café peuvent causer une tachycardie, chez d’autres personnes ça peut être le glutamate qui se trouve dans beaucoup de préparations alimentaires industrialisées.

      Une autre hypothèse serait que vous avez une mauvaise digestion au niveau de l’estomac. Une hypochloridrie favorise une digestion lente avec des reflux même asymptomatiques qui peuvent s’accompagner d’accélération du pouls. Vous pourriez essayer un peu de vinaigre de cidre après le repas ou des enzymes digestifs.

      Essayer aussi de réduire la quantité, de bien mâcher et de prendre du magnésium afin de réduire des réactions neurovégétatives.

      Tenez un journal de bord pour essayer de comprendre ce qui vous perturbe. En cas de persistance des symptômes, il peut être nécessaire de consulter un médecin pour ne pas passer à côté d’un problème médical.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  11. Guillermin
    22 décembre 2015 at 0 h 19 min

    Bonjour
    Je suis siagnostiqué
    – TDAH
    – Bipolaire
    – je fais sans arrêt des tendinites et j’ai mal à toutes les articulations du corps.
    – j’ai sans cesse mauvaise haleine avec un pelliculé jaunâtre qui recouvre la langue (surtout au fond), avec parfois un échauffement.
    – je suis même en dehors des phases dépressive facilement fatigué, je suis à fleur de peau, hyperphagique.

    Je suis en depression depuis 1 an.
    J’ai fait il y a 2 ans un test Ig contre différents aliments et il y avait des Ig contre les protéines de lait et les œufs. Resultats que ma généraliste et allergologues n’ont pas reconnus comme valide. Je ne l’ai donc pas pris au sérieux.
    Que me conseillez vous?
    Pour le moment j’ai arrêté tous les produits laitiers et je prend des probiotiques.

    • Karine
      14 janvier 2016 at 17 h 20 min

      Bonjour,

      Juste pour votre info, je viens de publier un article sur les alternatives naturelles dans le TDHA, peut-être que ça vous interessera.

      Si je tiens compte de ce que vous écrivez, il semble probable que vous ayez une fermentation intestinale anormale associé à un leaky gut syndrome.
      Il pourrait être intéressant de doser les LPS dans le sang pouvant être le reflet d’une hyper-perméabilité intestinale, une CRP us un peu augmentée pourrait également provenir de l’intestin.

      La fatigue et les tendinites pourraient également provenir d’un leaky gut.
      Les tests IgG alimentaire sont effectivement très controversés et non reconnus par les allergologues. Je pense toutefois que la présence de nombreuses réactions IgG aux aliments
      peut être le reflet d’un leaky gut.
      Pour votre fermentation intestinale, il pourrait être intéressant de faire un test respiratoire au lactulose à la recherche d’une fermentation intestinale, en cas de fermentation excessive, un régime momentané d’exclusion des Fodmaps avec des huiles essentiels (selon la méthode du Dr Bruno Donatini) pourrait être utile.

      De façon pragmatique, vous pourriez tester pendant quelques semaines une exclusion du gluten et des produits laitiers, avec réduction des sucres, ceci associé à des probiotiques et à un produit riche en L-glutamine afin de cicatriser la muqueuse (par exemple: innovance tolérance).

      En cas de non réponse, des examens plus précis seraient nécessaires afin d’évaluer votre microbiote et votre immunité.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  12. nathalie
    20 janvier 2016 at 11 h 14 min

    Bonjour Docteur,

    Je suis tombée par hasard sur votre site internet. Ravie de trouver un médecin qui reconnaisse l’importance de l’alimentation dans divers troubles.

    Depuis 2011 je suis soignée par Aerius et Rhinocort pour des problèmes de sinusites, je fais des sinusites un mois sur 2, avec obligation de me pulvériser le nez avec rhinocort 1 jour sur 2.

    En septembre 2015 j’ai commencé à avoir des diarrhées 4 à 5 x par jour.
    Mon médecin généraliste avait mis cela sur le dos du stress. J’ai donc laissé trainé jusqu’en avril ou j’ai commencé à faire des malaises et à ne plus pouvoir faire d’efforts.
    X rendez vous chez des spécialistes, pour me retrouver en juillet chez un gastro entérologue.
    Colposcopie et gastroscopie qui ont révélé : RJO duodénal, Gastrite et Colite microscopique lymphocitaire.
    Depuis 6 mois, traitement avec entorcort puis mikicort, biotrancit et arkolevur, régime pauvre en fibre. Devinez : je n’ai plus de sinusite.
    Donc j’ai pris conscience, votre site me le confirme, il y a une relation entre l’intestin et le reste de notre corps.

    Cependant, la colite microscopique ne passe pas vraiment, dès que l’on baisse la cortisone, tout redevient comme avant. J’ai arrêté le lait et le gluten, je ne parviens plus à manger de légumes et de fruits, avant mon alimentation était essentiellement constituée de fruits et de légumes.

    Habitant à Nice, j’aimerai savoir si vous n’auriez pas un confrère à me conseiller dans la région?

    En vous souhaitant une bonne journée.

    Nathalie.

    • Karine
      24 janvier 2016 at 22 h 05 min

      Bonjour,

      Vous souffrez vraisemblablement d’une dysbiose intestinale avec inflammation au niveau de la muqueuse et probable leaky gut syndrome (perméabilité intestinale).
      Toutes les muqueuses sont reliées à travers notre système immunitaire, ce qui peut expliquer la sinusite.
      Le mikicort est un anti-inflammatoire stéroidien qui est un traitement symptomatique avec des risques sur la muqueuse à la longue.

      Je pense qu’il faudrait faire un test de fermentation au lactulose à la recherche d’une fermentation intestinale (selon la méthode du Dr Donatini),
      dans un premier temps, il pourrait être nécessaire d’assainir l’intestin avec des complexes d’huiles essentielles associé (rôle pathogène possible d’une mycobactérie)
      à un régime FODMAPS. L’exclusion du gluten et du lactose sont déjà une première étape mais dans les fodmaps sont inclus également les légumes riche en FOS (oignons, ails, etc..)
      en fructose (certains fruits) et en galactans (légumineuses). Eviter les huiles de cuissons oméga 6 pro-inlammatoire (huile de tournesol et mais etc..), à conseiller huile d’olive extra-vierge crue et cuisiner plutôt avec l’huile de coco aux effets intestinaux favorables. Dans un deuxième temps introduire plus de probiotiques et des produits lacto-fermentés (par exemple: ). Des complexes anti-inflammatoires naturels peuvent être intéressant (Nutricuma, NutriInflamX etc..) avec des bonnes doses de vitamine D et d’Oméga 3.

      Bon, je conçois que le chemin n’est pas facile et qu’il est préférable d’ être bien accompagné. Pour la micronutrition, vous pouvez voir avec l’IEDM à la recherche d’un thérapeute près de chez vous, vous pouvez également contacter le cabinet médical du Dr Bruno Donatini pour savoir s’il y a un médecin formé aux tests respiratoires de flore intestinal près de chez vous.

      En vous souhaitant de retrouver une bonne santé,

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  13. Toni
    18 février 2016 at 19 h 00 min

    Bonjour,
    Recherche après recherche je suis tombé sur votre site.
    Tout d’abord merci pour votre implication.

    Crohn depuis 10 ans (traitement d’immurek), j’ai appris au fur et à mesure à connaitre mon organisme et j’ai trouvé une stabilité : Alimentation sans lactose et gluten, cure de curcuma et glutamine, probiotique (ultraflora), sport & méditation.

    Cependant j’ai récemment fais une poussée (suite à l’arrêt pendant une année de l’immurek, d’un voyage en Amerique Latine et de la naissance d’un abcès), pour vous faire un bref résumé je reprend un peu à zéro suite à une nouvelle perméabilité de mon intestin et une non acceptation de beaucoup d’aliment (même de l’ultraflora !)

    Je garde mes acquis et ai ajouté un produit à base d’argile (Ergyprotect) et ai remplacé l’ultraflora par symbiolflor (pro, 1 & 2). Je sens une amélioration considérable.

    Cependant, j’ai cru comprendre que le zink et le magnesium (pure) pouvait avoir un effet favorable sur la muqueuse intestinale tout comme la vitamine D (bilan sanguin prévu pour me situer), pouvez-vous me le confirmer ? Avez-vous des produits à me recommander ?

    Je vous remercie par avance et vous adresse mes meilleures salutations.

    Toni

    • Karine
      23 février 2016 at 12 h 52 min

      Bonjour,

      Merci de partager votre témoignage avec nous.
      Je suis heureux de constater que vous vous connaissez bien et avez de
      bonnes bases sur la prise en charge de votre intestin.
      Je peux vous donnez quelques pistes de réflexions qui pourront peut-être
      vous aider.
      Au niveau de l’alimentation, quelques fois la diète sans lactose (ou
      produits laitiers) et sans gluten ne suffit pas.
      Certains nutritionnistes proposent d’exclure globalement les céréales
      quelques temps en gardant éventuellement un peu de quinoa,
      mais pour compenser il faut manger plus de bonnes graisses (avocat, noix,
      huile de coco).. L’huile de coco est un bon assainisseur
      de la flore intestinale par sa richesse en acide lauréique et stéarique et
      vous pouvez en consommer 2 à 3 cuillère à soupe/j
      Quant à moi, j’aime bien faire un test respiratoire de fermentation
      intestinale et en cas de pullulation bactérienne, commencer quelques
      semaines
      par un régime FODMAPS afin d’exclure tous les aliments fermentescibles
      associé à des huiles essentielles (pour cela j’utilise les produits mis au
      point par le Dr Bruno Donatini) dans votre cas ça serait du Laetiporus OC
      (origan, cannelle, clou de girofle).
      Après quelques semaines, j’introduirais de bonnes doses de probiotiques et
      au fur à mesure de la tolérance
      je réintroduirais des légumes et fruits avec FODMAPS.
      pour les compléments alimentaires, les probiotiques c’est bien avec de
      bonne dose de vitamine D, le curcuma ou le gingembre c’est bien.
      Pour la muqueuse, la glutamine et le zinc vont de paire, par exemple dans
      le produit Inovance tolérance 3 à 4x par jour avant les repas.
      J’aime bien aussi les oméga 3 pour réduire l’inflammation (minimum 1 gr de
      EPA/DHA) par jour

      Voilà quelques pistes et tenez moi au courant

      Sincèrement

      D A. D’oro

  14. nana
    18 février 2016 at 19 h 08 min

    Bonjour voilà j’ai un bébé de 5 mois et dzpui 4 mois mtn âpres avoir pris inexuim pour son reflux du a une alerfie lait de vache rien ne va pire elle ne dor plus insomniaque se tortille kan elle boit dans son sommeille et pale manque de vitamine fait des selle malodorante avec des morceaux pourtant ne boit que du lait pour allergique neocate avec des gaz et mtn et allergique a tou j’ai fait plein de Gastro pédiatre aucun ve me faire le test au glucose et ma fille dégrade que doij faire?

  15. nana
    18 février 2016 at 19 h 09 min

    Ellelle alterne diahree constipation et se tortille tou le temps et pleure kan elle boit

  16. Nana
    18 février 2016 at 19 h 38 min

    Bonjour voilà j’ai mon bébé qui a 5 mois mtn et depuis c 1 mois elle souffre tou à commencer quand elle pris inexuim pour son reflux du à une allergie lait de vache elle commence à se tortiller jour et nuit pleurer au bib selle très malodorante alternance diahree et confirmation qui sente l’œuf pourii elle ne dor plu et insomniaque et pâle en manque de vitamine et fer la pédiatre la mi sou flagyl pour diahree sa été pire car mtn elle et allergique à tou aliment que je donne même carotte transpire bcp de la tête en sueur j’ai fait plin de gastronomique pédiatre pour demander le test auglucose aucun ne m’écoute pourtant boit son lait neocate pour allergique aider moi quoi faire pour sortir mon bebe soufrant

    • Karine
      23 février 2016 at 12 h 56 min

      Chère Madame,

      je suis désolé d’apprendre les difficultés que vous traversé avec les problèmes de santé de votre bébé,
      je n’ai malheureusement pas d’expérience clinique avec des nourrisson,
      Je peu toutefois vous proposer quelques pistes. Il est évident que la prise de Nexium va provoquer une fermentation intestinale
      et vraisemblablement votre bébé souffre de dysbiose intestinale ou de SIBO. La prescription d’antibiotiques malheureusement n’est souvent pas une très bonne idée
      car si amélioration, elle dure peu et risque de favoriser d’autres germes opportunistes
      Il me semble important d’arrêter le traitement des IPP, il existe des alternatives naturelles plus douce,
      il faut bien entendu ne pas donner de gluten, ni de produits laitiers avec lactose, j’éviterais même toute formulation ou préparation de lait industrielle
      voir médical (risque de conservants, colorants, sucres rajoutés comme des dérivés de fructose).
      Je me tournerais éventuellement vers des produits bio, telles que les laits de bardo (www.debardo.fr) par exemple essayer leur lait d’amande avec probiotiques
      Je rajouterais bien entenu des probiotiques, en cas de persistance de reflux et de carences, un produit comme le lithotamne ou le kouzou bio de debardo pourrait se révéler utile,

      En espérant que la situation s’améliore progressivement

      sincèrement

      Dr A. D’oro

  17. LaT
    13 mars 2016 at 12 h 40 min

    Bonjour.

    Je rencontré des gros problème de selles grasse et défaite qui flotte, j ai passé de nombreux examens qui n’ont rien révèlaient. Les tests sanguin ne révèle rien, ig normaux. J ai fait une ÉCHO endoscopie on me suspect une pancreatite auto-imune de type 2 mais sans certitude, je suis sous soluprep 40 mg pendant 1 mois. Je prend également de l eurobiol, mon dernier dosage de l elatase fecal est à 240. Aujourd hui malgré l eurobiol et un régime pauvre en graisse j ai des.selles toujours pateuse flottante collante et je perd progressivement du poids. J ai toujours eu des. Pb digestif mais pas à ce point, tout ça à commencer en août derniers avec une pneumopathie et sinusite avec 2 mois d antibiotique ( j avais des diarhees déjà avant le traitement antibiotique). J ai pris des.probiotique pendants 3 mois sans grand changements voir même une absorbtion de plus en plus difficîle des graisses. Je ne sais plus comment faire pour arranger mon état. Je précise que j ai eu deux avis de gastro pour un c est de la colopathie et pour l autre c est peut être une pancreatite auto immune, ou rien car le canal principal est difficile à voir, mais le pancreas étant gras c est peut être une explication. Avec le soluprep la douleur dans le dos à gauche est beaucoup moins présente mais la digestion et catastrophique , perte de poids, moral dans les chaussettes .

  18. Delphine
    18 mai 2016 at 19 h 29 min

    Bonjour,
    Agée de 27 ans, je souffre depuis 9 ans de douleurs abdominales et diarrhées quasi-quotidiennes. Coloscopie, gastroscopie, coproculture, maladie coeliaque : RAS.
    Seul un traitement par effexor parvient à atténuer les symptômes. Des tests respiratoires récents au CHU ont mis en évidence une intolérance au lactose et au fructose. Je suis donc depuis trois mois un régime strict accompagné de Lglutamine, d’oméga 3 et de mycelium aux huiles essentielles du docteur Donatini. La prise de zinc a été empêchées par de vives douleurs digestives. Malgré cette approche, et les bénéfices du régime sur le moment, la moindre réintroduction alimentaire se solde par des maux de ventre, douleurs de dos, maux de tête…
    Par ailleurs, gênée par de fortes somnolences, j’ai un traitement par modiodal pour compenser une hypersomnie idiopatique diagnostiquée l’été dernier. Enfin, j’ai un traitement de levotyrox pour hyperthyroïdie.
    Les médecins rencontrés jusqu’à présent ne font pas de liens entre ces symptômes et ne proposent pas de solutions. Auriez vous une idée de la façon dont je puisse me sortir de ces soucis de santé?
    Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce mail.

    • Dr. A. D'Oro
      6 juin 2016 at 15 h 34 min

      Bonjour,
      Je constate que votre situation médicale est difficile à traiter. J’apprend que vous souffrez depuis l’âge de 9 ans de troubles digestifs importants, il est probable que vous souffriez d’un déséquilibre profond de la flore intestinale (dysbiose). Pour rappel, une naissance par césarienne, un manque d’allaitement ou des antibiotiques dans les premières années de vie peuvent altérer de façon définitive votre flore intestinale. Je pense que les médecins ont exclu une maladie coeliaque et une maladie inflammatoire de l’intestin.
      Vous faites part d’une intolérance au lactose et au fructose, cela peut indiquer également que vous avez souffert d’un SIBO (pullulation bactérienne) pouvant être suspecté par un test respiratoire au lactulose et au glucose. En plus des compléments alimentaires que vous citez, avez vous fait une diète FODMAP strict ? Il est intéressant de savoir si les poudres du Dr Donatini et l’arrêt des aliments fermentescibles ont amené une normalisation des valeurs des gaz respiratoires.
      Je pense d’autre part, qu’après une phase d’assainissement de l’intestin, il est nécessaire de réensemencer l’intestin très progressivement par certains prébiotiques et produits fermentés, à très petites doses au début, afin de permettre à nos bonnes bactéries de reprendre un peu le pouvoir.Dans certains cas, ou le microbiote est trop malmené avec disparition de certaines souches, il semble que les transplantations fécales puissent aider. Toutefois ce n’est pas encore un traitement accessible dans ce type de problématique.

      Je vous souhaite de trouver une solution à vos problèmes
      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  19. Dr. A. D'Oro
    6 juin 2016 at 15 h 46 min

    Bonjour,
    Il est possible que durant votre voyage, votre flore intestinale ce soit modifiée suite à une contamination bactérienne.
    Dans un article que j’ai mis récemment sur le site “Surpoids et obésité, et si c’était l’intestin”, j’explique comment la modification des bactéries intestinales est responsable d’une prise de poids.
    La présence de flatulence indique une fermentation bactérienne, possiblement un SIBO (small intestinal overgrowth bacteria).
    Idéalement, il faudrait faire un test respiratoire de fermentation au lactulose, si il y a une fermentation, il faut traiter l’intestin avec un composé d’huiles essentiels (par exemple les préparations du Dr Donatini Bruno, EcoDyn ou de la Berberine) associé à une diète FODMAPS pauvre en glucides pendant environ un mois puis dans un deuxième temps utiliser des probiotiques adaptés (pour maigrir choisir plutôt lactobacillus gasseri ou rhamnosus).

    A voir
    Merci de me tenir au courant

    Sincèrement

    Dr A. D’oro

  20. Dr. A. D'Oro
    6 juin 2016 at 16 h 02 min

    Bonjour,
    Il est probable que le problème découle de votre maladie coeliaque. Votre maladie a provoqué secondairement une inflammation de la muqueuse intestinale, un leaky gut et favoriser un déséquilibre de votre écosystème intestinal. Il est possible également que parallèlement vous présenter une intolérance secondaire au lactose ou au fructose (à tester par des tests respiratoires).
    Il ne suffit pas seulement d’arrêter le gluten mais également d’éviter ce qui vous fait éventuellement fermenter (par exemple lactose ou fructose) et de réparer la muqueuse intestinale (l-glutamine, zinc, curcumine, vitamine D etc). Certains nutritionnistes propose également d’arrêter le mais qui semble être également délétère pour l’intestin. Ainsi souvent les gens qui mangent sans gluten, se lancent dans les produits sans gluten (souvent le mais) et consomment plus de glucides étant donné que les farines sans gluten sont souvent plus raffinées.
    Je pense que dans le doute, pendant une période d’un mois, j’éliminerais en plus du gluten, les produits ailiers, le mais et le soja afin de voir comment réagit votre intestin, à cela prenez des compléments alimentaires pour a muqueuse de l’intestin (par exemple: Inovance tolérance ou Glutaform)
    associé à des probiotiques.

    Sincèrement

    Dr A. D’oro

  21. Caroline
    7 juin 2016 at 18 h 56 min

    Bonjour,

    J’ai 25 ans et j’ai des troubles digestifs. Jai souffer pendant longtemps de diahree chronique et amaigrissement. J’ai fait les tests d’intolérance au gluten et lactose et apparemment je ne suis pas allergique. j’ai voulu faire les tests génétiques et ils montrent que je porte tous les gènes des deux maladies (coeliaque + intolerance lactose). Le médecin ne sait pas comment l’interpréter. j’ai quand même décidé d’éliminer le gluten depuis 4 mois et je vais un peu mieux (j’ai de nouveau des selles normales mais parfois des diahree et selles flottantes). Quand je mange un produit laitier contenant du lactose j’ai une diahree tout de suite après… Je suis a 47 kg pour 1m63 (mon poids normal était de 52 kg).

    Je suis un peu perdue. Que me conseilleriez-vous? pensez-vous que je dois réintroduire le gluten dans mon alimentation et faire une endoscopie pour voir si j’ai la maladie coeliaque?

    Merci
    Caroline

  22. salhi
    14 juin 2016 at 7 h 33 min

    Bonjour, j’ai depuis deux mois des problèmes digestifs tres embétants. Tout d’abord j’ai eu des crises de douleurs abdominales espacées(une par mois environ depuis six mois) souvent liées à une constipation légère ou à un repas trop gras. j’ai consulté et on m’a prescrit du Macrogol 4000, sans grands effets. Depuis j’ai des gazs très odorants, une gène digestive, parfois une sensation étrange coté droit. Le plus handicapant reste les gazs. Je suis très stressé par mon nouveau travail (éducateur en foyer) et par une séparation récente après 17 ans de vie commune, je suis assez paralysé à l’idée de faire d’autres examens car j’ai très peur d’une maladie grave.
    Cordialement,

    • Dr. A. D'Oro
      22 juillet 2016 at 15 h 37 min

      Bonjour,
      Je pense qu’il faut quand même contrôler votre vésicule biliaire par une échographie.
      Au niveau digestif, vous semblez décrire une dysbiose intestinale, il y’a également peut-être
      une maldigestion par insuffisance enzymatique si l’on tient compte d’une certaine lourdeur à la digestion.
      Avez-vous pris des antiacides de type IPP? le stress que vous décrivez pourrait perturber votre digestion et épuiser vos enzymes digestifs.
      Commencez par bien gérer votre stress, prenez des plantes qui améliorent la digestion (artichaut, réglisse, racine de gentiane, mélisse etc)
      éventuellement avec des enzymes digestifs (enzygest) ceci associé à du psyllium en poudre à dose progressive.
      Si cela ne s’améliore pas, alors il serait intéressant de faire un test respiratoire au lactulose afin de rechercher une pullulation bactérienne
      et d’envisager une cure d’assainissement par des herbes antimicrobiennes (par exemple, berbérine 400mg 3 x par jour).

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  23. Nina Koubi
    12 juillet 2016 at 19 h 20 min

    J ai été très intéressé par vos articles j.. J’ai une pathologie complique hypophyse tombe après adénome cirtycotrope sclérodermie H pilory prise de poids ostéoporose..J ai depuis deux ans vécu une période de stress très importants et j ai â peu près tous les symptômes de désordre s intestinaux et leurs conséquences que vous décrivez..j ai plusieurs intolérances alimentaires Je suis depuis 20 ans sous cortisone levityrix adactone etc etc mes troubles ont atteint leur paroxysme depuis un mois pouvez vous me conseillez un médecin qui prendrait en charge mes problèmes digestifs j haute Paris mais je sus prête à me déplacer Merci

    • Dr. A. D'Oro
      22 juillet 2016 at 15 h 42 min

      Bonjour,
      Je suis désolé d’apprendre tous vos problèmes de santé.
      Il est probable que vos problèmes métaboliques et hormonaux perturbent
      votre intestin. La prise de corticoides a un effet immunosuppresseur délétère
      pour l’écosystème intestinal. Je ne peux pas vous donner de nom de médecin mais peut vous proposer
      de voir un médecin formé en micronutrition au moins pour soutenir votre terrain et corriger d’éventuelles carences,
      au niveau digestif, vous pourriez être soutenu par un thérapeute formé à l’approche du Dr Bruno Donatini,
      ou allez le voir lui même, il est proche de Paris.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  24. Dr. A. D'Oro
    22 juillet 2016 at 15 h 22 min

    Bonjour,
    Si j’ai bien compris, vous présentez des diarrhées chroniques de longue date ainsi qu’un amaigrissement ceci malgré le faite de manger relativement équilibré
    et d’avoir exclut le gluten et le lactose. Comme vous le suggerez vous même, il serait intéressant de faire une côlonoscopie afin d’exclure une maladie coeliaque, ceci
    malgré la normalité des tests sanguins (il existe des formes légères avec des tests anti-transglutaminases négatifs). Je pense qu’une maladie inflammatoire du colon a du être exclue.
    Dans votre cas, il serait utile d’exclure un insuffisance pancréatique en raison de l’amaigrissement, il est dans ce cas intéressant de faire un examen de digestion des selles pour évaluer
    s’il y a une certaine malabsorption des graisses, protéines ou amidons. Une recherche d’élastase fécale donnerait également des arguments pour une faiblesse pancréatique.
    L’autre possibilité serait une atteinte de l’intestin grêle par exemple dans le cadre d’un SIBO (small intestinal overgrothw bacteria). Il est dans ce cas intéressant de faire un test
    respiratoire de fermentation au lactulose ou au glucose. En cas de fermentation positive, une thérapie antimicrobienne (par plantes) associée à un régime FODMAPS pourrait améliorer la situation.Dans un 2ème temps on peut vérifier votre intolérance au lactose et au fructose par un test respiratoire.
    Si vous avez de la peine à trouver les bonnes personnes, appelez le Dr Donatini Bruno pour connaitre si il y a un médecin formé aux tests respiratoires près de chez vous.
    Je poursuivrais pour l’instant l’arrêt du gluten et du lactose non pas parce que je suis convaincu que vous êtes intolérantes mais surtout parce que lorsque l’intestin est enflammé, le gluten et le lactose sont mal tolérés. Dans un 2ème temps seulement, j’essayerais progressivement de réensemencer votre flore par des probiotiques ou des produits lacté-fermentés.

    Sincèrement

    Dr A. D’oro

  25. Lucile Boileau
    3 août 2016 at 15 h 18 min

    Bonjour,

    Félicitation pour votre article très intéressant!

    J’ai 24 ans et ai développé subitement depuis environ 3 mois des problèmes intestinaux dont je ne connais pas la nature. Mon ventre gonfle continuellement sur la journée quoi que je mange jusqu’à atteindre en fin de soirée un ventre comparable à celui d’une femme enceinte de 3 mois, celui ci est dur comme comme du béton et sensible quelque soit sa taille avec très peu d’émission de gaz et de gargouillements mais parfois beaucoup de crampes. Mes selles sont journalières, ni trop molles ni trop dures mais flottantes.
    J’ai également développé beaucoup d’intolérances alimentaires qui me font entre autre une très grosse rétention d’eau au niveau du visage (?) Mon alimentation est très équilibrée bien que j’ai du éviter certains aliments récemment comment les produits raffinés, les céréales, l’alcool, l’excès de sucre et de laitages… Je suis également constamment déshydratée bien que buvant un peu plus de 2 litres d’eau par jour (ma gorge et toujours rouge et mes lèvres sèches).
    Je précise que je souffre d’insomnie chronique depuis un peu plus d’un an et ai perdu environ 10 kg depuis bien qu’étant une grosse mangeuse (je fais actuellement 39 kg pour 1, 61 m mon poids de forme étant de 49 kg )et après avoir à peu près tout tenté (plantes, homéo, mélatonine, tryptophane, relaxation, hypnose, acupuncture, ostéopathie…) j’ai du me résoudre à prendre des somnifères (zolpidem) en novembre dernier. A la mi mai environ suite à une légère surdose et un gros stress (examens), mon corps s’est déréglé créant une pléiades de symptômes inquiétants qui ont heureusement disparus mis à part ces désagréments intestinaux qui me gênent énormément.
    Je ne prends plus mon somnifère depuis 5 nuits environ suite à un sevrage progressif (mes problèmes de sommeil n’étant pourtant pas réglés) et je ne vois pas d’amélioration…
    J’ai fais une cure du foie récemment à base de desmodium et de chardon marie… sans trop de résultats. Je prends du charbon actif et parfois du poly karaya qui me soulage mais ne soignent pas. J’avais également commencé une cure de l-glutamine qui me faisait malheureusement énormément gonfler.
    Je ne sais pas si la prise de probiotiques est indiquée dans mon cas…
    Aurai-je fais une surdose de compléments alimentaires ou développé une maladie quelconque? Le somnifère peut-il en être la cause?
    Je suis perdue et ne sait pas par quel bout y attraper.

    Je suis vraiment très déprimée par tout ça, et, en plus des symptômes physiques désespère de ne plus me reconnaitre dans le miroir avec ce corps décharné au ventre énorme et au visage bouffi…

    Je vous pris de m’excuser pour ce pavé et vous remercie par avance.
    Cordialement.
    Lucile.

    • Dr. A. D'Oro
      15 août 2016 at 22 h 03 min

      Bonsoir,

      J’avoue que votre histoire comporte beaucoup de symptômes et qu’il est difficile de faire un diagnostic précis sur la base de votre histoire. Je pense que vous avez du avoir déjà un certains nombres d’examens dont je n’ai pas les résultats.
      Si je me concentre sur la perte de poids et les ballonnements de l’intestin, il me semble que la première chose à faire est de déterminer si vous présenter un problème de l’intestin grêle avec malabsorption ou un problème d’insuffisance pancréatique. Il peut être intéressant pour différencier cela de faire un examen de digestion au niveau des selles et de faire un dosage de l’élastase fécale qui pourrait nous diriger vers une insuffisance pancréatique. Pour l’intestin grêle, il pourrait être intéressant de faire un test respiratoire au lactulose à la recherche d’une fermentation intestinale anormale, éventuellement compléter par des tests plus spécifiques (test respiratoire au lactose ou/et fructose).Une exclusion d’une maladie coeliaque et de parasites est obligatoire. Un test au D xylose pourrait également confirmer une malabsorption intestinale.Un dosage de la vitamine B12 me semble important pour ne pas passer à côté d’une maladie de Biermer. C’est sur la base d’examens plus poussés qu’une prise en charge adaptée pourrait être discutée. Je suis désolé de ne pas répondre clairement à votre demande car sans certaines investigations, il est difficile de se faire une idée claire de ce qui vous arrive.
      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  26. Hichem
    9 août 2016 at 16 h 35 min

    BONJOUR,

    ca fait 1 mois et demi lors d’un diner copieux(Ramadan aliment gras et acide,,) apres une journeé de jeune je me suis vite senti balloné et 5 minute apres ce diner j’ai senti comme si mon corp c’est affaibli subitement(tremblement des bras et des jambes ballonement abdominale,),mes selles devenai molles et dispercé ,beaucoup de gaz ,mauvaises haleine,(j’avais aussi avant cet incident pas mal de gas)j’ai fait des analyses sangain RS mais aussi j’ai fait le test d’intolerances a la lactose ,positive mon gastro ne ma rien donner sauf me conseiller de ne plus consomer de produit lactose,mais moi je penser plus a une dysibiose
    entretemp ma fatigue c’est raiment installer plutot une faiblesse quotidienne j’ai commancer un regime ca fait un mois de supprimer pas mal d’aliments choux ,oignon…et aussi les produit laitier ca va mieux surtout moin de gargouillement moins de gas et surtout moin faible(je commancer a minquieter vraiment de cette fatigue subite) je prens aussi des probiotique qui me font je pense un bon effet
    Ques ce que j’ai exactement docteur

    merci de votre aide

    • Dr. A. D'Oro
      15 août 2016 at 22 h 20 min

      Bonjour,
      Il est clair qu’il s’est passé quelques chose suite à votre repas, il y a un mois et demi.
      Avez-vous eu une contamination bactérienne sous forme de gastro-entérite, voir un parasite.
      Il est nécessaire de rechercher dans les selles des bactéries pathogènes et des parasites, pour les parasites quelques fois le test doit se faire à plusieurs reprises.
      Même si ces examens sont normaux, il est probable que vous souffrez d’une dysbiose intestinale,
      il serait intéressant de faire un test respiratoire au lactulose pouvant indiquer un SIBO (small intestinal overgrowth bactérie) soit une pullulation bactérienne de l’intestin grêle.
      Dans ce cas un assainissement de l’intestin avec des huiles essentielles associé à un régime FODMAPS pourrait vous aider, bien entendu il faudrait trouver le thérapeute qui peut vous traiter. Essayer d’appeler le secrétariat du Dr Bruno Donatini à Cormontreuil pour vous renseigner sur un thérapeute qui peut faire un test respiratoire et vous donner un traitement adapté.

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

  27. Chacha
    20 août 2016 at 23 h 23 min

    Bonjour,

    Depuis de nombreuses années, je suis génée au niveau intestinal. Ventre gonflé et tres bruyant, selles molles en général et surtout vraiment très malodorantes, mais visiblement les labos n’y trouvent rien d’anormal. J’ai parfois eu des envies impérieuses, des coliques qui arrivent soudainement et qui me laissent peu de temps pour trouver un endroit, ce qui est extrement genant quand je suis à l’extérieur, car personne ne peut utiliser les toilettes apres mon passage, et j’ai la hantise que cela arrive au travail. J’ai vu des gastro, et à priori tout est en ordre…juste un taux de vitamines B12 au mini, un taux de vitamines D toujours en dessous du mini. j’ai suivi un regime FODMAP qui m’a beaucoup apporté car je suis moins gonflée et mon ventre ne fait plus de concerts (parfois). reste ce probleme de selles beaucoup trop odorantes que j’aimerai pouvoir regler, mais comment? J’ai essayé pas mal de probiotiques : probiolog, ibsium, supraflor,… en generale ça s’ameliore un peu au debut, puis plus rien. J’ai testé aussi les enzymes, idem. Je ne mange pas enormement de viandes, j’ai reduit le sucre, tres peu d’industriel, pas de boissons sucrées . Avez-vous une piste?
    MErci

    • Dr. A. D'Oro
      26 août 2016 at 14 h 56 min

      Bonjour,
      Il serait intéressant de repenser au début de vos plaintes intestinales pour essayer de comprendre ce qui c’est passé
      à cette période; période de stress ou émotionnelle ? opération, gastro-entérite, prise de médicaments telles qu’antibiotiques, AINS, IPP ??
      Je penses que le gastroentérologue a exclu une maladie inflammatoire de l’intestin, une intolérance au gluten ou au lactose ainsi qu’une éventuelle
      insuffisance pancréatique.
      Il reste donc un problème lié à votre écosystème intestinal telle qu’une dysbiose.
      L’amélioration après un régime FODMAPS indique que vous aviez une fermentation intestinale excessive. Il est même probable que vous avez un SIBO (small intestinal overgrowth bacteria).
      Dans ce cas, il faut absolument associé au FODMAPS, des huiles essentielles ou des plantes anti-microbiennes telles que celles proposées par le Dr Bruno Donatini ou de la Berberine. Après une période de FODMAPs strict d’un à deux mois, la reprise doit se faire progressivement, je ferais attention à ne pas reprendre le gluten avant plusieurs mois et de continuer à limiter le lactose et fructose. C’est après une période de stabilisation que le réensemencement avec des pré-ou probiotiques peut être essayée. Les produits lacté-fermentés ont également leur place à dose très progressive.

      La difficulté est d’aller par étape et souvent il est nécessaire d’être suivi par quelqu’un qui connait bien ces problèmes.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  28. Mickael
    19 septembre 2016 at 20 h 06 min

    Bonjour, j’ai 27 ans et depuis plusieurs années je souffre d’hemoroide avec un saignement plus ou moins important. Quand la douleur est dans la limite du supportable je prends un suppo du nom de proctologue. En mangeant normalement j’ai plus ou moins une digestion correcte. Je dois évité les tomates, les raisins, les pépins, tout plat épicés etc
    Depuis 1 semaine j’ai commencé à faire le régime box afin de perdre de poids je fais 1m79 pour 92kg. Et depuis ce moment-là c’est alternance entre selles pâteuses et limite normale de couleur brune clair. Je dois effectué un lavement et à ce moment là il y’a du mucus qui en sort. Pouvez-vous m’aider ? Merci d’avance.

    • Dr. A. D'Oro
      19 septembre 2016 at 20 h 41 min

      Bonjour,
      Je ne peux malheureusement pas vous aider car je ne connais pas le régime box.
      Sur internet, il s’agit de commander des plats tout préparés dans des box à réchauffer,
      y a t-il des conservants, des stabilisateurs ou exhausteurs de gout même soit disant naturels?
      Je suis étonné que des produits frais puissent être maintenus à température ambiante 2 à 3 jours sans
      se détériorer, de plus je ne suis pas favorable de réchauffer des box en plastique (PCB?, bisphenol ?) au micro-ondes.
      Des selles pâteuses peuvent indiquer peut-être une malabsorption des graisses mais c’est difficile à dire comme ça,
      le mucus indique possiblement une inflammation de la muqueuse. Je peux en premier lieu vous suggérer de changer de
      régime. Désolé de ne pas vous aider plus, mais les informations sont insuffisantes pour se faire une idée claire.
      Sincèrement
      Dr A. D’oro

      • delphine
        24 septembre 2016 at 9 h 12 min

        bonjour je souffre depuis 11 ans de ballonnements diahrée et nausée
        j’ ai tout essayer
        je suis aller voir un nutritionniste il ma dit que j’ai une candidose, une dysbiose de fermentation et méthyle acétat et mon gastrique est totalement irriter
        je manger plus de gluten ni lactose je mange fodmap et j’ai éliminer un grand nombre d’aliment depuis 2 mois et demi je suis un traitement depuis 6 semaines mais rien changer toujours des diahrée (4à5 fois le matin en moins d’une heure) et le midi aussi
        je sais plus quoi faire

        • Dr. A. D'Oro
          25 septembre 2016 at 19 h 56 min

          Bonjour,
          Je suis désolé d’apprendre vos problèmes de santé.
          L’approche que vous avez eu me semble une approche correct tout au moins au début,
          en effet beaucoup de troubles digestifs peuvent provenir d’une sensibilité au gluten, une intolérance au lactose
          ou une maldigestion d’aliments fermentescibles comme les FODMAPS. L’exclusion des Fodmaps comprend également le gluten et le lactose.
          En parlant de méthyle acétate, cela indique que vous avez eu vraisemblablement un test respiratoire selon la méthode du Dr Donatini
          et vous avez donc du recevoir des poudres avec des huiles essentielles afin d’assainir cette flore dysbiotique.
          Cette approche marche effectivement chez un certain nombre de patients, de mon côté, si une diète FODMAPS
          n’apporte pas de résultats rapidement après 2 à 3 semaines, il faut revoir le problème. Il me manque des éléments anamnéstiques de l’ensemble de vos plaintes autres que l’intestin.
          Des explorations supplémentaires sont probablement nécessaires, la première chose si cela n’est pas fait est de faire des examens de selles
          comprenant un examen de digestion des selles (voir si malabsorption). une calprotectine (recherche piste pour un colopathie inflammatoire) et un test d’élastase fécale (recherche d’insuffisance pancréatique). Il faut également bien explorer la thyroïde et les anticorps antithyroïdiens (exclure Hashimoto) et contrôler vos surrénales (cortisol salivaire)
          à la recherche d’un stress chronique ou une insuffisance des surrénales. Si un SIBO (small intestinal overgrowth bacteria), à savoir une pullulation
          bactérienne est suspectée peut être le traitement anti-microbien n’est pas assez performant.
          De plus, dans ma pratique quotidienne, l’approche d’exclusion des FODMAPS n’est pas toujours performante, certaines personnes vont avoir de meilleures résultats
          avec un réensemencement progressif avec des probiotiques, légumes biofermentés et prébiotiques à dose progressive.

          L’intestin est loin d’être facile à appréhender surtout le microbiote. Malgré tous ce qu’on dit, on connait relativement peu de choses sur le microbiote bien
          que l’on comprend que son rôle est primordial. La prise en charge demande connaissances et tâtonnements.
          J’espère sincèrement que vous trouviez la solution à vos problèmes de santé,
          Dr A. D’oro

  29. Daniel
    11 octobre 2016 at 10 h 21 min

    Première fois que je viens ici !! Et je tiens en premier a remercier le Dr A. D’oro de son intéret pour ceux qui souffre !! En 2ème , excusé moi pour les faute d`orthographe qui vont suivre .. :/ Delphine !! Comme le Dr A. D’oro dit, quelques testes supplémentaire doivent etre fait pour éliminer des variables.. Peut etre un invité surprise dans tes intestins que tu attendait pas demoiselle .. A vrai dire, ici, je voulait juste donner ma compréhension de percevoir les maladies ou problème de digestion et autre.. Parlons un peut de Ms intestin !! Hehehe Vous, moi et les autres, avons une flore intestinal qui nous est propre et a évoluer selon notre mode de vie depuis notre naissance.. De la facon suivante: Stresse,Gène,comportement physique, alimentation( toxine, volume,variété et autre) .. Variable d`adaptation a notre système digestif et immunitaire !! Tous les organismes vivant ont la merveilleuse qualité de s`adapté a son environnement !! Bien sur, il faut lui donner le temps !!! Oups !! Pas tous le monde qui ont les gènes pour suivre ce changement !! Parlons un peut de CONGESTION ou cause de l`inadaptation .. LA CONGESTION EST LE PREMIER SYMPTOME DE L`INADAPTATION D`UN SYSTÈME ORGANIQUE A SON ENVIRONNEMENT !!! Les causes : En premier les sucres(Mortel a long terme), Volume alimentaire (Les surplus deviennent des toxines), pesticide(inorganique), Stresse(Tout le monde sais), Carence en métaux alcalin et Déshydratation !! Les conséquences : Oufff !! Diabète, Cancer, Cholestérol, Allergie, Asthme, tous problèmes digestifs et organes ect… Solution : Bien sur, pour ceux qui ont pas u encore le temps de scraper un organe !!! STOPPER le sucre en premier bordel !!! C`est le pire ennemi du système digestif. Une molécule nuisible qui attire toute l`attention de l`organisme au dépriment des autres mulécule. Une molécule qui nourrit les autre organisme non utile dans notre système et un bon ami du cancer !! La décongestion du système digestif est primordial pour évité et guérir toute forme de maladie et problème de digestion sous toutes ces forme. La facon la plus simplexe et efficace de le faire, est simplement d`utiliser 1/3 d`un vrai citron dans un peut d`eau le matin a jeun ?? Et oui !! Presser le 1/3 d`un citron pour en extraire le jus et le mélanger avec 1/2 verre d`eau a jeun(Important a jeun) !! 2 jours de suite et un jours off ou 3 jours de suite et 2 jours off !! Après 1 ou 2 semaine les amateurs d`aérophagie, ballonnement, constiper, brullement d`estomac et autre règle le problème.. Entre 3 et 6 semaine, les asthmatiques ce guérisse. Bien sur en diminuent les pompes graduellement !! Le cholestérol diminue a long terme !! Le corps ce désintoxique par le nettoyage du foie avec cette facon simple !! Bien sur je me dois d`expliquer le pourquoi !! Comme une simple canalisation, le système digestif doit gérer les surplus et les éliminer par l`intermédiaire des organes .. Sinon ce surplus devient ingérable et les déchets s`accumule la ou ont ne veut pas qu`il soit !! Le système devient défaillant par le surplus vitaminique, protéinique, minéraux et autre .. Des surplus qui s`accumule dans les organes et le sang et c`est alors que commence les premiers symptomes de maladie qui ce résume en premier par une simple congestion intestinal !! Congestion intestinal suivi par des périodes de maux de tete, rhum (congestion de l`intestin a 95%), oreille boucher, bouton, acné(toxine par alimentation) et tous le reste que vous pouvez imaginer !! Je vais probablement passer pour un con, et je m`en fou !!! A vous de voir .. En attendant, moi j`ai guéri ma soeur et 2 autre personne de son cholestérol et son asthme .. Simplement en les décongestionnent !! A vous de voir !! Prenez soin de vous !!!!!!!!

  30. Eric
    10 novembre 2016 at 21 h 47 min

    Bonjour
    c’est la première votre site et je crois que je suis a la bonne place.
    Mon garcon de 20 ans a découvert dernierement qu il a une intolérence
    au fructose.
    Alors de nos jour c’est tres difficile de trouver de la nourriture sans sucre.
    Ma questions est est-ce qu’il existe quelque chose a prendre pour rebatir ses intestins
    ou les enzymes pour que le corps se remette a bien diggéré le fructose.
    quand il absorbe du sucre sa lui donne des mal de ventre et pas tout le temps mais des diahrré a l’occasion.
    je demande cela car avant il n y avait pas de probleme alors surement que le corps est intoxiquer et il a dévellopper cette intolérence.
    Que peut il manger ou quel est le meilleur moyen pour atténuer ces douleurs.
    merci pour une réponse

    • Dr. A. D'Oro
      14 novembre 2016 at 22 h 37 min

      Bonjour,
      L’intolérance au fructose est relativement fréquente pour plusieurs raisons.
      Habituellement, il se trouve dans les fruits et le miel mais le sucre de table est composé à moitié de fructose.
      On tolère assez bien environ 25 gr de fructose, (environ 400 gr de pommes) mais le fructose a été rajouté industriellement
      de façon massive dans de nombreux aliments, avec des noms divers telles que sirop de blé, de mais, sirop de fruit, etc..
      Cet excès de fructose est assez mal absorbé et reste à disposition de nos bactéries intestinales.
      Les jus de fruit en contiennent beaucoup. La quantité de fructose non absorbé dans l’intestin va être métabolisé par nos bactéries, cette fermentation va provoquer des ballonnements,
      des gaz, des colites ou des diarrhées. LA solution est de réduire la consommation de sucre, de miel et de jus de fruit.
      Si cette intolérance est arrivée relativement brusquement, il est probable qu’il existe une fermentation de l’intestin pour d’autres raisons (excès alimentaire, stress, antibiotiques etc…
      Il arrive qu’après une courte période de réduction du fructose et ou lactose, associé à un traitement d’assainissement de l’intestin (huiles essentielles) on retrouve une fonction habituelle.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  31. Amandine
    16 novembre 2016 at 11 h 17 min

    Bonjour,

    D’abord merci beaucoup pour ce site, vraiment très intéressant.

    Depuis plusieurs mois, je souffre de problèmes de brûlures légères d’estomac, et de mauvaise haleine surtout (au réveil, après une sieste dans l’après-midi…).
    Depuis quelques temps, la mauvaise haleine s’est accentuée et apparaissait à d’autres moments.
    Mon médecin m’a prescrit un IPP et après quelques jours de prise, j’avais également mauvaise haleine, après la prise du traitement et même un brossage de dents. Je ne sais pas si la prise de médicaments est liée où si c’est juste concomitant à l’augmentation des symptômes.
    J’ai tendance à avoir un transit plutôt lent, mais que je régule avec la consommation de graines de chia. Je consomme également des féculents complets uniquement.
    Je n’ai pas d’autres symptômes gênants ou du moins qui sortent de l’ordinaire : des gaz, des ballonnements parfois, tendance à dormir après le repas du midi.

    Merci pour tout élément de réponse que vous pourrez m’apporter. J’espère vraiment retrouver l’espoir d’un mieux être.

    • Dr. A. D'Oro
      27 novembre 2016 at 21 h 47 min

      Bonjour,
      Il est vrai que j’ai peu d’éléments pour avoir une appréciation personnalisée.
      Vous avez des brûlures d’estomac depuis quelques mois, il serait intéressant de
      comprendre ce qui a pu déclencher ce problème, avez-vous une période stress, de changement alimentaire,
      prise d’antibiotiques ?
      La mauvaise haleine peut être du à un problème dentaire ou buccal, mais je pense que vous avez déjà fait un contrôle.
      Dès lors, il peut s’agir d’un problème de fermentation intestinale, l’IPP ne peu qu’aggraver le problème puisque ce type de traitement
      en réduisant le ph de l’estomac va permettre aux bactéries et levures amener par l’alimentation de contaminer l’intestin puisque l’acidité
      ne fait plus son rôle protecteur, de plus la diminution de lucidité réduit les capacités enzymatiques de l’estomac.
      Je pense qu’il faudrait essayer d’assainir votre intestin par une préparation à base d’huiles essentielles (se renseigner avec un pharmacien qui connait l’aromathérapie)
      et stimuler votre estomac par exemple en prenant de la racine de gentiane ou du gingembre (par exemple, 1 cà café de gingembre râpé frais, soit dans l’alimentation soit en infusion en fin de repas)

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  32. Lara
    11 décembre 2016 at 21 h 03 min

    Bonjour
    Ma fille s’est mise à faire de la rétention d’eau depuis 1 an et accuse plus de 10 kg depuis.
    L’année précédent le début des problèmes elle a entrepris un régime (elle faisait 49kg pour 1m56) en éliminant sucres et gras. Après être descendue à 41kg elle s’est stabilisée à 45kg mais avec un problème d’amenhoree et de constipation chronique traité par laxatif divers. Puis pour essayer de faire redemarrer les règles essai pilule qui a déclenché la rétention d’eau. Depuis 1 an et diverses investigations médicales qui n’ont rien donné elle prend toujours du poids et fait de la rétention d’eau. Plus de constipation mais prise de diurétiques occasionnels assez fort pour la faire dégonfler de temps en temps. Elle a attaqué un traitement de levothyrox car t3 et t4 basses malgré TSH ok mais pas de hashimoto. Elle fait maintenant des allergies de contact pour un oui ou un non (les lèvres après un nouveau rouges à lèvres, des boutons après un essai de crème bio…). Elle a des flatulences et des gaz malodorants et peut se mettre à gonfler après avoir manger un bout de pain ou une sucrerie.
    Elle fait donc attention à avoir une alimentation équilibrée type régime montignac et du sport plusieurs fois par semaine mais rien n’y fait.
    Depuis 4 cycles ces règles qui sont enfin revenues depuis 7 mois lui causent de fort spm (rétention d’eau+++ mastose vertiges fatigue). D’où mise sous pilule progestative depuis quelques jours.
    Pensez vous qu’un déséquilibre de la flore intestinale puisse causer tous ces symptômes et quels remèdes?
    Merci d’avance
    Lara

    • Dr. A. D'Oro
      17 décembre 2016 at 13 h 04 min

      Bonjour,
      La situation de votre fille semble complexe. En lisant votre texte, il existe effectivement des pistes à explorer.
      Vous dites qu’elle a suivi un régime pauvre en graisses et en sucres, la diminution des graisses a pu provoquer un dérèglement hormonal
      d’autant plus que son poids était plutôt mince. Il est possible qu’elle ait une carence importante de GLA (acide gras omega 6) que l’on trouve en abondance dans l’huile de bourrache ou d’onagre. Les carences en cet acide gras peuvent provoquer des phénomènes de congestion et de rétention d’eau, de plus cette carence augmente indirectement la sécrétion de prolactine qui aggrave la rétention.
      Lorsque le corps n’a plus de graisses de réserve, il y a un risque d’aménorrhée (absence de règle) qui est connu dans l’amaigrissement important ou l’anorexie. Je ne suis pas convaincu que
      la prise d’hormones oestrogènes puissent améliorer la situation, l’hyperœstrogènie relative favorisé par la prise d’hormones peut aggraver la retention d’eau, surcharger le foie et perturber le microbiote. Si sa détox hépatique ou son microbiote n’est pas en bon état, le cycle entéro-hépatique des oestrogènes est encore plus perturbé avec augmentation de l’hyperoestrogénie. JE vous renvoie à mon article sur le syndrome prémenstruel pour comprendre ce qui se passe. La baisse de la T3 et de la T4 avec une TSH normal peut venir d’un excès d’oestrogènes, éventuellement d’un stress chronique. Il est nécessaire d’exclure un adénome hypophysaire (prolactine) par un dosage de la prolactine. La prise de lévothyrox me semble discutable dans un premier temps.

      En conclusion, voici quelques propositions concrètes sur la base de votre texte
      – exclure un prolactinome
      – rajouter du gras dans l’alimentation (avocat, huile d’olive, noix etc..) et prendre huile d’onagre à bonne dose (3cp de 500 mg 2x par jour ou huile de bourrache 4 à 6cp par jour). Corriger cofacteurs selon déficit (fer 15 mg, zinc 15 mg B6 2mg)
      – stop oestrogènes, pour l’équilibrage hormonal, consommer des graines de lin broyée (1 c à soupe/j), prendre des plantes de drainage favorisant la détox des oestrogènes (radis, noir, artichaut, chardon marie), éventuellement prise de Gattilier.
      – pour la dysbiose intestinal, réduire ou essayer d’arrêter le gluten et lactose et prendre des probiotiques à bonne dose, il serait judicieux de faire quelques investigations si nécessaire afin
      de rechercher un SIBO ou une candidose.

      J’espère que cela puisse vous aider à avancer, je souhaite la meilleure santé possible à votre fille,

      sincèrement

      Dr A. D’oro

  33. Jeremy
    26 décembre 2016 at 22 h 42 min

    Bonjour dr

    Suite à une grosse fievre et une diarrhée de 3 jours (avec glaire et peau), dont je ne connais pas la cause , j ai depuis (1 mois environ) de l acné sur le cuire cheveulu , autour des oreilles et des sueurs nocturnes ,alors que je n en ai jamais . j ai 33 ans .
    Cela ce pourrait il que ce soit en raison d une flore intestinale en piteuse état ?

    Merci pour votre article

    • Dr. A. D'Oro
      7 janvier 2017 at 19 h 02 min

      Bonjour,

      Il est vraisemblable que vous avez fait une gastroentérite ayant perturbé le microbiote.
      Il aurait été intéressant de faire un test respiratoire de fermentation à l’H2 qui pourrait indiquer un SIBO.
      De toute façon, vous pourriez essayer une cure d’environ 3 semaines afin de rééquilibrer votre microbiote.
      Par exemple, je peux vous proposer:
      – d’arrêter le gluten, les produits laitiers et le sucre pendant 3 semaines
      – d’avoir une alimentation brute comprenant beaucoup de légumes, un peu de fruits, viandes blanches, oléagineux et céréales sans gluten en
      évitant les aliments transformés et en limitant un peu les glucides
      – rajouter progressivement à petite dose selon tolérance, des aliments prébiotiques (patate douce, topinambour, poireaux, pois chiches etc..) et lacto-fermnentés (choucroute crue, kombucha,etc)
      si vous ne tolérez pas les lacto-fermentés ou les prébiotiques cela peut indiquer un SIBO et dès lors c’est plus compliqué car il faut réduire les FODMAPS et prendre des huiles essentielles pendant quelques semaines avant de réensemencer avec des probiotiques ou lacté-fermentés.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  34. PEPIN Véronique
    27 janvier 2017 at 12 h 37 min

    bonjour,

    Je viens de lire tous ces commentaires et j’habite dans le Var et loin de spécialistes comme vous qui peuvent m’indiquer ce dont je souffre.
    Depuis beaucoup de stress au travail j’ai déclenché des forts maux de tête des fois avec nausées et vomissements, accompagnés d’éructation et ballonnements + flatulences qui me réveillent la nuit.
    Après avoir lu des articles sur les intolérances j’ai arrêté le lait de vache et au bout d’un mois j’ai eu une amélioration, et aussi avec prise de probiotiques.
    Mais ces symptômes sont revenus , pourtant je fais attention à mon alimentation, je pratique de la rando, gym… je ne bois pas d’alcool ni ne fume. j’ai une bonne hygiène de vie. Et a l’heure ou je vous écris je suis en congés ce jour et je suis patraque.
    Les maux de têtes surviennent souvent vers 3 – 4 heures du matin et s’en vont après le petit déjeuner ou alors s’intensifie et là je dois rester dans le noir et coucher.
    Mes selles sont souvent molles.
    Voilà, je pense vous avoir tout dit.
    Si vous pouvez m’aider ou m’orienter je vous en remercie d’avance.

    • Dr. A. D'Oro
      27 janvier 2017 at 23 h 29 min

      Chère Véronique,
      le stress a probablement été un facteur perturbant important ayant favorisé une possible dysbiose intestinale voir une pullulation bactérienne,
      les maux de tête et les nausées pourraient être en relation avec un problème également hépato-biliaire.
      Comme on ne peux pas faire d’examens ciblés, vous pouvez essayer de faire vos expériences.
      Il faut essayer d’améliorer la digestion au niveau de l’estomac et activer foie et vésicule biliaire,
      men même temps réduire les fermentations intestinales en réduisant certains aliments et en prenant des herbes antimicrobiennes ou huiles essentielles.
      et surtout bien gérer son stress (voir cohérence cardiaque)

      Par exemple:

      faites une diète de 3 semaines sans produits laitiers, sans gluten et sans sucres (éviter céréales raffinées) et réduisez les aliments qui fermentent facilement (Oignons, chou, ail, poireau etc.)
      au début du repas prenez des herbes digestives et stimulant le foie et l’estomac (racine de gentiane, artichaut, gingembre, dent de lion etc..) voyez avec votre herboriste ou pharmacien
      pour assainir l’intestin prenez de la berberine (2x 500 mg/j) ou un complexe d’huiles essentielles adaptés pour les pullulations ou candidose
      prenez des probiotiques

      voilà quelques suggestions
      si cela ne marche pas, il serait quand même intéressant de faire des recherches dans les selles (parasites et candida)
      bonne chance et tenez moi au courant

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • Véronique
        30 janvier 2017 at 21 h 49 min

        Je vous remercie pour ces précieux conseils et vous tiendrez au courant ultérieurement.
        bien cordialement.

  35. PEPIN
    16 février 2017 at 9 h 48 min

    Bonjour,

    Je tiens à vous remercier, j’ai suivi à la lettre vos instructions, plus de lait de vache j’ai gardé un peu de brebis et chèvre, j’ai diminué le gluten, je prends 1 c de berbérine 500 mg matin et soir, la tisane digestive avant repas midi et soir (gentiane, artichaud, dent de lion et gingembre),, un probiotique lactibiane tolérance, et pour la candidose je vous ai écouté j’ai pris 4 gtes matin et soir d’huile essentielle d’origan. Je n’ai plus mal au ventre ni de migraine pour le moment.
    Cela fait maintenant 15 jours que je fais ce traitement je le fais encore une semaine comme vous le préconisez.
    Si mes symptomes dans le futur reviennent je garde précieusement vos conseils et je recommencerai.
    Franchement ravie de pouvoir me soigner avec des remèdes naturels car je ne suis vraiment pas pour l’allopathie avec les effets secondaires.
    Un grand merci à vous.
    Bien cordialement.

  36. bertoni
    4 avril 2017 at 23 h 53 min

    Bonjour à tous
    j’ai pour ma part souffert pendant plus de 3 ans d’une dysbiose / candidose sévère, je désespérais de pouvoir un jour trouver un traitement efficace. j’ai tout essayé du conventionnel au plus naturel sans l’ombre d’un résultat. Cette période m a couté cher en dépenses non remboursées avec au final rien de concluant. Vous devez savoir que l’equilibre intestinal est si complexe que personne à ce jour n’en connait les secrets, alors oui on sait que telle substance agit de facon positive en complement d’une autre et ainsi de suite. Seulement voila quelle synergie adopter??? et retour à la case départ apres quelques mois, à chaque tentative. ET PUIS une cliente m’a donné une indication me mettant sur la bonne voie. Le lait ribot, bien mais insuffisant à ce stade, vient ensuite l’idée de recettes ancestrales les kéfirs et plus particulièrement celui du lait. J’ai tout d’abord commencé par consommer le kéfir bio pret à l’emploi puis fait maison. Et la, la magie a opéré apres quelques mois. Dans un premier temps régression des symptômes et stabilisation. Un peu plus tard l’intestin se renforce se cicatrise et devient autonome ce qui permet l’arret progressif de la consommation. Le meilleur résultat obtenu part d’un lait cru bio de préférence, le lait entier bio microfiltré de grande surface fait parfaitement l’affaire. Pas de stockage au réfrigérateur du lait produit, il doit etre consommé une fois obtenu apres 24 heures pour une quantité de 200 ml, n’hésitez pas à forcer sur le dosage du Kéfir pour plus d’efficacité. Attention absence totale de métal. Ca y est je suis guéri !!!! Si vous souhaitez d’autres précisions, n’hésitez pas à me contacter par mail. J’ai vécu une telle détresse durant ces 3 années que je serais ravi de pouvoir vous venir en aide. Bon courage à vous. Steph

    • Dr. A. D'Oro
      11 avril 2017 at 20 h 33 min

      Bonjour,
      merci de partager votre expérience qui va tout à fait dans le sens de notre pratique.
      Les connaissances actuelles sur notre microbiote indiquent que nous avons perdu une partie de la biodiversité de notre écosystème et que plus un microbiote est appauvri plus il y a le risque qu’il se perturbe et favorise une dysbiose. L’article sur les troubles digestifs date de quelques années et actuellement nous insistons beaucoup sur le réensemencement de la flore intestinal avec la consommation progressive de prébiotiques, de légumes lacto-fermentés, de kéfir et de kombucha.
      Toutefois, les pratiques de réensemencement ne doivent pas se faire trop tôt avant que la fermentation dysbiotique soit un peu contrôlée,en effet, une flore de fermentation tolère mal les produits fermentés au début, c’est pourquoi au début nous optons pendant un à 3 mois pour un assainissement avec des plantes et des huiles essentielles avec une diète adaptée (par exemple FODMAP) puis quant l’intestin va mieux on commence progressivement les approches de réensemencement avec prébiotiques et probiotiques.
      Sincèrement Dr A. D’oro

  37. JULIA
    20 avril 2017 at 19 h 49 min

    Bonsoir Docteur et merci pour ce site très instructif que j’ai lu avec attention.

    J’ai 27 ans et depuis deux ans on m’a diagnostiqué le syndrome du colon irritable. J’ai passé une coloscopie ainsi qu’une fibroscopie qui n’ont rien révélé d’anormal (une très légère inflammation).

    Je vais à la selle trop souvent (en général au moins 3 fois par jour). Il s’agit d’envies urgentes que je ne peux pas contrôler et qui arrive généralement peu de temps après les repas. Étrangement jusqu’à présent je n’ai jamais eu ce problème à l’extérieur.

    Mes selles sont toujours molles, en petits morceaux (généralement très petites quantités) et les envies urgentes se transforment parfois en une toute petite selle ce qui est perturbant.;

    J’ai aussi régulièrement des diarrhées.

    J’ai beaucoup de gaz, le ventre toujours gonflé et des gargouillements constants, très bruyants et donc très gênants.

    Je n’ai pas de véritables douleurs abdominales sauf en cas de diarrhée (qui engendre aussi des nausées).

    Je prends des probiotiques de temps en temps (lactibiane référence), je prends de l’arestal en cas de crise (mon gastroentérologue me l’avait prescrit en dose quotidienne mais j’ai préféré espacer les prises afin de ne pas bloquer mon système digestif). Je prends du charbon quotidiennement. Depuis peu je prends du librax (un comprimé par jour). Je ne vois pas vraiment d’effet positif avec tous ces traitements et j’ai l’impression d’abimer mon corps à prendre tant de cachets…

    J’ai arrêté le café et la cigarette, ce qui n’a rien amélioré au niveau digestif. Je pense que l’alcool et les repas trop gras favorisent mes troubles mais au quotidien je suis gênée même sans faire d’excès.

    Le stress augmente mes troubles mais je ne pense pas qu’il soit lui seul à l’origine.

    Je peux manger à volonté sans prendre le moindre gramme. Mon transit doit aller trop vite et je ne dois pas absorber les aliments comme il le faut.

    Je souhaiterais essayer d’arrêter le lactose et/ou le gluten mais je ne sais pas si cela à une utilité et si je dois tout arrêter en même temps ou l’un après l’autre durant quelques semaines? Je précise avoir une grosse carence en vitamine D.

    Un médecin peut il me prescrire des tests pour détecter des intolérances alimentaires? (mon gastroentérologue pense que les intolérances sont un effet de mode…)

    Je vous remercie par avance des conseils que vous pourrez m’apporter car ces problèmes de selles influent vraiment sur ma vie quotidienne et occupe beaucoup trop mes pensées. J’aimerais au moins retrouver une consistance de selle normale et de plus grande quantité en une seule fois….

    Bien Cordialement,

    • Dr. A. D'Oro
      20 avril 2017 at 23 h 09 min

      Bonjour,

      Si j’ai bien compris ces troubles digestifs sont apparus il y a 2 ans.
      Juste avant, avez vous pris des antibiotiques, ou eu une gastroentérite, ou avez vous changer d’habitudes alimentaires ou eu une période de stress
      inhabituel, avez vous pris des IPP; avez vous contrôler votre thyroïde etc.. Souvent, il y a une raison a un changement dans notre fonctionnement intestinal.
      La présence de ballonnements, de gaz et de selles défaites indique des problèmes de fermentation intestinal. Le plus difficile est de savoir
      qu’est qui entretien ces troubles. Il se pourrait que vous avez une dysbiose en relation avec des phénomènes de maldigestion. Votre suggestion d’essayer pendant 3 à 4 semaines
      d’exclure le lactose et le gluten est lion d’être idiot. Personnellement, je préfère une diète FODMAP (qui inclut gluten et lactose) mais qui va plus loin.
      Il est conseillé toutefois d’être accompagné par une nutritionniste formée dans cette diète. Il se pourrait aussi qu’il existe une candidose ou un SIBO qui nécessiterait
      un assainissement par des plantes ou des huiles essentielles. Si une diète FODMAP vous semble trop compliquée seule, vous pourriez essayer une diète sans gluten et sans lactose
      en réduisant également les sucres et pas trop de féculents. A cela vous pourriez prendre pendant un mois de la berberine que l’on trouve sur internet (par exemple amazon.fr) (2 x 400 mg)
      qui a l’avantage d’agir sur le côté bactérien et candidose. Pensez aussi à bien mastiquer et bien gérer votre stress (cohérence cardiaque)

      Bonne chance et tenez moi au courant

      Sincèrement
      Dr A. D’oro

      • JULIA
        21 avril 2017 at 13 h 29 min

        Bonjour Docteur et merci beaucoup pour votre réponse si rapide.

        Mes problèmes sont apparus environ un mois après la prise d’antibiotique (suite à l’extraction de mes dents de sagesse) et c’était également un mois après l’arrêt de mon précédent travail ce qui m’a évidemment certainement stressée.

        Toutefois avec le recul je me rends compte que j’ai toujours été plusieurs fois par jour aux toilettes et j’ai eu une fois un gros problème digestif il y a plusieurs années suite à la prise de céréales chaque matin avec du lait pendant une semaine. Suite à ça j’ai eu de fortes diarrhées et je ne pouvais plus manger (j’ai du aller consulter). Ce qui me fait penser à une éventuelle intolérance au lactose. Je ne bois plus de lait de vache depuis cet incident.

        Je vais commencer un régime sans gluten et avec beaucoup moins de lactose dès ce week end. Toutefois, je ne suis déjà pas bien épaisse alors que je mange assez gras alors j’espère ne pas perdre de poids. Je ne sais pas si l’arrêt du gluten entraine forcément une perte de poids.

        Je vais également commander la berberine.

        Pour la diète FODMAP, j’ai commencé à me renseigner mais j’ai peur de perdre trop de poids en changeant autant d’alimentation.

        Je vous remercie encore une fois pour vos conseils.

        A bientot

        • Dr. A. D'Oro
          21 avril 2017 at 19 h 02 min

          Bonjour,

          Si vous décidez d’essayer un régime sans gluten et sans lactose, il est important d’être strict au début au moins 3 semaines.
          Ainsi, si vous continuez à prendre un peu de lactose les résultats seront moins clairs. Généralement, il arrive que des gens perdent du poids,
          car ils consomment moins de calories, manger du riz semi complet et du quinoa. Eviter le mais qui est souvent pas bien toléré et très manipulé.
          Ne vous jetez pas sur les aliments sans gluten qui amènent beaucoup de glucides rapides, d’huile de palme etc.. Il faut privilégier
          les aliments naturels, bruts. Si vous continuez à perdre du poids, il se pourrait que vous ayez une mauvaise absorption de l’intestin grêle ou
          une insuffisance d’enzymes pancréatiques. Bonne chance et tenez moi au courant

          Dr A. D’oro

  38. Sandrine
    18 décembre 2017 at 12 h 13 min

    Bonjour,

    Ma fille a des soucis digestifs depuis environ 1.5 ans, ne sachant vers qui me tourner j’aimerais vous présenter la situation car je suis un peu perdue et inquiète.

    J’ai commencé à remarquer des symptômes bizarre quand elle avait 4 ans(elle en a bientôt 6 maintenant). Elle avait quasiment toujours des selles molles, voire défaites, gazeuses, explosives parfois. Au bout de 1-2 mois j’ai réalisé que ce n’était pas normal et le pédiatre m’a conseillé de lui faire pratiquer un régime sans gluten. Un test a été réalisé ensuite et il était négatif à la coeliaquie. Ca a amélioré les choses, mais ce n’était pas parfait et on a aussi éliminé les produits laitiers. Là non plus ce n’était pas parfait, mais quand même mieux. Il y avait peut-être 5 jours sur 6 avec des selles normales et parfois des rechutes qu’on mettait sur l’ingestion accidentelle de traces de gluten ou de produits laitiers.

    Il y a quelques mois nous sommes allés voir un gastroentérologue pédiatre. Il a éliminé la coeliaquie et indiqué qu’elle avait vraisemblablement une sensibilité au gluten. Il a évoqué aussi les fodmap.

    Depuis cet automne, les rechutes sont beaucoup plus fréquentes et nous avons éliminé à nouveau les produits laitiers, qu’elle semblait tolérer en petites quantités depuis quelques mois. Maintenant la situation est difficile, j’ai l’impression qu’elle a à nouveau tout le temps des selles explosives, défaites. Par ailleurs elle ne se plaint pas de douleurs, rien du tout. Elle a un ventre toujours très gonflé.

    Je me suis penchée récemment sur le régime fodmap et j’ai essayé d’éliminer quelques ingrédients dans notre alimentation qui semblent la déranger : oignons, choux. Mais le résultat n’est pas miraculeux. J’hésite à faire un vrai régime fodmap avec elle, ça me semble très restrictif et difficile à mettre en oeuvre aussi (elle mange 2x par semaine en uape où elle a des aliments sans gluten et sans produits laitiers).

    D’avance merci pour votre éclairage !

    • Dr. A. D'Oro
      8 janvier 2018 at 21 h 11 min

      Bonjour,
      désolé de répondre si tardivement mais ce message m’a échappé.
      Le problème de votre fille semble pas évident, si j’ai bien compris un test au gluten pour une maladie cœliaque est normal,
      ce qui n’exclut toutefois pas une sensibilité au gluten. D’autres part l’arrêt des produits laitiers n’a pas été miraculeux
      toutefois je n’ai pas compris si un test au lactose a été fait. Le Fodmap est une bonne idée d’autant qu’il exclut d’emblée
      gluten et lactose en plus d’autres groupes alimentaires. Je comprend que c’est pas facile à faire et sans garantie que ça marche.
      Quand à moi, j’irais plus loin dans les investigations ainsi je ferais un test respiratoire au lactulose (pas confondre avec lactose) à la recherche d’une pullulation bactérienne, voir même un test respiratoire au lactose et fructose. Un examen des selles complet avec recherche de parasites, de candida, clostridium etc et un état de digestion des résidus alimentaires. Il est probable qu’il existe une dysbiose qu’il faudrait assainir avec des plantes antimicrobiennes avec éventuellement des probiotiques. Tous cela à tester mais d’une façon rigoureuse.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

  39. flo
    4 février 2018 at 14 h 10 min

    Bonjour ,

    j’ai eu il y a deux ans et demi une pneumopathie très résistante traité par cinq antibiotiques différents pendant deux mois , 6 mois plus tard j’ai commencé a avoir de douleurs et des brulures a l’estomac on m’a donc soigné pour une gastrite , qui a récidivé deux mois plus tard .

    j’ai donc fait une endoscopie et le gastro m’a dit que ma muqueuse était niquel , mais les résultats de la ponction ont révélé un hélicobacter pilori que j’ai traité 6 mois plus tard (période de travail saisonnier oblige )par une association de trois antibiotiques + du bismuth , a ce jour je n’ai plus d’helicobacter ( après plusieurs test respiratoire ) mais mes problèmes d’estomac et d’intestin perdurent .
    j’ai commencé a prendre il y a trois mois des probiotiques qui avaient bien améliorés tout ça
    Depuis quelques semaines j’ai la langue , les yeux qui brulent , mal a la gorge , un dépôt blanchâtre sur la langue , des brulures d’estomac , des maux de ventre , et des brulures au niveau du rectum ainsi qu’une espèce de pesanteur et une mycose vaginale avec un prurit au niveau du plis des fesses , le médecin m’a parlé de candidose digestive et m’a prescrit du fungizone , 2 c à c par jour , au bout de 7 jours je suis passée a 4 cuillerées par jour car pas d’amélioration , le traitement a duré en tout 18 jours .
    Je prends depuis quelques jours du drainalis pour l’équilibre intestinal et hépatique et de l’alcaflore qui contient des vitamines et des mineraux pour un equilibre acido basique normal

    La mycose vaginale va mieux , du point de vue anal ce n’est pas encore ça , j’ai aussi des maux d’estomac après les repas ainsi que des maux de ventre .

    De plus je me suis rendu compte que j’avais des condylomes dans le rectum .

    Je mange le plus équilibré possible , légumes a chaque repas , viande poissons et œufs , un peu de pain ou de biscottes complètes le matin , des laits végétaux et des yaourts que je fais moi même , deux carrés de chocolats , des tisanes .

    Pensez vous qu’il soit normal qu’après un traitement de 18 jours j’ai encore cette inflammation des intestins , du rectum et des maux d’estomac et de ventre , que préconisez vous et pouvez vous m’indiquer quelqu’un dans la région d’Aix en Provence
    Dois je faire coloscopie et fibroscopie sachant que j’ai fait un test de dépistage il y a deux ans , negatif !
    j’avoue que cette inflammation et cette sensation dans le rectum m’inquiètent

    Merci d’avance pour votre éclairage

    • Dr. A. D'Oro
      6 février 2018 at 19 h 26 min

      Bonjour,

      Effectivement vos premiers antibiotiques ont du dérégler votre flore intestinale favorisant dysbiose et candidose.
      La trithérapie contre l’hélicobacter n’a fait qu’aggraver vos problèmes de microbiote. Le traitement de fongizone est assez violent pour l’organisme et ne règle pas les problèmes de dysbiose.De plus le candida se protège par un biofilm et dès l’arrêt du traitement arrive à repartir. C’est pourquoi
      je préfère utiliser des plantes naturelles à large spectre qui nettoient les germes pathogènes et les levures comme le candida ceci associé à une diète pauvre en glucides avant de réparer la muqueuse (glutamine) et de réensemencer le microbiote (probiotiques multisouches, lactofermentés etc..).

      Je ne sais pas s’il est nécessaire de retraiter votre intestin avec des plantes antimicrobiennes.
      Vous pourriez essayer juste de calmer votre muqueuse intestinale avec la prise de 3 à 6g de glutamine/ jour
      (par exemple Glutagenics de chez Bionutrics) a prendre 10 min avant repas 2 x par jour et de prendre des
      probiotiques multisouches à bonne dose (par exemple Ther-Biotic de Klaire Labs sur amazon.fr. L’aloe vera en gel interne 1 cà soupe après repas pourrait être également intéressant. Pensez à introduire des produits lacté-fermentés progressivement. Tous ça à faire pendant 3 mois.
      Si ça marche pas ça veut dire qu’il faut retraiter la dysbiose et le candida et je vous donnerais mon protocole.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

      • flo
        7 février 2018 at 16 h 24 min

        Merci infiniment , je vais suivre vos conseils et vous tiens au courant de la suite

  40. Fernane
    9 novembre 2018 at 1 h 02 min

    Bonjour,

    J ai toujours le ventre gonflé, Ballonements, flatulences, langue blanche avec dépôt blanc, mon orl a fait un prélèvement du dépôt blanc sur la langue , c’est du caseum à cause de cela çà me donne une mauvaise haleine, il pensait que c’était Était un problème de amigdales, je me suis fait opérée pour rien, le problème à persisté
    J ai eu durant des années des problèmes de diarrhée, puis après avoir Été traité pour helicobactere pyroli, Je suis plus souvent constipée (hémorroïdes) et une fissure une fois, cela me fatigue, J ai une carence en fer et vitamine B, Qu en pensez vous ? Es ce que çà peux également me faire perdre mes cheveux, ongles fragiles…
    Merci de votre retour

    • Dr. A. D'Oro
      18 novembre 2018 at 21 h 54 min

      Bonjour

      Votre situation médicale nécessite des investigations supplémentaires
      telles qu’un test respiratoire au lactulose (Recherche d’un SIBO),
      une recherche de candidose (métabolites organiques urinaires), voir un pannel
      d’intolérances alimentaires. La carence de fer et de vitamines surtout B12
      peuvent être le reflet d’une pullulation bactérienne ou d’une inflammation intestinale.

      Je peux pas malheureusement vous donner des conseils sans plus d’éléments.

      Sincèrement

      Dr A. D’oro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.